God Bless America : le test complet du Blu-ray

2011. Réalisé par Bobcat Goldthwait
Avec Joel Murray, Tara Lynne Barr et Melinda Page Hamilton

Édité par Potemkine Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 04/02/2013
Critique

Bonjour à toi Amérique télévisuelle, avec la dernière sonnerie du cochon péteur, les bimbos d’une sitcom de téléréalité qui se disputent en se jetant des tampax usés, la blondinette de parents friqués qui pique une colère car la voiture en cadeau d’anniversaire n’est pas de la bonne couleur, ou des téléprédicateurs qui affirment que Fukushima est une punition divine pour ne pas croire en Dieu ou dans le bon vieux American Way of Life.

La présent de Frank est un bébé qui braille dans l’appartement d’à côté, son boss qui le vire pour des raisons futiles, sa fille tête à claques qui ne veut plus le voir car elle s’ennuie trop dans ses week-ends de garde parentale, et un médecin qui lui annonce qu’il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre.

Alors Frank débloque. Il sort son flingue et commence à tuer les créatures les plus viles de la téléréalité américaine ou qui croisent son chemin. Il est bientôt rejoint par Roxy, une jeune lycéenne mal dans sa peau qui hait la superficialité. Ce couple improbable se lance dans une virée sanglante laissant derrière eux des dizaines de cadavres, un coast-to-coast en direction de Los Angeles, où doit se dérouler le final d’une télécrochet de style Nouvelle Star.

God Bless America fait immédiatement penser à Chute libre et à un Natural Born Killers avec un code éthique. Ceux qui se sentent choqués par la scène initiale devraient peut-être éviter de regarder le reste du film. Car le meilleur gag de l’histoire est que nous ne sommes pas en face d’une descente aux enfers… mais d’une comédie très noire et nihiliste.

Réalisé par l’un des acteurs de la saga de Police Academy, God Bless America est le résultat qu’on obtient lorsqu’un « comique » écrit le portrait au vitriol d’une Amérique obsédée par ses faux idoles de la téléréalité, et on lui confie un petit budget pour le tourner. Ses deux comédiens et bientôt tous les spectateurs sont embarqués dans un road movie satyrique comme on n’en voyait pas depuis longtemps. Les Etats-Unis tiennent en quelque sorte leur C’est arrivé près de chez vous. God Bless America ne connaît pas la délicatesse ; mais son humour cru et la mission presque sacrée de la quête de ses deux Bonnie & Clyde, héros & serial killers en même temps, lui donnent une charge d’énergie peu commune et une originalité rares dans le cinéma contemporain.

Généralités - 4,0 / 5

God Bless America illustre bien le raffinement et le soin du détail de Potemkine pour ses éditions vidéo. Le boîtier Blu-ray transparent est habillé par un joli fourreau différent du visuel de la jaquette. Le disque se met en route assez rapidement et l’interactivité est efficace. Juste une remarque : ignorez la mention « Dolby Digital » sur le menu ; toutes les pistes son sont bien en DTS-HD Master Audio comme indiqué sur la jaquette.

Bonus - 3,5 / 5

Les suppléments sont lancés par 2 segments vidéo tournés par l’éditeur au Festival de Deauville 2012 : d’abord une interview du réalisateur Bobcat Goldthwait de presque 12’ suivie par une rencontre avec le couple d’acteurs principaux Tara Lynne Barr et Joel Murray (14’). Certains propos paraissent redondants avec le (beau) making of plus bas dans la liste. L’objectif est de présenter au public français Bobcat Goldthwait, beaucoup moins connu de ce côté de l’océan, et aussi de décrypter la polémique sur l’usage intensif de la violence dans le film qui a fait rage aux Etats-Unis. Ces deux interviews compensent en quelque sorte l’absence du commentaire audio du réalisateur et des 2 comédiens, présent uniquement sur le Blu-ray américain.

Le Making of (environ 28’) mérite amplement le détour. L’équipe du documentaire a visiblement suivi la plupart du tournage, et a réalisé un journal vidéo en plusieurs segments, qui aborde les principaux thèmes du film et la réalisation de quelques effets spéciaux. Les propos ne sont jamais ennuyeux, et le document hérite le même style politiquement incorrect de God Bless America.

God Bless TV est une compilation de 5’ de toutes les fausses pub, émissions de téléréalité et reportages amplement arrosés par le chaines télé tout au long du road trip sanglant du film. Toujours amusant à revoir en long form, même si on connaît la plupart des gags.

Pour finir, sous la fausse mention « scènes coupées », on trouve en réalité une scène rallongée et un très court montage de bêtisiers et autres chutes du tournage. Sans grand intérêt.

Image - 4,0 / 5

Tourné en grande partie en extérieurs avec les (petits) moyens du bord, God Bless America est l’un de ces films qui semblent bien plus luxueux à l’écran. Le look s’apparente au vintage des années 70, lorsqu’Hollywood n’hésitait pas à arpenter les grands espaces et était moins consensuelle dans ses histoires. L’encodage Potemkine est très glorieux dans les extérieurs et les sets massivement éclairés, avec un tout petit grain qui lui va bien. La sous-exposition augmente et la définition chute dans les séquences sombres, où apparaissent les limites du petit budget du film. Le contraste est toujours très efficace.

Son - 3,5 / 5

Le Blu-ray offre deux pistes audio en DTS-HD Master Audio 5.1 au rendu très similaire. La construction sonore est très analogique et vintage. Le mixage ne sera jamais aussi sophistiqué que sur les grandes productions hollywoodiennes, mais les voix sont claires et jamais envahissantes. La bande son est mélangée avec beaucoup d’amour, mais on aurait apprecié un peu plus de dynamique pendant les nombreuses fusillades. VF et VOST sont assez équivalentes. Nous préférons la version anglaise, mais plus par choix artistique, pour apprécier la richesse des dialogues dans leur expression originale ! Il y a également une VOST 2.0, plus orientée pour le visionnage du film sans l’apport du Home Cinema. L’éditeur inclut aussi des sous-titres pour malentendants.

Configuration de test
  • Écran LCD Sony (Full HD, 3D)
  • Panasonic DMP-BD35
  • Pioneer VSX-921
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Giuseppe Salza
Le 4 février 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
God Bless America
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus