Evil Dead

Evil Dead : le test complet du Blu-ray

Combo Blu-ray + DVD

2013. Réalisé par Fede Alvarez
Avec Jane Levy, Shiloh Fernandez et Lou Taylor Pucci

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 06/09/2013
Critique

Mia a déjà connu pas mal de galères dans sa vie, et elle est décidée à en finir une bonne fois pour toutes avec ses addictions. Pour réussir à se sevrer de tout, elle demande à son frère David, sa petite amie Natalie et deux amis d’enfance, Olivia et Eric, de l’accompagner dans la cabane familiale perdue au fond des bois.
Dans la cabane isolée, les jeunes gens découvrent un étrange autel, et surtout un livre très ancien, dont Eric commet l’erreur de lire un passage à haute voix. Les plus épouvantables des forces vont se déchaîner sur eux…

Nous avions presque oublié que les remakes peuvent être des bons films ! Particulièrement dans le genre fantastique, où les révisitations semblent être une excuse pour nous coller des ambiances à la Twilight (Fright Night) où pour nous épater avec les derniers trucages numériques (Total Recall).

Ce n’est pas le cas ici. Cet Evil Dead est tout simplement le meilleur reboot qu’on ait vu au cinéma depuis … heu … Batman Begins de Christopher Nolan. La version 2013 est une boule des nerfs à vif, une ride d’une cruauté et d’un déferlement de gore insensés et d’un humour aussi noir que les âmes damnées des démons de la forêt. Il se paie aussi de luxe de signer quelques scènes horror de légende, parmi lesquelles il y en a au moins 3 qui marqueront vos neurones pendant longtemps.

Comment réussir un remake, là où de nombreux candidats se sont cassés les dents, et de surcroit lorsque l’oeuvre originale est une référence absolue du genre du dernier demi-siècle ? En se formant un caractère à l’extérieur du milieu. Pas dans un festival ou une soirée branchée, mais sur YouTube, où le court-métrage Ataque de pánico! (2009) nous offre 5 minutes de Michael Bay pour 300 $ de budget et devient un succès, qui garantira à son metteur en scène, l’uruguayen Fede Alvarez, un contrat avec la maison de production de Sam Raimi. Le film pressenti ne verra pas le jour mais lui ouvrira les portes du reboot d’Evil Dead.

Le succès du film tient à un autre événement fondateur : le personnage de Ash disparaît de l’histoire. Un sacrifice choquant pour les uns, mais nécessaire pour les cinéastes, pour permettre à cet Evil Dead de ne pas vivre dans les mémoires du passé. Dans la version 2013 nous avons Mia, une fille au passé trouble et qui, sans spoiler le récit, sera promise à un destin jamescameronien. Ce personnage central est joué avec beaucoup d’impact par Jane Levy (la série Shameless et maintenant Suburgatory).

Fede Alvarez trouve un bon équilibre entre les références vers le film original et la matière fraiche. Disons que cette nouvelle versions est plus orientée survival et établit des standards puissants : dans 10 ans, lorsque vous verrez un couteau électrique ou une seringue dans un film, vous penserez encore aux séquences choc de ce nouveau Evil Dead !

Généralités - 4,0 / 5

Ce test a été effectué à partir d’un check-disc. Le produit fini est logé dans un fourreau avec le Blu-ray et le DVD du film.

Les menus sont ludiques et visuels. Mention spéciale et un demi-point de plus au chapitrage le plus amusant que nous ayons vu depuis longtemps (oui, sans blague !), avec un accès au film par les pictogramme des objets ou des armes dans les séquences clés.

Bonus - 3,0 / 5

Si vous n’avez pas encore vu le film, évitez cette section pour l’instant. Presque tous les documentaires sont remplis de spoilers ou d’images gore en tout genre.
(Vous pouvez néanmoins lire les paragraphes suivants sans crainte, nous ne dévoilons aucune surprise)

La partie « internationale » du disque comprend 5 featurettes, hélas un peu courtes (entre 5 et 10 minutes) et inégales. Au lieu de respecter l’ordre séquentiel des programmes, nous commencerions par « La renaissance », le module qui ressemble le plus à la genèse du nouveau Evil Dead. Le documentaire se penche aussi sur le succès viral de Ataque de panico, le court-métrage de Fede Alvarez qui lui a permis de décocher un contrat avec Sam Raimi. A noter que Raimi a choisi de ne pas intervenir dans aucun des documentaires. En contrepartie, Bruce Campbell, bien qu’il ne joue aucun cameo dans le film, s’exprime à profusion et devient en quelque sorte le parrain des bonus.

On enchaîne ensuite avec « Une expérience difficile », un quasi reportage de guerre sur les conditions difficiles du tournage en Nouvelle-Zélande et les indignités en particulier que devra subir la pauvre Jane Levy. Les fans de la célèbre séquence en « shakycam » de l’aura du mal de la version 1982, seront ravis d’entendre que la course vertigineuse dans la forêt est de retour, et cette fois à l’aide d’une tyrolienne !

« Moi, Mia » accueille les confidences de l’actrice Jane Levy, qui joue le rôle principal, ainsi que quelques séquences du journal vidéo qu’elle avait tenu pendant le tournage. Les conditions ont été si éprouvantes, qu’elle est désormais vaccinée à vie pour les tournages difficiles.

Les deux autres modules sont ennuyeux. « Le tournage » est un EPK promo sans intérêt. « Le Livre des Morts » est particulièrement décevant. On s’imagine partis pour apprendre comment le Book of the Dead a été conçu, ou au moins certains effets de maquillage. Et ben non, il ne se passe strictement rien.

Metropolitan signe le dernier bonus du disque, une rencontre avec Fede Alvarez à l’avant-première française au cinéma du Rex de Paris, lieu sacré pour le fantastique et pour la mythologie de la saga, car c’est ici où Sam Raimi reçut le Grand Prix du Festival du Cinéma Fantastique avec Evil Dead, voici plus de 30 ans. Bon, « Masterclass » est un intitulé un peu optimiste pour un module qui dure à peine 10’32”. Cependant, les questions portent sur des sujets non couverts par les autres bonus, et la conversation est toujours intéressante.

Une sélection de bandes-annonces Metropolitan (en VF ou VOST) clôture le tout. On se quitte avec un creux dans l’estomac, et les doigts tordues par la recherche vaine du court-métrage Ataque de panico! en bonus caché. La rencontre parisienne avec Fede Alvarez permet à la section bonus de dépasser la moyenne, mais franchement, Metropolitan, on vous a connus moins paresseux…

Image - 5,0 / 5

L’éditeur nous a habitués à des encodages excellents, et ne faiblit pas à la tâche. Evil Dead devient un spectacle de grand guignol détaillé jusqu’à la dernière goutte de gore ou morceau de chair putréfiée. Bien qu’il ait tourné son film en numérique à 4K (Sony CineAlta F65), Fede Alvarez a insisté pour réaliser la plupart des effets spéciaux en caméra. Un vrai film splatter d’autres temps, avec des moulures en latex et assez de sang pour remplir une piscine entière. Rien de tout ça ne nous est épargné, grâce à un encodage vidéo de haute volée, qui élabore un nouveau look réaliste et dark, différent du 16 mm du film original, mais tout aussi effrayant.

Son - 4,0 / 5

Hurlements, cisaillements, arbres qui s’animent, revenants en tout genre, crescendos… Tous les ingrédients des possessions démoniaques sont réunis pour nous faire passer 92 minutes de cauchemars. Le DTS-HD Master Audio a été inventé pour nous tenir éveillés à 4 heures du matin et nous forcer à regarder sous le lit… Un peu plus de présence dans les infra-graves aurait été la bienvenue. Mis à part ça, les pistes VOST et VF offrent des ambiances sonores précises, avec des voix trop centrales et envahissantes dans la version doublée.

Saluons l’initiative de Metropolitan d’améliorer l’accessibilité de ses vidéos, avec une piste Audiodescription en VF et des sous-titres français pour malentendants.

Crédits images : © Metropolitan

Configuration de test
  • Écran LCD Sony (Full HD, 3D)
  • Panasonic DMP-BD35
  • Pioneer VSX-921
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p
Note du disque
Avis

Moyenne

4,7
5
2
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Olivier Demangeon
Le 30 novembre 2016
« Evil Dead » est un très bon film d’horreur, particulièrement gore, avec des démembrements et énormément de sang. L’histoire est basique pour ne pas dire simpliste, mais la mise en scène est particulièrement efficace. La photographie offre la dimension nécessaire à créer un climat d’angoisse et de tension. Le casting offre de très bonnes prestations, efficaces et très réalistes. L’ensemble est efficient et fidèle à l’esprit et au slogan de l’original, une rude expérience de terreur.
Lire ma critique complète concernant ce film : http://wp.me/p5woqV-2Nu
Avatar
OBIO1971
Le 16 mars 2014
Excellent remake hyper gore, prenant et stressant. Les effets spéciaux sont très bons et contribuent fortement à la réussite du film en créant véritablement un malaise chez le spectateur qui devient le voyeur d'auto mutilations et scarifications en tout genre. Le réalisateur a créé un climat malsain, absent du premier film en traitant son histoire au premier degré. Pas de grand guignol mais une succession de scènes qui font mal. Le film de Raimi reste un chef d'oeuvre du genre mais le remake est de haute tenue.
Avatar
Giuseppe Salza
Le 27 août 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Evil Dead
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus