Planète océan : le test complet du Blu-ray

2012. Réalisé par Yann Arthus-Bertrand

Édité par Universal Pictures France

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 10/01/2013
Critique

L’océan est le milieu où la vie a commencé à apparaître sous la forme de bactéries dont les restes fossilisés sont les stromatolithes. La caméra plonge pour une exploration de la vie sous-marine et survole l’activité humaine à la surface des mers, sillonnées par des navires de plus en plus de gros tonnage.

Certaines séquences de Planète océan sont surprenantes, comme l’apparition des blooms de plancton, ces immenses « explosions de vie » dans l’océan arctique, apparaissant comme d’énormes tâches dans les prises de vue aériennes, dont l’infinie diversité est révélée par la macrophotographie : organismes mono- ou multicellulaires, algues microscopiques, mollusques ou crustacés, la base de la chaîne alimentaire.

Riche d’informations (au risque d’être un peu touffu), ce documentaire apprendra beaucoup aux non-initiés, par exemple sur le curieux cycle de reproduction du corail avec la ponte de gamètes une seule fois par an et pour quelques heures seulement.

Les réalisateurs rappellent, à juste titre, l’importance du milieu marin, principale source d’oxygène, les dangers de l’exploitation sans retenue de certaines ressources et les méfaits de la pollution. Ce que nous avons moins apprécié, ce sont les extrapolations systématiquement catastrophistes des activités humaines, notamment sur le climat. Il est vrai que le film allait être projeté à la conférence « Rio+20 » qui s’est tenue à Rio de Janeiro en juin 2012. Les commentaires, parfois emphatiques, auraient gagné à être plus sobres et la musique, trop hétéroclite, à être moins invasive.

Malgré ces quelques réserves, la beauté de certains plans (avec quelques vues aériennes qui prennent l’allure de tableaux abstraits, la marque de fabrique de Yann Arthus-Bertrand) et l’explication claire des mécanismes qui gouvernent les océans (les courants, la chaîne alimentaire et son rôle dans la régulation des espèces) font de Planète océan un documentaire passionnant.

Technique - 7 / 10

Le test a été effectué sur un check disc. Présentation sans fantaisie : un disque dans le boîtier bleu standard. Choix entre sous-titres français ou néerlandais ; 20 chapitres.

Pas grand-chose dans le tiroir à suppléments : trois courts documentaires sur le tournage au-dessus de Rio (6’17”), sous l’eau (2’22”) et à Shanghai (5’43”), le tout en SD et DD 2.0.

L’encodage AVC 1080p assure une image piquée, avec une parfaite restitution des détails dans les plans larges et une belle palette de couleurs. Les prises en macrophotographie, importées d’archives, offrent des contrastes extraordinaires.

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 assure une parfaite compréhension du commentaire. À signaler toutefois que le son multicanal ne profite qu’à l’accompagnement musical. Il n’apporte rien au commentaire pas plus qu’aux bruits d’ambiance qui n’ont pas été pris en direct (ni dans les séquences sous-marines, ni dans les vues d’hélicoptère, qui font l’essentiel du film).

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus