Chargement en cours…

L'avis de la rédaction
8 / 10
Technique :
Lecteurs :
Aucun avis, soyez le premier !

Jane Eyre : le test complet du Blu-ray

Royaume-Uni, USA - 2011

Réalisé par Cary Fukunaga

Avec Mia Wasikowska, Michael Fassbender, Jamie Bell, Imogen Poots, Judi Dench, Sally Hawkins

Critique par Sabrina Piazzi. Publiée le 8 janvier 2013

Critique

Jane Eyre est engagée comme gouvernante de la petite Adèle chez le riche Edward Rochester. Cet homme ombrageux ne tarde pas à être sensible aux charmes de la jeune fille. C’est le début d’une folle passion…

Enième adaptation du roman de Charlotte Brontë diront certains. Il est vrai que Jane Eyre aura connu plus d’une quinzaine de transpositions au cinéma, et plus d’une dizaine pour le petit écran. Alors que peut apporter Cary Fukunaga, le metteur en scène du très remarqué Sin Nombre, à cet univers ? Un ton inédit, sombre (voir les cauchemars et les visions de Jane) presque gothique voire fantastique (la photo et les décors sont magnifiques), mais surtout, ce que l’on retient de ce superbe drame, c’est avant tout son casting, en particulier son magnifique couple vedette, Mia Wasikowska et Michael Fassbender.

Très inspiré par Tess, le chef-d’oeuvre de Roman Polanski, Jane Eyre de Cary Fukunaga plonge littéralement les spectateurs dans les décors naturels du Derbyshire, la région des Midlands de l’Est de l’Angleterre, où le destin d’un homme et d’une femme vont se croiser et remettre en question les codes moraux et sociaux de l’époque. La force et la fragilité des deux comédiens principaux se répondent dès leur rencontre et emportent le spectateur vers des sommets dramatiques et sensuels qui placent directement cette nouvelle lecture du roman original parmi les plus belles et émouvantes à ce jour.

4,0 / 5 Généralités

Une fois n’est pas coutume, le visuel de la jaquette fait oublier l’horrible et repoussante affiche du film. Le menu principal est fort élégant, dans le même ton que la jaquette, animé et musical.

3,5 / 5 Suppléments

Le réalisateur Cary Fukunaga se plie au jeu du commentaire audio (VOST) avec naturel, concision et spontanéité. Avouant d’emblée être passionné par ce genre de supplément, en particulier ceux de directeurs de la photographie ou de techniciens, notre interlocuteur se montre peu avare en ce qui concerne sa collaboration avec le chef opérateur Adriano Goldman (qui avait signé la photo de Sin Nombre), les décors, la reconstitution, la musique, les lieux de tournage, les costumes, et la mise en scène proprement dite. Le cinéaste n’oublie pas de mentionner ses comédiens et indique qu’il lui paraît indispensable de (re)découvrir son film en HD afin de profiter des superbes partis-pris esthétiques. Un excellent commentaire !

S’ensuivent trois featurettes promotionnelles centrées sur les conditions de tournage (4’), la photo et la reconstitution (2’) et la musique de Dario Marianelli (2’). Chacun de ses segments donne la parole à l’ensemble du casting, au réalisateur Cary Fukunaga, au directeur de la photographie Adriano Goldman et au compositeur Dario Marianelli sur les défis rencontrés quant à cette nouvelle adaptation de l’oeuvre de Charlotte Brontë.

L’interactivité se clôt sur un lot de scènes coupées (16’) centrées pour la plupart sur les cauchemars de Jane. Ces séquences à la limite du fantastique (comme les apparitions de la jeune amie décédée de Jane) ont sûrement été coupées en raison de leur ton quelque peu anodin par rapport au reste du récit, même si quelques traces subsistent dans le montage final. D’autres chutes appuyaient le dilemme moral de Rochester.

4,0 / 5 Image

Il est difficile de juger le master HD de Jane Eyre car les superbes partis-pris esthétiques ont certes été respectés, mais occasionnent un grain fortement appuyé sur les séquences sombres, souvent éclairées à la bougie. A la nuit tombée, les noirs deviennent poreux, le piqué devient aléatoire et la gestion des contrastes laisse à désirer. Toutefois, l’éditeur n’a pas procédé à un quelconque lissage et ne dénature en rien les volontés artistiques du chef opérateur Adriano Goldman. Si les adeptes des images éclatantes risquent de rechigner, ils seront rassurés de voir (et d’admirer) les magnifiques scènes diurnes tournées en extérieur avec leur confondant lot de détails . La profondeur de champ permet de balayer du regard les incroyables décors naturels jusque dans les arrière-plans. En revanche, la colorimétrie est volontairement atténuée et fait la part belle aux gris et bleus sombres comme dans un tableau de Whistler.

4,0 / 5 Son

Les versions anglaise et française bénéficient d’un mixage DTS-HD master Audio 5.1. Afin de se plonger véritablement dans l’ambiance du film, nous vous conseillons d’oublier immédiatement le doublage français, totalement inapproprié, même si les effets latéraux sont plus nombreux voire parfois trop gonflés, à l’instar du vent et d’autres éléments naturels qui paraissent parfois « rajoutés ». La piste originale est certes plus douce et l’exploitation des enceintes arrière parcimonieuse, mais le rendu est nettement plus fluide, délicat et posé, tout à fait dans le ton du film. Dans les deux cas, la musique de Dario Marianelli est ardemment délivrée et le caisson de basses utilisé à bon escient, notamment lors des visions et cauchemars de Jane. Les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant sont également disponibles.

Acheter ce Blu-ray sur Amazon (15,00 €)

Configuration de test :

  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Jane Eyre - Blu-ray

(publicité)