Postman : le test complet du DVD

The Postman

1997. Réalisé par Kevin Costner
Avec Kevin Costner, Will Patton et Laurenz Tate

Édité par Warner Bros.

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 04/07/2001
Critique

Dans un futur apocalyptique, le déserteur d’une armée, les Holnistes, conduite par un tyran, se fait passer pour un facteur afin de recevoir le gîte et le couvert dans les villages qu’il traverse. Hélas, les villageois voient en lui un espoir pour lutter contre le despote mentionné ci-dessus.

Il y a dans ce film un souffle épique indéniable, emprunté aux meilleurs westerns hollywoodiens. Kevin Costner, dont c’est son deuxième film, sait utiliser les grands espaces comme peu de réalisateurs aujourd’hui. Il n’est toutefois pas un virtuose, les plans plus statiques nous arrachent souvent des bayements d’ennui.

Adapté du roman homonyme de David Brin, « Postman » est loin d’être la meilleure oeuvre de Brin, plus à l’aise dans la science-fiction pure (« Marée stellaire », « Élévation »).

Costner a eu l’idée, qui paraissait bonne, de s’éloigner du roman tout en en conservant sa substantifique moelle. Et il faut avouer que le début du film est plutôt prometteur, avec cette histoire de milice écumant ce qu’il reste d’un pays aride, comme les gens qui l’habitent, et un ton qui oscille entre Danse avec les loups et Waterworld.

Et voilà que le personnage de Costner se fait la malle et notre attention avec. Sitôt qu’il endosse son costume de facteur, Costner nous assène des préceptes de morale lénifiants, du patriotisme en veux-tu en voilà, et une armée de facteurs prépubères au garde à vous.

La goutte d’eau fait déborder le vase lorsqu’une gamine de dix ans (l’histoire se déroule vingt ans après la disparition des États-Unis) entonne « Beautiful America » dans un silence de mort. Le seul choix digne et responsable qu’il nous reste alors est d’éteindre la TV et de récupérer la galette DVD pour faire du ball-trap avec, parce que ce qui suit est épouvantable.

Il reste encore deux bonnes heures à tenir et le scénario ne cesse de rallonger des situations qui n’ont aucun rapport avec l’histoire : l’intermède du chalet où se réfugie notre facteur, à nouveau déserteur, plombe la progression dramatique ; et que dire des tergiversations d’un Costner quasi chiraquien hésitant à dissoudre… le service postal.

Au bout de presque trois heures d’une fresque titanesque avec des décors gigantesques, des milliers de figurants, des scènes de bataille, le film se clos sur une lutte à mains nues entre un facteur et un tyran, comme si on renversait des dictatures d’homme à homme ; on regrette que le réalisateur ait confondu science-fiction et féerie. Bref, un film qui ne vaut que pour ses paysages et aurait gagné à être écourté d’une heure.

Généralités - 2,0 / 5

Les jaquettes cartonnées Warner sont toujours belles, bien que fragiles. Elles bénéficient de bonnes maquettes, de reproductions soignées et donnent des informations suffisantes au recto et à l’intérieur. Exit donc les feuillets baladeurs du chapitrage, exit aussi l’originalité. Celle de « Postman » ne déroge pas à la règle.

Les menus, fixes et muets, sont conçus en respectant l’ambiance du film, ce qui était une nouveauté à l’époque de sa publication (fin 1998). Mais le corps du texte est minuscule et la navigation limitée.

Bonus - 1,0 / 5

Le court reportage de dix minutes regorge d’informations quant au travail des effets spéciaux ; il est bien conçu et se comprend sans les commentaires. Heureusement, car Warner n’a pas pris le soin de lui accoler des sous-titres.

Une filmographie de Costner et du producteur clôture cette partie Suppléments. Pas la moindre bande-annonce. Les autres acteurs n’ont pas le droit à leur filmographie, pas de notes de production, ce qui est un minimum.

Image - 4,5 / 5

Très belle. Trois heures de projection sans qu’un seul gros problème de compression ne pointe le bout de son nez. Les scènes sombres passent comme une lettre à la poste (ha ha ha !). A noter toutefois des fourmillements dans les arrière- plans de certaines séquences d’intérieur. Les plans retouchés à la palette graphique souffrent d’un aplatissement des contrastes, un défaut inhérent au film et non à l’édition DVD.

Son - 5,0 / 5

Les trois versions sont au coude-à-coude, toutes les trois riches en basses et en ambiances somptueuses. Les surrounds sont de la partie du début à la fin des trois heures du film, elles agrémentent les scènes de sons naturels. Attention, nous ne parlons pas de rouleau compresseur du type Armageddon, mais d’une bande-son toute en finesse, qui sait s’énerver lorsque c’est utile (les scènes de bataille).

A ce titre, ne loupez surtout pas le générique du début avec ses nombreux effets arrières et sa musique majestueuse. La VO est toutefois plus précise, plus claire, bien que d’un niveau sonore égal aux deux autres. Les voix des acteurs y sont plus naturelles (quoi de plus logique) et mieux intégrées.

La VF souffre d’une mise en avant trop prononcée des voix, mais restitue la même richesse que la VO. La version italienne semble un poil étouffée, mais le doublage ne prend pas le devant de la scène.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Samsung 16/9 70 cm
  • Sharp DV-560S
  • Pioneer 609 RDS
  • Pack JBL SCS 75
Note du disque
Avis

Moyenne

4,7
5
2
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
kedkille
Le 26 mars 2009
Pas de commentaire.
Avatar
Guillaume
Le 14 février 2003
Pas de commentaire.
Avatar
[]
Le 22 décembre 2002
Second film de Kevin Costner en tant que réalisateur, Postman a été trop sous estimé à mon gout.

Après une guerre ayant dévasté les états unis, les hommes se sont regroupés en villages isolés. Une armée, menée par le général Bethlehem, sème la terreur. Un acteur, recruté malgré lui fans la milice de Bethlemem arrive à s'échapper. Grace à un constume de facteur, il va réussir à se faire héberger et nourrir, prétendant etre un représentant du nouveau gouvernement américain. L'arrivée de ce facteur va faire renaitre l'espoir.....

Un très bon film, une excellent ambiance (on pense souvent à Mad Max 3), patriotique, certe, mais le sujet s'y prète bien. On peut toutefois lui reprocher quelques longueurs...

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus