Capitaine Flam - Volume 1 - Épisodes 1 à 16 : le test complet du Blu-ray

Captain Future

Édition remasterisée

1978. Réalisé par Tomoharu Katsumata

Édité par AB Vidéo

Voir la fiche technique

Critique

Capitaine Flam - Volume 1

Lorsqu’il devient subitement orphelin, Curtis Newton, dont les parents travaillaient dans une station spatiale en orbite autour de la Lune, se fait la promesse de faire régner l’ordre et la paix dans l’univers. Devenu adulte, le Capitaine Flam fait tout pour mener à bien cette mission…

Capitaine Future

Série japonaise cultissime née en 1978 et arrivée pour la première fois sur nos écrans français (dans l’émission « Les Visiteurs du Mercredi »), Capitaine Flam continue de traverser le temps grâce aux souvenirs émus des milliers de téléspectateurs nourris alors de space opera grace à Star Wars (1977). Outre la saga de George Lucas, ce genre était alors surtout représenté dans le monde de l’animation par Goldorak (1975), suivi de près par Capitaine Flam (1978), Albator (1978), Ulysse 31 (1981) ou encore Space Adventure Cobra (1982). L’oeil averti aura d’ailleurs peu de difficulté à repérer la patte de Tomoharu Katsumata, réalisateur de la série ayant oeuvré sur Goldorak et Albator.

Si la série animée a bercé l’enfance de la jeunesse des années 80, l’origine du personnage de Capitaine Flam remonte à 1940, sous la plume d’Edmond Hamilton, auteur prolifique de science-fiction et co-fondateur du style space opera ayant débuté par l’écriture de scénarios pour les aventures dessinées de Superman. Captain Future en version originale est devenu Capitaine Flam chez nous par peur d’un amalgame avec la BD Captain Futur, un brin érotique, signée Philippe Manoeuvre et Serge Clerc.

De la science-fiction, de l’action, du suspense, des mystères, des méchants masqués aux ambitions délirantes… ces récits ont trouvé dans la série animée Capitaine Flam un terrain fertile de développement donnant une oeuvre assez atypique, moins cartoon qu’Albator, moins répétitive que Goldorak, et chargée d’une certaine maturité (la violence, le sang et les questions éthiques sont monnaies courantes), sans être aussi « chaude » que Cobra…

La série, qui comporte un total de 52 épisodes, se découpe en 13 arcs narratifs de 4 épisodes chacun, ce qui permet de prendre son temps et d’explorer tout un tas de sous-intrigues sans vraiment de temps morts.

Ce premier volume, permet tout d’abord de faire connaissance avec le Capitaine Flam, son équipage et ses équipements légendaires. Son passé est exposé ainsi que l’origine de sa vocation à sauver l’univers des différents périls qui le menacent. Le premier épisode notamment, est l’occasion de découvrir le Cyberlabe sous toutes ses coutures et de se retrouver noyé sous un jargon scientifico-fantastique à faire rêver de conquête spatiale. Puis on plonge rapidement dans l’action du premier arc avec un premier vilain mythique, l’Empereur de l’Espace qui traverse la matière… C’est ensuite au tour de Wrackar (autre méchant masqué) de tenter d’éliminer le Capitaine Flam grace à un peuple aquatique et une machine à transférer les esprits. Puis vient le moment d’un premier voyage dans le temps, aux origines fantasmées de l’Humanité, avant de faire face à un conflit planétaire poussant le Cyberlabe au-delà de ses capacités pour tenter de mettre la main sur une machine capable de créer n’importe quel objet ou matière…

Pour nous accompagner dans ces aventures épiques et pleine de rebondissements, on retrouve avec un plaisir coupable la musique jazz-disco-électro bien ancrée dans les années 70/80 de Yûji Ohno (Edgar Détective Cambrioleur).

Capitaine Flam a certe pris de l’âge, mais en terme de narration et d’idées originales, elle en remontre encore largement aux séries plus récentes. Un classique indémodable.

Capitaine Flam - Volume 1

Généralités - 4,0 / 5

Après IDP et Déclic, AB Vidéo reprend le flambeau du célèbre Capitaine Flam en lui offrant une édition remastérisée et surtout accompagnée de sa version originale inédite en France.

Deux Blu-ray contenant 8 épisodes chacun (2 arcs narratifs par disque) sont logés dans un digipack 4 volets illustrés par des personnages de la série ou des vaisseaux et offrant la liste des épisodes (remis dans l’ordre et avec des libellés parfois plus proche du titre original). Le tout est glissé dans un fourreau mat assez réussi.

Le master utilisé est un master original japonais qui offre l’inconvénient de perdre les crédits français du générique, mais l’avantage d’avoir justement le générique original non modifié, ainsi que les séquences post-générique de fin qui présentent l’épisode suivant. Ces séquences n’ayant pas été doublées en France, elles sont accompagnées de musique sur la piste VF et d’une voix off sous-titrée sur la piste VOST.

Seule perte notable par rapport aux précédentes versions DVD : la possibilité de lire un arc de 4 épisodes sans repasser par les génériques.

Bonus - 0,0 / 5

Malheureusement, aucun supplément ne pointe à l’horizon. C’est bien dommage. Il est évident que la série se suffit à elle même, mais son public, devenu adulte, pourrait voir sa curiosité à propos de la genèse de cette série, être comblée par un reportage rétrospectif. On regrette aussi de ne pas retrouver les fiches personnages des éditions DVD précédentes.

Image - 4,5 / 5

Griffures, taches, poussières, artefacts d’encodage MPEG, colorimétrie variable… dites adieu à tous ces défauts qui accompagnent les précédentes éditions DVD. Nous sommes ici face à un nouveau master éclatant de propreté et de finesse. Il subiste ici et là quelques sautillements, mais globalement la qualité visuelle à fait un bond spectaculaire et l’encodage AVC de ces Blu-ray donnent véritablement un grand coup de frais à la série. La définition 1080i sur de telles images n’est d’ailleurs pas vraiment un handicap.

Son - 5,0 / 5

Côté son, deux nouveautés sont au programme : d’une part l’encodage en DTS-HD Master Audio (2.0mono) et d’autre part la présence de la version originale inédite en France.

Concernant l’encodage, on pourrait douter de l’intérêt d’un encodage HD sur une vieille piste 2.0mono, mais il faut bien admettre que le résultat est quasiment irréprochable. Les dialogues et la musique sont propres et on profite de toute cette ambiance de la meilleure façon qui soit.

L’ajout de la VOST s’accompagne de quelques aménagements et trouvailles. Par exemple, on peut profiter du générique original qui n’a rien à voir avec la célébrissime chanson de Jean-Jacques Debout et qui est bien plus raccord avec l’ambiance disco-jazz moderne présente dans les épisodes eux-mêmes. On se rend compte également que la fameuse chanson qui a bercé l’enfance de certains d’entre nous, est catapultée à répétition dans les épisodes dès que le Capitaine Flam fait une apparition héroïque ou que l’action s’accélère, allant parfois même jusqu’à se superposer sur la musique de la VOST ! Il s’agissait sand doute à l’époque de faire rentrer cette chanson dans les jeunes cerveaux afin de vendre plus de 45 tours… La comparaison des deux pistes sonores permet également de mettre en avant une traduction et des directions de jeu parfois plus qu’approximatives, et même des absences totale de doublage sur certains passages ! Du coup, à moins d’être attaché au charme nostalgique des voix françaises, la VOST devient vite incontournable une fois que l’on y a goûté, d’autant plus qu’elle permet de savourer l’ambiance originale de cette série culte. Une véritable redécouverte.

Capitaine Flam - Volume 1

Crédits images : © AB Vidéo

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,5
5
1
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Stéphane Leblanc
Le 5 mai 2017
Capitaine Flam a certe pris de l’âge, mais en terme de narration et d’idées originales, elle en remontre encore largement aux séries plus récentes. Un classique indémodable.
Avatar
dreamon-86
Le 15 mars 2017
La série est excellente, dommage que la partie vidéo soit encodée en 1080i/50 au lieu du 1080p/24 comme pour la récente sortie en bluray de space adventure cobra, mais bon avec AB Vidéo c'est une habitude. Ce qui serait intéressant de savoir c'est si l'édition du japon a bénéficié de cet encodage 1080p.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus