L'Amant double : le test complet du Blu-ray

2017. Réalisé par François Ozon
Avec Marine Vacth, Jérémie Renier et Jacqueline Bisset

Édité par France Télévisions Distribution

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 27/09/2017
Critique

L'Amant double

Chloé, une jeune femme fragile, tombe amoureuse de son psychothérapeute, Paul. Quelques mois plus tard, ils s’installent ensemble, mais elle découvre que son amant lui a caché une partie de son identité.

L’Amant double, réalisé par François Ozon en 2017, une fable sur la dualité, est l’adaptation du roman Lives of the Twins, publié en 1987 par Joyce Carol Oates qui a, elle-même, deux facettes puisqu’elle signe ses policiers du pseudonyme de Rosamond Smith !

Avec L’Amant double, un thriller psychologique à la Hitchcock ou, plus encore, à la Polanski (Rosemary’s Baby), à la Brian De Palma (Sisters (soeurs de sang)) ou à la David Cronenberg (Faux semblants, Dead Ringers), François Ozon, dans un constant défi à la raison, manipule agréablement le spectateur auquel il révèle que, derrière l’apparence, peut se cacher une réalité bien différente. Les zones d’ombre, entretenues par le job de Chloé, immobile et muette dans son emploi de gardienne de musée, ne seront d’ailleurs jamais complètement dissipées, laissant une place au doute, sans complètement lever le voile de mystère enveloppant les deux personnages.

L’Amant double diffuse un érotisme frontal, très trouble, que l’élégance des plans et du montage ne rend jamais dérangeant. Pas plus que ne l’est la séquence d’ouverture, aussi belle qu’inattendue, qui rappelle celle de l’œil et du rasoir, emblématique de Un Chien andalou de Luis Buñuel.

L'Amant double

Les effets visuels, jamais gratuits, sont au service du scénario. Le dédoublement des personnages dans des séquences montées en split screen, les superpositions, les jeux de miroir… sont là pour exprimer la dualité des personnages, annoncée, dès avant le générique, par le changement d’apparence de Chloé qui fait couper à la garçonne ses cheveux longs.

La dualité, récurrente dans le cinéma de François Ozon, par exemple dans Swimming Pool ou, tout récemment, dans Frantz, est convoyée par l’ambiguïté des deux protagonistes, subtilement communiquée par Jérémie Rénier et par Marine Vacth à laquelle François Ozon donne, pour la deuxième fois, la vedette après Jeune & Jolie, en 2013.

L’Amant double, envoûtant et déroutant, confirme que le talent, l’élégance et l’inspiration si particuliers de François Ozon ne donnent aucun signe d’épuisement, seize longs métrages et vingt années après la sortie de Sitcom. Il réalise là un de ses meilleurs films.

L'Amant double

Généralités - 3,0 / 5

L’Amant double (108 minutes) et ses suppléments (23 minutes) tiennent sur un Blu-ray double couche logé dans un boîtier noir de 11 mm. Le menu animé et musical propose le choix entre deux formats audio, DTS-HD Master Audio 5.1 ou 2.0 stéréo.

S’y ajoute une piste d’audiodescription Digital Surround DTS 2.0 stéréo.

Sous-titres pour malentendants, bien placés au bas de l’image, à cheval sur la bande noire.

Bonus - 2,0 / 5

En supplément, Essais lumière et costumes (5’) fait prendre des poses par les acteurs dans différents costumes, dont certains qu’ils ne porteront pas dans la film, puis des scènes coupées (8’), les projets d’affiche (2’) en diaporama, un entretien avec l’équipe du film (6’) où François Ozon évoque sa découverte des romans de Joyce Carol Oates et où les acteurs parlent de leur personnage, sans rien révéler sur la réalisation. Pour finir, L’Amant double à Cannes (3’) montre Farnçois Ozon et les acteurs sous les flashes des photographes et sous les applaudissements du public à l’issue de la projection du film, retenu dans la sélection officielle.

L'Amant double

Image - 5,0 / 5

L’image (2.39:1, 1080p, AVC), lumineuse, à la fois précise et d’une texture agréable, affiche des couleurs joliment saturées : soigneusement étalonnées, elles restituent naturellement les tons de peau. Les contrastes sont fermes, avec des noirs biens denses.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1, légèrement plus enveloppant que l’alternative proposée (DTS-HD MA stéréo), restitue clairement les dialogues, dans un bon équilibre avec la musique de Philippe Rombi qui a signé l’accompagnement de presque tous les longs métrages de François Ozon.

L'Amant double

Crédits images : © Mandarin Production, FOZ, Mars Films, Films Distribution, France 2 Cinéma, Scope Pictures

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 27 septembre 2017
L’Amant double, un envoûtant et déroutant thriller psychologique, confirme le talent, l’élégance et l’inspiration si particuliers de François Ozon qui réalise là un de ses meilleurs films.

Lire les avis »

Multimédia
L'Amant double
Bande-annonce
L'Amant double
Teaser

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus