Le Club des Monstres : le test complet du Blu-ray

The Monster Club

Combo Blu-ray + DVD - Édition Limitée

1980. Réalisé par Roy Ward Baker
Avec Vincent Price, Donald Pleasence et John Carradine

Édité par Elephant Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 02/05/2014
Critique

Un romancier spécialisé dans le mystère et l’horreur, est invité au Club des Monstres, lieu de rendez-vous de vampires, loups-garous, et autres créatures fantastiques. Son hôte, le vampire Erasmus, lui raconte trois histoires terrifiantes. Une expérience dont notre romancier ne sortira pas indemne…

Le Club des Monstres n’est pas un film Hammer. Il a été produit en 1980 par Milton Subotsky, tête pensante de la Amicus, « l’autre » factory britannique consacrée au cinéma de genre dans les années 60-70, mais qui avait cessé d’exister avant ce tournage.

Voilà, Le Club des Monstres est un film testament. Le souvenir posthume de l’âge d’or du cinéma fantastique britannique et d’une certaines ambiance intemporelle - le look gothique, les bimbos, les effets spéciaux, les décors aux studios Bray… Un hommage aux scream kings - ici les vénérables Vincent Price et John Carradine, mais aussi Donald Pleasence. Le retour de la formule du film à sketches (ici, 3 histoires plus un « wraparound »). Et même une présence excessive de titres de glam rock on stage, jugées insupportables par certains à l’époque (il y a néanmoins une chanson rare des UB40), mais qui ajoutent aujourd’hui une couche au melting-pot de la culture populaire britannique des années 70.

Le film est inégal : le 1er et 3ème sketch sont réussis, alors que les interludes frôlent le ridicule, et on comprend bien la refus de Christopher Lee de jouer dans le film après avoir entendu son titre. Mais Le Club des Monstres vieillit assez bien dans son cercueil, entre ses clins d’oeil nostalgiques et quelques effets toujours efficaces.

Technique - 8,5 / 10

Comme les autres titres de la spéciale Hammer d’Elephant Films, Le Club des Monstres est édité en combo à tirage limité, avec un joli fourreau cartonné et un boîtier plastique à deux plateaux avec le Blu-ray et le DVD du film.

La pièce de résistance est une longue présentation du film par Alain Schlockoff (33’, en HD), mythique directeur de la revue L’Ecran Fantastique et grand expert de la Hammer. Ce décryptage, qu’il faudrait probablement visionner après avoir vu le film, précise que ce film n’a pas été produit techniquement par la Hammer ou la Amicus, mais affiche quelques stars et techniciens des 2 factories et constitue un hommage post-mortem de l’âge d’or du cinéma horror britannique. Alain Schlockoff s’était rendu sur le tournage du film et livre ses souvenirs des rencontres avec Vincent Price et John Carradine, ainsi qu’un historique de la carrière du réalisateur Roy Ward Baker. Il parle également de la musique du film, jugée hors contexte à l’époque. Un grand plongeon à remonter le temps, vers les années rugissantes de la Hammer.

Le disque offre aussi une galerie de photos, les crédits, la bande-annonce du film et celle de La comtesse Dracula. Les bonus sont identiques pour le Blu-ray et le DVD.

L’image, issue d’une copie restaurée très propre, constitue l’un des premiers atouts qui justifient l’achat du Blu-ray ! Le Club des Monstres est un hommage aux couleurs saturés, à l’ambiance gothique et aux pin-ups plantureuses de l’époque Hammer/Amicus, et les éditeurs ont déniché une copie étonnamment propre qui tient bien la route. Il manquera un peu de détails pour obtenir un 5 sur 5, mais très franchement, nous avons vu plusieurs encodages de films hollywoodiens récents qui ne lui arrivent pas à la semelle.

Rien que pour le plaisir d’entendre les voix originales de Pride, Carradine ou Donald Pleasence, nous préférons la VOST DTS-HD Master Audio mono d’origine très claire et ronde, à la fois dans les effets que dans la captation des chansons sur scène. Bien que le doublage soit généralement réussi, la VF est à fuir pour l’absence totale d’aigus et de dynamique.

Crédits images : © ITC Entertainment

Configuration de test
  • Écran LCD Sony (Full HD, 3D)
  • Panasonic DMP-BD35
  • Pioneer VSX-921
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus