La Fille de Brest : le test complet du Blu-ray

2016. Réalisé par Emmanuelle Bercot
Avec Sidse Babett Knudsen, Benoît Magimel et Charlotte Laemmel

Édité par France Télévisions Distribution

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 06/04/2017
Critique

La Fille de Brest

Irène Frachon, pneumologue au CHU de Brest, a remarqué que l’occurrence d’une valvulopathie, une dégradation des valves cardiaques, était plus forte chez les patients qui prenaient régulièrement le Mediator 150 mg, un médicament commercialisé depuis 30 ans. L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, AFSSPS, rejette le 7 juillet 2009 les conclusions du rapport qu’elle a présenté, rédigé dans l’urgence, visant au retrait du médicament produit par le laboratoire Servier.

Avec La Fille de Brest, Emmanuelle Bercot s’engage à nouveau dans une dénonciation des vulnérabilités de notre système de protection sociale, comme elle l’avait fait avec La Tête haute à propos de la réponse de la justice et des services sociaux aux difficultés d’un jeune délaissé par sa famille.

Restait à faire un film de la relation fidèle de l’expérience d’Irène Frachon, décrite dans son livre Mediator 150 mg, Combien de morts ?. Les ingrédients d’une bonne histoire sont là : un enjeu important avec, sur un plateau de la balance, des morts à éviter et, sur l’autre, de solides revenus pour le laboratoire. Un puissant ressort dramatique : la lutte inégale du pot de terre contre le pot de fer.

Une heureuse combinaison de scénario, coécrit par Emmanuelle Bercot et Séverine Bosschem, créatrice de la série Xanadu, de la mise en scène et du montage réussit à faire d’une bonne histoire un bon film. Une tension qui monte assez vite, particulièrement à partir de l’audition d’Irène Frachon par l’AFSSPS, 20 minutes après le début du film et le suspense, solidement maintenu jusqu’à la fin, donne à La Fille de Brest des allures de thriller.

Le souci de réalisme est constant. Une autopsie étale crûment sous nos yeux les effets secondaires du médicament. Les conflits d’intérêts sont clairement exposés : aller contre ceux des laboratoires pharmaceutiques serait risquer d’appauvrir la recherche médicale au financement de laquelle ils contribuent. Un point délicat n’est toutefois pas abordé, celui de la prescription du Mediator. Destiné, à l’origine, au traitement du diabète, il a été largement prescrit contre l’obésité par les généralistes qui sont, en partie, responsables des dégâts causés (500 morts d’après la Caisse nationale d’assurance maladie).

La Fille de Brest doit aussi beaucoup à sa distribution, en particulier, pour le rôle-titre, à Sidse Babett Knudsen (le personnage principal de la série danoise Borgen), impressionnante par sa présence, sa rage de l’emporter dans un combat qui semble perdu d’avance, ses colères et ses moments d’abattement. L’actrice semble résolue à poursuivre une carrière internationale comme le démontre sa participation à L’Hermine (Christian Vincent, 2015) ou encore à la série Westworld en 2016. Plus sobre, en comparaison, Benoît Magimel est convaincant dans son interprétation du professeur Antoine Le Bihan, chef du service cardiologie du CHU.

La Fille de Brest

Technique - 7 / 10

La Fille de Brest (127 minutes) tient, avec son maigre bonus, sur un Blu-ray double couche logé dans le traditionnel boîtier bleu. Le menu animé et musical offre le choix entre deux formats audio, DTS-HD Master Audio 5.1 ou 2.0 stéréo. Également disponibles une piste d’audiodescription (DTS 2.0) et des sous-titres pour malentendants.

En supplément, un court extrait (3’) de la présentation du film lors de sa projection en avant- première au Monde Festival. Emmanuelle Bercot évoque la difficulté de raconter l’histoire en seulement deux heures. Irène Frachon se félicite que l’affaire ait entraîné une recomposition de l’AFSSPS, devenue ANSM, Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et renforcé la protection légale des donneurs d’alerte, mais rappelle que l’indemnisation des victimes reste difficile.

L’image (2.35:1, 1080p, AVC) est propre, bien définie, sans défauts de compression, avec un étalonnage soigné des couleurs.

Le son (DTS-HD Master Audio 5.1 ou 2.0 stéréo, au choix) est propre et ample et le format 5.1 procure une réelle sensation d’immersion dans l’ambiance pour les rares scènes tournées en extérieur, au bord de la mer. La compréhension des dialogues est occasionnellement problématique en raison d’un déséquilibre avec l’accompagnement musical et de quelques relâchements dans la diction.

La Fille de Brest

Crédits images : Jean-Claude Lother © 2016 Haut et Court - France 2 Cinéma

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
7 / 10
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 7 avril 2017
La Fille de Brest réussit à relater l’affaire du Mediator à la manière d’un thriller, grâce à la qualité du scénario et du montage. L’actrice norvégienne Sidse Babett Knudsen exprime avec justesse la détermination du personnage principal à remporter la victoire dans un combat qui semble perdu d’avance.

Lire les avis »

Multimédia
La Fille de Brest
Teaser VF
La Fille de Brest
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus