Kick Boxing Anthology - Volume 1 : le test complet du DVD

Édité par Sony Music Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 27/05/2004
Critique

« Kick Boxing Antholgy » frappe son premier volume du sceau de l’ambition. Objectif : voyager et découvrir une culture. Philospohie pour certains, discipline défouloir pour d’autres, son nom et ses formes divergent selon les continents. Full Contact en Amérique, Muay thaï en Asie, Boxe Pied Poing en Europe. La profonde complexité de ce sport réside en ce qu’il est un Art… de vivre avant tout… véhiculant Union et Partage. Union au-delà des règles et de différences cultuelles et culturelles. Partage dans un même respect des valeurs fondamentales : sérieux, rigueur, entraide, exaltation, dépassement… nul stéréotype mais une passion commune pour qui pratique ce qu’il conviendra d’appeler autrement qu’un sport. A travers 9 combats marquants et captivants dans 9 finales ou ½ finales de championnats, « Kick Boxing Anthology » propose de découvrir ceux qui se battent au service de leur Art. Séquence Emotion et Frisson :

1er combat : Championnat du Monde de Boxe Thaï
Paris, Halle Carpentier, 21/10/91
Dekker affronte César


La Machine de guerre hollandaise face à César le tacticien. Les coudes sont autorisés et les figures s’enchaînent avec puissance et précision. Un combat impressionnant qui montre combien l’endurance et le style sont importants. Excellente entrée en matière ! Temps forts garantis…

2ème combat : Championnat du Monde de Full Contact
Paris, Bercy, 20/12/91
Kouman affronte Roufus


Sans aucun doute le plus mémorable de cette édition DVD. Ici l’esprit du Kick Boxing est perverti par l’américain Roufus qui ne se présente pas en challenger mais en champion. Les règles Iska sont imposées. 12 rounds de 2 minutes durant lesquelles au minimum 8 coups de pied par round et par combattant doivent être portés. Puissance et spectatcle sont en rendez-vous. Retournés acrobatiques, High Kicks appuyés, Roufus (25 ans) fait montre d’un grand talent en même temps qu’il baffoue toutes les règles du fair-play et l’esprit de cette discipline. Un combat qui tient de la performance cinématographique !

3ème combat : Championnat du Monde de Boxe Thaï
Levallois, Salle Marcel Cerdan, 14/02/93
Diafat affronte Kobal


Deux techniques et deux styles très différents qui demandent une endurance toute particulière pour gérer jusqu’à la fin du 5ème round fatigue et puissance. Les coudes sont autorisés et malgré le peu de spectacularité du combat, l’affrontement dessine un retour aux sources du Kick Boxing. Sources que laisse entrevoir la pureté du Kick Boxing de Kobal.

4ème combat : Championnat du Monde de Boxe Thaï
Levallois, Salle Marcel Cerdan, 02/10/93
Niékéma affronte Krongsak


Là encore, deux techniques et deux styles que tout oppose hormis le talent. Krongsak le tacticien éprouve implaccablement le purisme et le physique de Niékéma. Rounds après rounds, le combat laisse place à une domination et l’issue sans surprise force l’admiration à propos des deux combattants.

5ème combat : ½ Finale Européenne de Boxe Thaï
Paris, Pierre de Coubertin, 04/06/93
Allouche affronte Latamène


S’il ne fallait en retenir qu’un, retenez s’il vous plaît celui-là. Tout y est ! La force, la stratégie, le respect de l’adversaire et la spectacularité des coups portés. Un combat digne d’un épisode de « Rocky » qui s’achève par une surprenante victoire, preuve que l’endurance et la combativité sont deux armes essentielles au Kick Boxer. Les rounds sont explosifs, les coups portés d’une rare violence et la maîtrise technique au rendez-vous. Un combat atomique !

6ème combat : Championnat d’Europe de Kick Boxing
Paris, Cirque d’Hiver, 29/04/94
Farina affronte El Quandili


Chacun des deux adversaires repoussent les assauts respectifs de l’autre jusqu’à l’imparable dénouement. Moins inattendu que celui du précédent combat, le sort donnera raison à la régularité. Un combat un poil englué dans la technique mais loin d’être inintéressant.

7ème combat : Championnat de Lumpinee de Boxe Thaï
Bangkok, Lumpinee, 08/05/99
Sari affronte Somchai


Un combat historique dans le sanctuaire des sanctuaires. Bangkok, berceau de la boxe thaïlandaise. Lumpinee, terrain d’entraînement des militaires et boxeurs, fermé aux non thaïlandais. Sami Khebchi réussit l’exploit d’y organiser un combat entre le français Sari et le thaïlandais Somchai. L’enjeu est colossal. La pression à son comble. Rythmé par la musique traditionnelle galvanisant les combattants, Sari pend confiance face à un Somchai doté de beaucoup de répondant. Mais il y a plus dans ce combat… tout un symbole qui fait plaisir à voir… c’est beau une nation qui s’ouvre et accueille l’autre comme un frère. C’est encore plus beau lorsque ce frère lui fait honneur. Ici l’anthologie écrit l’Histoire !

8ème combat : Championnat de Boxe Thaï
Las Vegas, Venetian Hotel, 13/07/00
Le Banner affronte Johnson


Pour inaugurer ce Grand Hôtel / Casino, La direction du Venetian Hotel accueille un match au sommet. Coin gauche, Le Banner, Boxeur Pied Poings le plus demandé dans le Monde. Coin droit, Johnson, sérieux challenger à l’imposante musculature. Dès le début de la rencontre, on sait déjà qu’il s’agit du choc des Titans. Un choc rapide, vif et puissant qui assomme autant qu’il éblouit. Voir Le Banner combattre est une expérience qui force respect et admiration. Ce combat l’illustre admirablement.

9ème combat : Championnat de Boxe Thaï
Gagny, Palais des Sports, 01/02/97
Bill affronte Nongmoon


Finir sur ce combat est somme toute assez décevant. Même si la confrontation dure et déploie un panel de coups assez impressionnants. La conclusion n’est pas aussi franche que le combat précédent par exemple. C’est peut-être un choix délibéré montrant que la série des « Kick Boxing Anthology » reste en suspens. Néanmoins, il aurait été préférable de terminer sur un KO ou une victoire percutante… suite au prochain épisode.


Des épisodes qu’on souhaite nombreux, tout aussi fouillés et intéressants que ce premier volet, à l’image d’un sport complexe et captivant. La suite… vite !!!

Généralités - 4,0 / 5

Sony Music Vidéo a déployé des efforts considérables en termes de conception. Boîtier Digipack double DVD avec 3h50 minutes de vidéo et quelques suppléments fort sympathiques. Petite musique qui met dans l’ambiance, intro animée enchaînant immédiatement sur une interface simple et interactive. Que demander de plus ? Une qualité de son et d’image qui puissent totalement transporter et envelopper le spectateur. C’est précisément là qu’il y a (encore) à faire des efforts.

A l’intérieur de ce boîtier particulièrement bien réussi, 2 DVD décorés avec goût, originalité et simplicité. Preuve qu’il n’est nul besoin d’exhiber de sanguinolents ou de suintants athlètes pour servir le propos, 2 photos Raging Bulliennes préfigurent habilement l’anthologie ; ni grandiloquentes, ni insignifiantes. On regrettera de ne pas retrouver ce genre de photos animées dans les menus principaux un peu trop fixes pour être tout à fait honnêtes.

Un premier volet qui allie qualité et quantité au service d’un Art raconté avec passion et simplicité. Tous les ingrédients d’une édition qui évite de choper le melon pour exhiber avec humour et infiniment de respect des perspectives méconnues de son sujet.

Bonus - 4,0 / 5

Les suppléments se divisent en deux : d’un côté le Ring (comprendre les coulisses des combats et de leurs retransmission). De l’autre, les suppléments sur la production du DVD. Pile, les bonus sérieux, face ceux délirants. Plus d’1 heure de suppléments qui invitent les personnalités du sport, de la musique et du cinéma à nous faire partager leur intérêt pour la Boxe Pieds Poings. Voici le détail :

Ring Side (23’21)

Si « Ring Side » apporte une réflexion véritable sur l’aura sportive, médiatique et philosophique du Kick Boxing, il peine à remonter aux sources et nous offrir une vision technique de l’évolution de ce sport. Peut-être pour les prochaines éditions.

« Ce n’est pas parce-qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule » avec Eric & Ramzy (29’13)

En revanche, les bonus moins sérieux remplissent parfaitement leur rôle. A ne pas manquer l’amicale visite d’Eric & Ramzy qui improvisent pendant près de 30 minutes un sketch qui vous fera hurler de rire si vous êtes fan, sourire même si vous ne les aimez pas plus que ça.

Malus (6’20)

Making of du makig of, Malus est un bêtisier de 6 minutes plutôt bien ficelé sur les moments de doutes, les incompréhensions ou les moment d’emballement ou d’égarement durant la production de « Ring Side ». L’esprit bonne enfant qui règne parmi la communauté ajoute à l’image gratifiante que le DVD donne du petit monde du Kick Boxing… à pied d’oeuvre pour populariser ce sport en France.

« On a enfoncé des Portes » de Kool Shen (3’28)

Image - 3,0 / 5

Sans être exceptionnelle, l’image est d’assez bonne qualité. L’ensemble manque un peu d’éclat. Quelques halos de couleurs et 2 ou 3 imperfections viennent sporadiquement parasiter l’image sans pour autant gêner trop gravement le visionnage. Les puristes trouveront quand même beaucoup à redire pour une image DVDesque. Mais on suppose le budget limité pour ce genre d’exercice.

Encore une fois l’éditeur a essayé d’allier quantité et qualité. Par conséquent, le 3,5 transige sans se montrer trop sadique avec l’édition. Sur grand écran, le choc des combats est encore plus impressionnant. Le rétroprpojecteur ou le projecteur embellira très nettement la vision. Le fond palliant souvent la forme !!!

Son - 2,0 / 5

Côté son, l’effort est bien en deçà des espérances. Pourquoi avoir choisi un Dolby Digital Stéréo… alors qu’on attendait un Dolby Digital 5.1. L’arrière goût d’anthologie que les combats nous laissent le valait bien. 5.1 pour être totalement cerné par la foule, les bruits, le dynamisme de l’action… hé bien non ! Ce sera de la stéréo ! Super !!! On a échappé de peu au mono !

Et puis c’est bien de faire clairement ressortir les commentaires ! Encore faut-il profiter de la tension qui règne dans l’arène ! Le mixage est à ce niveau plutôt faiblard préférant la bavardage à l’action qui se déroule sous nos yeux. Que voulez-vous ? L’éditeur n’a pas eu envie de nous faire pleinement profiter… des combats comme de l’ambiance… point finale ! Un son dé-anthologique qui s’avère techniquement léger !!!


A toutes et tous… bon « fighting » DVD !

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Rétroprojecteur Toshiba 43PH14P
  • Toshiba SD-330ES
  • Onkyo TX-DS797
  • système d'enceinte 5.1 Triangle

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus