Grave : le test complet du Blu-ray

Combo Blu-ray + DVD

2016. Réalisé par Julia Ducournau
Avec Garance Marillier, Ella Rumpf et Rabah Naït Oufella

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Critique

Grave

Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa soeur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.

La viande lui va si bien

Premier long métrage cinéma de Julia Ducournau, Grave en a dans le ventre question audace. Même si la réalisatrice préfère ne pas enfermer son film dans une case ou une autre, il faut bien admettre que le cinéma français n’est que rarement traversé par le genre gore, surtout porté par un véritable rodéo psychologique à tendance sexuelle… Oui, le programme de Grave est chargé et il faudra avoir l’estomac bien accroché pour pouvoir l’appréhender sans détourner la tête (les avant-premières et les projections en festivals ont vu de nombreuses fuites de spectateurs, incommodés - voire choqués - par certaines images).

Grave

Plus ou moins admises ou assumées, les références pleuvent et l’on sent vite que Julia Ducournau (34 ans) a mangé du film de genre étant petite et pas des moindres. Les ambiances et thèmes chers à Cronenberg (La Mouche, Le Festin nu, Crash), Kubrick (Orange mécanique, Shining), Lynch (Twin Peaks : Fire Walk With Me, Mulholland Drive) ou De Palma (Carrie) transpirent tout au long de cette transformation intérieure kafkaïenne, allégorie sanglante et tangible du passage de l’enfance à l’âge adulte, déclenchée en particulier par des rituels de bizutage humiliants voire dangereux…

Par une réalisation qui ne saupoudre qu’une poignée d’artifices, Grave atteint très vite son objectif : les tripes du spectateur. L’image est crue, le rythme est asymétrique et prend au dépourvu, même la musique de Jim Williams (Kill List, Touristes) joue avec les nerfs, un peu à la manière des classiques distordus d’Orange mécanique.

Déjà bardé de prix, Grave ne pêche finalement que par sa toute fin, trop explicative et trop précipitée alors que Julia Ducournau avait pris soin tout au long de son film de ne donner que des miettes à grignoter pour tenter de comprendre l’origine du goût particulier de son héroïne. Un jeu de piste à rebrousse poil, porté par Garance Marillier (à surveiller de très près), qui rappelle que l’innocence n’a qu’un temps. À table !

Grave

Généralités - 4,5 / 5

Le regard fort, le nez qui saigne, baignant dans une lumière de feu, l’héroïne de Grave envahit le packaging de ce combo Blu-ray/DVD servi dans un Digipack 3 volets. Les menus, dans la même ambiance aux couleurs saturées, profitent également de la musique du film et sa tonalité très Orange mécanique.

Bonus - 4,5 / 5

Si Grave est finalement assez peu bavard, sa réalisatrice et son actrice principale le sont ! Lors de deux entretiens de trois quart d’heure chacun (celui de Garance Marillier est exclusif au Blu-ray) le journaliste de Mad Movies n’a besoin que de quelques questions courtes pour lancer les deux femmes qui sont peu avares de détails, de sources d’inspirations, de méthodes de travail… Entre un véritable making of et un commentaire audio, ces deux interviews présentent deux personnalités fortes, encore jeunes dans le métier, mais faisant preuve d’assurance, de maturité et d’une grande culture.

Les deux scènes coupées sont assez anecdotiques et l’on ne regrette pas qu’elles soient restées sur le sol de la salle de montage.

Seule frustration de cette partie bonus, l’absence du court métrage de Julia Ducournau Junior (2011), premier rôle de Garance Marillier, dans lequel il est déjà question de « désordre alimentaire » et dont il est grandement question dans les interviews.

Grave

Image - 5,0 / 5

Pour accompagner cette spirale vers le fond de l’âme de Justine, les images de Grave jouent le réalisme et comptent sur des effets discrets et une prise de vue assez naturelle, renforçant ainsi le malaise. L’encodage AVC de ce Blu-ray, très à l’aise avec ces images peu complexes, délivre une définition impeccable et une grande stabilité dans les couleurs et lumières.

Son - 5,0 / 5

À l’instar de David Lynch qu’elle affectionne, Julia Ducournau est très attentive à la bande sonore de son film. Dialogues, musiques, effets, tout est mixé de façon très précise et volontaire sur une piste unique DTS-HD Master Audio 5.1 qui n’hésite pas non plus à descendre dans des basses cauchemardesques… un accompagnement indispensable et viscéral pour le film. Une piste en audio-description est également proposée.

Grave

Crédits images : © 2016 Wild Bunch

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
1
3
1
2
1
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Stéphane Leblanc
Le 17 août 2017
Plus ou moins admises ou assumées, les références pleuvent et l’on sent vite que Julia Ducournau (34 ans) a mangé du film de genre étant petite et pas des moindres. Les ambiances et thèmes chers à Cronenberg , Kubrick, Lynch ou De Palma transpirent tout au long de cette transformation intérieure kafkaïenne, allégorie sanglante et tangible du passage de l’enfance à l’âge adulte, déclenchée en particulier par des rituels de bizutage humiliants voire dangereux…
Avatar
Philippe Gautreau
Le 16 août 2017
Grave, une fascinante allégorie du passage de l’adolescence à l’âge adulte, un premier long métrage étonnant, cruel, abouti, révèle le talent de la réalisatrice Julia Ducournau et de Garance Marillier, jeune actrice qu’on a hâte de revoir. En prime, deux entretiens qui, une fois n’est pas coutume, complètent utilement le film.
Avatar
CritiKs Moviz
Le 16 août 2017
« Grave » est un film d’horreur médiocre, l’histoire prend des détours cérébraux indigestes pour présenter des scènes gores de cannibalisme. L’intrigue est vide, et dans une certaine mesure malhonnête, cherchant à présenter une déviance comme une maladie héréditaire. Les scènes de gore sont graphiquement bien orchestrées et la prestation de la distribution est honorable avec une excellente performance de Garance Marillier. Le rythme, la photographie et la bande originale sont corrects. Reste un film surévalué et à éviter pour les plus sensibles.
Lire ma critique complète concernant ce film : http://wp.me/p5woqV-4Bu

Lire les avis »

Multimédia
Grave
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus