Ghost in the Shell : le test complet du Blu-ray

2017. Réalisé par Rupert Sanders
Avec Scarlett Johansson, Pilou Asbaek et Takeshi Kitano

Édité par Paramount Pictures

Voir la fiche technique

Critique

Ghost in the Shell

Le Major est une humaine unique en son genre : sauvée d’un terrible accident et dotée de capacités cybernétiques, elle est devenue un agent à la tête d’une unité d’élite, chargée de mettre les plus dangereux criminels hors d’état de nuire. Face à une menace d’un nouveau genre qui permet de pirater et de contrôler les esprits humains, le Major est la seule capable de l’anéantir. Alors qu’elle s’apprête à affronter ce nouvel ennemi, elle découvre qu’on lui a menti. Rien ne l’arrêtera dans sa recherche de vérité sur son passé.

REMAKE IN THE SHELL

Pour certains remakes, la comparaison avec le matériau d’origine est assez inévitable, surtout quand il s’agit de l’un des mangas les plus célèbres et surtout de son adaptation en long métrage animé. En effet, Ghost in the Shell et sa suite directe Ghost in the Shell 2 : Innocence dans une bien moindre mesure, ont rendu l’oeuvre de Masamune Shirow totalement incontournable dès qu’il s’agit d’aborder les thèmes de la fusion entre l’homme et la machine, ainsi que l’émergence d’une intelligence artificielle qui réclame son autonomie.

Ghost in the Shell

Rupert Sanders qui avait déjà impressionné les aficionados du fantastique avec son Blanche Neige et le chasseur orchestre donc, pour son second long métrage, cette adaptation ô combien casse-gueule et nous livre sa vision de Ghost in the Shell. Ce qui saute rapidement aux yeux, c’est que Sanders compile, rassemble et digère le manga, les films d’animation et même quelques oeuvres supplémentaires du panthéon de la SF. Il est impossible par exemple de ne pas penser à Blade Runner, lorsqu’il nous promène dans cette ville tentaculaire envahit par les publicités holographiques et la pluie. L’hommage va même plus loin lorsqu’il reprend presque à l’image près des plans du premier film d’animation ou le générique du second. Les plus attentifs auront même pu remarquer la présence totalement assumée d’un chien basset, marque de fabrique incontournable de Mamoru Oshii.

L’hommage est donc là, le savoir faire au niveau des images est incontestable et impressionnant, mais la coquille reste finalement assez vide… Ghost in the Shell impressionne mais n’enchante pas, il n’envoute pas. Tout reste assez froid et mécanique, dont l’interprétation de Scarlett Johansson qui est impeccable en androïde, mais dont l’humanité ne parvient pas à transpirer assez pour que l’on éprouve quoique ce soit pour son personnage.

Plein les mirettes donc, un très joli gadget cinématographique, mais le palpitant reste sur sa faim et il paraît vite évident que Ghost in the Shell cuvée 2017 n’aura pas la même place que ses illustres prédécesseurs dans la mémoire collective.

Ghost in the Shell

Généralités - 3,0 / 5

Paramount propose Ghost in the Shell dans un boîtier Blu-ray standard glissé dans un surétui carton. Menus animés et sonorisés aux couleurs du film. Pas de copie digitale du film, Paramount a laissé tomber depuis longtemps ce mode de consommation.

Bonus - 4,0 / 5

Autre habitude de Paramount, éparpiller les bonus de certains films. C’est pourquoi sur les 5 featurettes existantes pour le film, seules 3 sont présentes ici, il faudra chercher les autres dans une édition spéciale exclusive à la Fnac.

Il reste tout de même 52 minutes de coulisses à contempler sur ce Blu-ray.

Humanité sous-jacente : la réalisation de Ghost in the Shell fait office de making of principal en abordant assez richement la genèse de ce projet. Section 9 : cyber-protecteurs est de la même trempe, mais avec une focalisation sur les personnages et le background de la fameuse Section 9. Pour finir, Homme et Machine : la philosophie des ghosts se recentre sur l’histoire et son contexte en posant à nouveau la question de ce potentiel futur où la frontière entre homme et machine pourrait se dissoudre dans les progrès techniques et génétiques.

Ghost in the Shell

Image - 5,0 / 5

Si il y a bien un chose que l’on ne peut pas enlever à Ghost in the Shell c’est sa maestra visuelle. Tourné en 5K, le film fait la part belle aux effets spéciaux, aux images synthétiques et aussi à une photographie très soignée signée Jess Hall, déjà plongé dans le cyber avec le déjà oublié Transcendance. Le Blu-ray et son encodage AVC forment un écrin fantastique pour ce film qui ne trouvera concurrence que dans la version 4K UHD.

Son - 4,0 / 5

Toujours au chapitre des manies de Paramount, l’obstination à ne proposer que du simple Dolby Digital 5.1 pour la VF… Ce choix qui reste incompréhensible prive les spectateurs non-anglophones ou allergiques aux sous-titres d’un spectacle sonore profond et immersif que l’on retrouve avec bonheur sur la VOST en Dolby ATMOS compatible Dolby True-HD 7.1. Ambiances détaillées, basses enveloppantes, dialogues fins, la partie sonore est à la hauteur des images.

Ghost in the Shell

Crédits images : © 2017 PARAMOUNT PICTURES. ALL RIGHTS RESERVED.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,7
5
0
4
2
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Stéphane Leblanc
Le 22 novembre 2017
Ghost in the Shell impressionne mais n’enchante pas, il n’envoute pas. Tout reste assez froid et mécanique, dont l’interprétation de Scarlett Johansson qui est impeccable en androïde, mais dont l’humanité ne parvient pas à transpirer assez pour que l’on éprouve quoique ce soit pour son personnage.
Avatar
ouioui
Le 14 octobre 2017
Pas de commentaire.
Avatar
CritiKs Moviz
Le 12 juillet 2017
« Ghost in the Shell » est un très bon film de science-fiction disposant de visuels époustouflants à quasiment chaque nouvelle scène. La distribution offre de très bonnes prestations et Scarlett Johansson livre un personnage mi-homme, mi-robot très bien travaillé. L’intrigue reste cependant basique faisant appel à des clichés du genre qu’on a déjà pu explorer par le passé dans de précédentes productions. Les scènes d’actions sont très bien orchestrées. Le rythme est très dynamique, alternant fusillades, courses-poursuites et prises de tête existentielles pour le personnage principal. La fin laisse fatalement augurer une suite à venir, peut-être compromise par la faiblesse du résultat au box-office.
Lire ma critiquer complète concernant ce film : http://wp.me/p5woqV-4iw

Lire les avis »

Multimédia
Ghost in the Shell
Bande-annonce 1 VO
Ghost in the Shell
Bande-annonce 2 VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus