Hero Corp - Saison 5 : le test complet du Blu-ray

2017. Réalisé par Simon Astier
Avec Simon Astier, Alban Lenoir et Sébastien Lalanne

Édité par Universal Pictures France

Voir la fiche technique

Critique

Hero Corp - Saison 5

Montréal. L’agence Hero Corp et ses super-héros sont les maitres de la ville. L’atmosphère semble apaisée. Mais, en sortant de la cité pour une mission de routine, John, Doug, Mique et Stan réalisent qu’au-delà des remparts de protection, tout n’est pas si simple: les habitants du « monde sauvage » vivent dans la misère, sont exploités et semblent détester les super héros. De retour à l’agence, John et ses amis constatent qu’ils ne sont pas les bienvenus et la traque commence… Contraints de se cacher, ils rencontrent Calvin qui accepte de les guider vers une ville mystérieuse habitée par des rebuts de la société chassés par la population. Ils y retrouvent de vieilles connaissances…

Pinage final

Un ultime combat fait rage, il est figé, monochrome et accompagné d’une chant choral poignant… c’est la première page du dernier « comic-book-générique » de la série Hero Corp

Après 9 ans de rebondissements, de faux-arrêts et faux-départs, de mobilisation intense des « Hérocopains », de fous-rires francs, de frissons et de larmichettes, Hero Corp l’agence de super-héros créée par Simon Astier, ferme ses portes. De l’aveu de son créateur, auteur, acteur, réalisateur, cette 5e saison est bel et bien la dernière.

Hero Corp - Saison 5

Et si l’on pouvait reprocher à la série son côté bricolé des débuts et son jeu d’acteur parfois balbutiant, le niveau n’a jamais cessé de monter pour atteindre ici une maturité certaine. Le ton s’est assombri, les comédiens ont appris à évoluer dans cet univers en perpétuelle expansion, les effets spéciaux sont plus costauds que jamais et ce bouquet final est définitivement digne de l’attente des fans de la première heure.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, si le ton s’est assombri, si l’ensemble a gagné en ampleur et sérieux, l’humour caractéristique d’Hero Corp n’a pas faibli ! De dialogues improbables en situations absurdes, les gags fusent et semblent même gagner en intensité quand ils viennent désamorcer un moment de tension, jouant avec les nerfs du spectateur qui passe du rire aux larmes et inversement, en une fraction de seconde.

C’est avec un immense plaisir que l’on assiste à ces derniers épisodes, reconnaissant qu’une telle oeuvre, libre de ton et de forme, ait pu exister (non sans mal) sur les écrans français.

Simon Astier promet d’autres projets, la curiosité nous pique déjà…

Hero Corp - Saison 5

Généralités - 4,0 / 5

Digipack 2 volets avec vernis sélectif, surétui héroïque et un menu personnalisé comme à chaque saison, le soin éditorial apporté à Hero Corp aura été constant, même si l’on note, avec cette 5e saison, une baisse notable de la quantité de bonus. Deux leaflets sont glissés dans le Digipack : un avec la liste et les résumés des 8 épisodes, un autre présentant les BD Hero Corp qui explorent la genèse de certains personnages.

Bonus - 4,0 / 5

Il faut dire qu’avec les saisons précédentes, et surtout les troisième et quatrième, on s’était habitué à une véritable déferlante d’images en coulisses avec, entre autres trésors, des making of qui pouvaient plafonner à 2h40 !

Maladie de Simon Astier au premier lancement de cette saison 5, faillite de la boîte de post-production, on peu aussi comprendre que les conditions n’étaient pas aussi optimales que précédemment.

Quoiqu’il en soit, nous retrouvons ici, répartis sur les disques 2 et 3, quatre bonus qui totalisent un plus d’1h30 de contenus.

Histoire de se mettre dans l’ambiance et de faire la liaison avec la saison précédente, il est conseillé de visionner d’abord la websérie du disques 2 et ses 4 modules qui « expliquent » ce que sont devenus certains personnages. Il est d’abord question de réconcilier John et Klaus… pas simple. On retrouve ensuite Mc Kormack dans un virage à 180° en gourou d’une communauté bab’. Les dessous de l’Administration sont ensuite évoqués grâce à une interview de Captain Sport Extrême (hilarant Arnaud Tsamère) devenu… Président. Pour finir cette mise en bouche, on retrouve 4 personnages absents de la saison, en train de tourner une telenovela improbable… fous-rires garantis avec Jonathan Cohen qui semble partir en vrille improvisée.

Hero Corp - Saison 5

Direction ensuite le 3ème disque pour le making of de seulement 52 minutes cette fois. Tournage, confidences, coulisses, l’ambiance est assez studieuse et souvent stressée, Simon Astier évoque les difficultés de la production de cette saison et aussi la fin de la série. En raison certainement des soucis récurrents sur cette saison, ce making of semble se concentrer sur les tous premiers jours de production, dans deux décors seulement et n’aborde absolument pas la fin du tournage.

Le bêtisier, lui, s’étale sur toutes sortes de scènes et prouve une fois de plus qu’il est parfois difficile de conserver son calme et son sérieux face à telle ou telle scène ou lorsqu’il s’agit de délivrer des lignes de dialogues saugrenues.

La production de la série ayant dû faire appel au crowdfunding pour terminer le tournage, les contributeurs de cette campagne sont ici remerciés via un générique de 5 minutes qui clôture cette section suppléments.

Hero Corp - Saison 5

Image - 4,0 / 5

Captation vidéo oblige, le 1080i est de rigueur. Mais tant que l’image ne s’attarde pas sur des lignes droites à l’horizontale (ce qui peut engendrer des vibrations), le résultat reste très agréable, bien défini et ne perturbe en rien l’aventure.

Son - 5,0 / 5

Toujours assez soignée, notamment du côté musical, la bande son de Hero Corp profite une fois encore d’une piste DTS-HD Master Audio 5.1 extrêmement propre et laissant une large place aux dialogues. Les quelques effets sont bien placés et le caisson de basses se dégourdit la membrane de temps à autres. Petite nouveauté avec cette dernière saison, une piste stéréo plus adaptée aux configurations modestes et en PCM, ce qui assure un son sans perte.

Hero Corp - Saison 5

Crédits images : © CALT

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Stéphane Leblanc
Le 5 juillet 2017
Si le ton s’est assombri, si l’ensemble a gagné en ampleur et sérieux, l’humour caractéristique d’Hero Corp n’a pas faibli ! De dialogues improbables en situations absurdes, les gags fusent et semblent même gagner en intensité quand ils viennent désamorcer un moment de tension, jouant avec les nerfs du spectateur qui passe du rire aux larmes et inversement, en une fraction de seconde.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus