Harry - Un ami qui vous veut du bien : le test complet du DVD

Édition Collector

2000. Réalisé par Dominik Moll
Avec Laurent Lucas, Mathilde Seigner et Sergi López

Édité par M6 Vidéo

Voir la fiche technique

Critique

Michel et sa petite vie tranquille… trop tranquille.
Harold (Harry pour les intimes) et sa sympathie débordante.
A peine des connaissances de lycée, ils se retrouvent par hasard 25 ans plus tard dans les toilettes d’une aire d’autoroute.
A l’époque, Michel écrivait. A l’époque, Harry est devenu fan des écrits de Michel. Mais Michel n’écrit plus. C’est exaspérant pour Harry qui décide alors de débarasser la vie de Michel de tout ce qui peut l’éloigner de l’écriture.
Etonnant, drôle, diabolique, rafraîchissant, … on pourrait continuer d’aligner les adjectifs. Mais la réussite du film tient surtout dans la manière et le génie avec lesquels Dominik Moll a composé tous ces thèmes. Une trame finement brodée qui délivre au compte-gouttes des perles de dialogue et de mise en scène qui font passer du rire au frisson le plus froid en un éclair. Une bonne claque dans un cinéma français qui se prend très souvent trop au sérieux.

Généralités - 5,0 / 5

Heureusement, il y a de plus en plus de concepteurs de DVD français qui pensent que la galette et une jaquette ne suffit pas forcément à prolonger le plaisir d’une oeuvre.
Ce packaging en est la preuve. Ecrin mat, photo énigmatique, triptyque design agrémenté de photos et de slogans du film, sérigraphies des disques impeccables et petit livret très riche.
Mine de rien, on arrive tout doucement à retrouver des sensations oubliées depuis la mort des laserdiscs et leurs inoubliables coffrets collector. J’applaudis également le travail effectué sur les menus qui sont bourrés de trouvailles.

Bonus - 5,0 / 5

Sur le premier disque, en plus du film, vous trouverez 3 bandes-annonces de l’éditeur : Girlfight (1’36” - VF - 2.0dpl - 1.85 - 4/3), Dancer in the Dark (2’06” - VOST - 2.0dpl - 2.35 - 4/3) et Yi Yi (2’23” - VOST - 2.0dpl - 1.85 - 4/3).
Mis à part ces bandes-annonces, tous les bonus sont sur le deuxième disque :

Les comédiens : cette section abrite les filmographies des 4 acteurs principaux, mais aussi les deux bonus cachés de ce coffret. (les indications pour y accéder sont dans la fiche).

Making of : Sous le titre « Les carnets d’Harry » se cache la vie du film au travers des étapes décisives de sa fabrication. En 36 minutes, vous saurez tout sur la génèse, les comédiens, les personnages, le tournage, la post production et le festival de Cannes 2000 où le film avait été retenu dans la sélection officielle.
truffé de petites informations et d’anecdotes, ce making of est un complément de valeur pour ceux qui auront apprécié le film.

Scènes coupées : 5 scènes pour 6 minutes d’images qui sont introduites et commentées par le réalisateur qui justifie sans problème l’élimination des scènes en question.

Bande-annonce : celle du film (1’48” - 1.85 - 4/3 - 2.0dpl)

Livret 12 pages : il contient une interview très instructive de Dominik Moll qui donne là quelques explications complémentaires par rapport au making of. On y apprend son amour des films d’Hitchcock et il répond définitivement à la question : pourquoi Harry fait ça ?
Des photos très belles ou très drôles (mais trop petites) prises sur le tournage agrémente ce livret qui se termine sur le texte du poême de Michel, « Le grand poignard en peau de nuit ».

Pas de surcharge, juste ce qu’il faut pour prolonger le plaisir du film.

Image - 4,0 / 5

C’est beau, très beau, mais il manque cependant un je ne sais quoi de finesse pour que ce soit parfait. En fait, on peut même déplorer un peu d’aliasing par moment. Par contre, la compression est à la hauteur de son débit et aucun artefact ne viendra troubler le film.

Son - 5,0 / 5

Le DTS n’en finit pas de prouver sa finesse, son gout du détail, sa générosité et son ampleur en face du pauvre Dolby Digital qui a de plus en plus de mal à suivre. La comparaison est très facile ici pusique le changement de piste sonore à la volée est autorisé. La musique, les dialogues, même les bruits d’insectes, tout gagne en réalisme sur la piste DTS.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony 16/9 70 cm
  • Pioneer 626
  • Yamaha RX-V393RDS
  • kit enceintes & caisson Yamaha NSP-300

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus