Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines) : le test complet du Blu-ray

2013. Réalisé par Arnaud Desplechin
Avec Benicio Del Toro, Mathieu Amalric et Gina McKee

Édité par France Télévisions Distribution

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 11/02/2014
Critique

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, Jimmy Picard, un Indien Blackfoot ayant combattu en France, est admis à l’hôpital militaire de Topeka, au Kansas, un établissement spécialisé dans les maladies du cerveau. Jimmy Picard souffre de nombreux troubles : vertiges, cécité temporaire, perte d’audition… En l’absence de causes physiologiques, le diagnostic qui s’impose est la schizophrénie. La direction de l’hôpital décide toutefois de prendre l’avis d’un ethnologue et psychanalyste français, spécialiste des cultures amérindiennes, Georges Devereux.

Jimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des Plaines) est l’adaptation du livre fondateur de Georges Devereux (1908-1985) publié en 1951, à travers lequel le célèbre psychanalyste et anthropologue retranscrivait son analyse et l’intégralité de ses longues séances avec Jimmy Picard, un Indien Blackfoot ancien combattant, atteint de troubles physiques.

Brillamment interprété par Mathieu Amalric et Benicio Del Toro dans les rôles principaux, le nouveau long métrage d’Arnaud Desplechin apparaît comme étant peut-être son film le plus accessible ou le moins hermétique plutôt. On suit avec délectation cet échange entre deux grands comédiens qui prennent un plaisir évident à se renvoyer la réplique comme une partie de ping-pong verbal de deux heures, l’un mettant constamment l’autre en valeur au cours de ces longs échanges.

Le réalisateur du magnifique Esther Kahn trouve ici l’opportunité de rendre un hommage évident aux films américains qui ont bercé son imaginaire avec ces grands espaces (ici entre le Montana et le Michigan) magnifiquement photographiés par le chef opérateur Stéphane Fontaine et bercés par la composition d’Howard Shore.

Avec élégance, en simplifiant sa mise en scène et en allant droit à l’essentiel - raconter la véritable rencontre et l’amitié entre deux hommes qui n’ont apparemment rien en commun - Arnaud Desplechin signe son film le plus attachant, le plus libre, surtout quand Georges Devereux (bondissant Amalric) explore les souvenirs et les rêves de Jimmy (Del Toro, roc fissuré) à travers une expérience qu’ils mènent ensemble, avec une complicité toujours grandissante, un respect commun et un sens de l’aventure, comme deux enquêteurs qui vont également découvrir beaucoup de choses sur leur propre personne. Et le spectateur se prend au jeu avec jubilation.

Généralités - 3,5 / 5

Le test a été réalisé sur check-disc. France Télévisions Distribution reprend l’interface commune pour l’ensemble de ses éditions. Le menu principal est animé et musical.

Bonus - 3,5 / 5

L’éditeur prend soin de l’édition HD du film d’Arnaud Desplechin et livre quelques suppléments très intéressants :

On commence par un making of traditionnel (15’) très bien fait, mixant quelques images de tournage (le réalisateur à l’oeuvre avec ses comédiens), des interviews de Benicio Del Toro, Gina McKee, Larry Pine, les producteurs, chacun revenant évidemment sur les thèmes du film, mais également sur la relation entre Mathieu Amalric et Arnaud Desplechin, leur cinquième collaboration.

La scène coupée (4’) montre Georges Devereux et sa femme en train de discuter, de se disputer plutôt, sur les origines juives de l’ethnologue et psychanalyste.

A l’occasion de la présentation de Jimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des Plaines) au Festival de Cannes en 2013, Arnaud Desplechin se plie au jeu de l’interview (11’). Nous n’avions jamais vu le cinéaste aussi cool et décontracté, visiblement très heureux de parler de ce film, de sa genèse, du livre de Georges Devereux, sa transposition à l’écran, l’histoire d’amitié.

Organisée le 23 septembre 2013, la masterclass Télérama (27’) avait invité Arnaud Desplechin afin de parler de Jimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des Plaines). Passées les louanges d’un Pierre Murat tout en admiration devant un metteur en scène qu’il adore, ce dialogue se révèle riche et bien mené.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce.

Image - 4,5 / 5

La copie aurait pu être encore plus aiguisée. En effet, le Blu-ray au format 1080p de Jimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des Plaines) n’est surtout édifiant que sur les séquences diurnes tournées en extérieur avec une admirable restitution des textures et un relief confondant. Le reste du temps, dans les intérieurs ou sur les scènes sombres, nous étions en droit d’attendre un report plus incisif des détails et un piqué plus vif. La définition n’est pas décevante en soi, mais les contrastes et les noirs manquent parfois de densité.

Cependant, la colorimétrie est éclatante, la clarté très agréable et le cadre large habilement exploité avec une brillante profondeur de champ. Dommage que l’élévation HD ne soit pas optimale, mais les partis pris de Stéphane Fontaine, brillant chef opérateur des films de Jacques Audiard (De rouille et d’os, Un prophète, De battre mon coeur s’est arrêté), demeurent flatteurs pour les mirettes.

Son - 4,0 / 5

Les mixages anglais et français DTS-HD Master Audio 5.1 parviennent tout juste à créer une immersion acoustique probante grâce au très beau thème musical du grand Howard Shore. Les ambiances naturelles viennent souvent à manquer sur les séquences en extérieur et l’ensemble se révèle souvent timide. Le report des voix est solide, la balance frontale fait gentiment son boulot, mais beaucoup de scènes reposent essentiellement sur les enceintes avant. A titre de comparaison, la version originale l’emporte sur la piste française du point de vue fluidité et homogénéité des voix avec les effets et la musique. Le changement de langue est impossible à la volée et nécessite le recours au menu contextuel.

L’éditeur joint également les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant, ainsi qu’une piste Audiodescription pour aveugles et malvoyants.

Crédits images : © Nicole Rivelli - Why Not Productions

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 4 février 2014
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des Plaines)
Bande-annonce VOST

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus