Bakuman - Saison 1, Box 1/2 : le test complet du Blu-ray

Bakuman

2010. Réalisé par Kenichi Kasai

Édité par Kazé Animation

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 04/07/2013
Critique

Moritaka Mashiro, collégien plutôt doué, mène une vie monotone ponctuée par le stress des examens et l’amour secret qu’il porte à Miho Azuki. Bien que passionné par le dessin, le décès de son oncle, un mangaka ayant connu son heure de gloire, le détourne de cette voie. Sa vie va prendre un nouveau tournant lorsqu’il rencontre Akito Takagi, le meilleur élève de l’établissement et aussi un scénariste de génie à ses heures perdues. Ce dernier compte bien devenir mangaka et demande à Mashiro de devenir son dessinateur. Ce dernier refuse mais pour pouvoir séduire la belle Azuki, il va devoir lui prouver qu’il peut dépasser ses rêves et inscrire son nom dans l’histoire du manga.

Les foudres de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata, les maîtres penseurs de Death Note, ont frappé deux fois les esprits. Bakuman, leur manga suivant, s’éloigne des carnets de la mort pour devenir une belle histoire d’amour pour la bande dessinée, et de ce qu’on peut accomplir avec un crayon et une feuille de papier.

Qui n’a pas rêvé de devenir mangaka ou de pénétrer dans les coulisses de cet univers qui attire des dizaines de millions de japonais chaque jour ? Qui sont ces créateurs mystérieux qui témoignent d’un individualisme et d’une persévérance inhabituels pour la société nipponne ? Quels sont les codes pour rentrer dans la programmation du Weekly Shônen Jump et des revues prestigieuses du manga ? Et qu’advient-il de ces artistes lorsque leurs séries sont supprimées ?

Cette première moitié de la saison 1 de Bakuman semble dire que la clé de la réussite - et du bonheur - tient un peu d’un jeu de hasard. Mashiro, qui se voyait promis à une existence anodine et dépourvue de vagues, doit dépasser sa timidité pour déclarer sa flamme à la fille de ses rêves. Il découvre aussi que l’avenir n’est pas tracé. Avec son fidèle ami Takagi, les deux adolescents connaîtront des premiers échecs mais aussi des succès encourageants qui les conforteront dans la longue route pour devenir mangaka.

Ohba et Obata conçoivent une aventure humaine d’un genre nouveau, une déclaration d’amour pour libérer l’imagination humaine de ses contraintes. Les passionnés du manga et de l’anime seront ravis par les nombreuses références réelles qui se logent dans Bakuman (les nemus, la maison d’édition Shûeisha, le Jump, les prix Tezuka…). Mais l’histoire et ses valeurs sont universels : ce classique en puissance de la japanimation reste accessible à tous les publics.

Généralités - 4,5 / 5

L’unique Blu-ray de la première partie de Bakuman (qui contient 13 épisodes, soit 325 minutes d’animation) est logé dans un luxueux boîtier clamshell cartonné, qui contient également 5 cartes collector. Le temps de réponse à l’insertion du disque, est parmi les plus rapides des éditeurs actuels. L’ergonomie de la galette est concentrée essentiellement sur un seul écran, qui permet de lancer l’intégralité du contenu, ou épisode par épisode.

Bonus - 2,0 / 5

Des contenus légers pour une série anime de cette envergure :

On commence par le générique de « La légende des Super Héros », la série fictive de l’oncle mangaka de Mashiro (si vous avez vu les premiers épisodes ou lu le manga, vous savez de quoi on parle). Il y a également les génériques musicaux du début et de fin. Ces 3 clips sont visibles en mode karaoké, avec les sous-titres en romaji et en français. A noter, pour les passionnés de la langue nippone, que les génériques réels dans les épisodes sont sous-titrés en kana et français.

Le Blu-ray inclut aussi une bande de spots promotionnels Kazé au lancement du disque.

Image - 3,5 / 5

La HD apporte une image propre, des couleurs chatoyantes et une vraie perception des personnages de l’anime. La concentration de plus de 5 heures de programme ne semble pas occasionner des sacrifices visibles de la vidéo, aussi pour les faibles besoins des 2 pistes PCM stéréo. L’animation - et notamment les arrières plans - ne sont pas aussi détaillés que dans d’autres séries (High School of the Dead par exemple) ; cependant, c’est en partie le résultat du choix artistique des animateurs, qui privilégient le focus sur les personnages.

Son - 4,0 / 5

A l’instar de la plupart des séries actuelles, Kazé se contente du PCM 2.0 de la VOST d’origine et de la version doublée. Bakuman n’est pas une série d’action, et la stéréo convient à la familiarité de l’histoire. Bien que la version japonaise se démarque pour sa justesse et sa clarté, la VF bénéficie également d’un doublage de qualité et d’une bonne présence dynamique.

Crédits images : © Tsugumi Ohba, Takeshi Obata, Shueisha/NHK, NEP, ShoPro

Configuration de test
  • Écran LCD Sony (Full HD, 3D)
  • Panasonic DMP-BD35
  • Pioneer VSX-921
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus