Butterfly Kiss : le test complet du Blu-ray

Combo Blu-ray + DVD

1995. Réalisé par Michael Winterbottom
Avec Saskia Reeves, Amanda Plummer et Kathy Jamieson

Édité par Outplay

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 02/10/2017
Critique

Butterfly Kiss

Eunice erre le long des autoroutes du Lancashire, au nord de l’Angleterre. Elle s’arrête dans une station-service, demande à la caissière si elle s’appelle Judith et la tue. Quelques kilomètres plus loin, dans une autre station-service, elle rencontre Miriam. Fascinée par Eunice, Miriam quitte sans hésiter son poste de caissière et sa mère invalide pour suivre l’inconnue…

Butterfly Kiss est le premier long-métrage de fiction de Michael Winterbottom pour le grand écran, sorti en 1995, après huit années de réalisation pour la télévision de documentaires et séries, notamment l’excellente série Cracker dont il a dirigé les deux premiers épisodes de la saison 1.

Butterfly Kiss se range dans la catégorie des road movies sanglants, impossibles à effacer de la mémoire après un seul visionnage, telles Thelma & Louise et Tueurs nés (Natural Born Killers), mais révèle une originalité, une subtilité qui en font un film tout à fait particulier, notamment par les astucieuses incertitudes de son scénario et l’ajout à son contenu psychologique d’une dimension sociale.

Eu & Mi, « you and me »

Seul le hasard fait se croiser le chemin de deux jeunes femmes, Eunice, exubérante, provocatrice, agressive, dangereuse, et Miriam, effacée, timide, quasi-mutique, apparemment inoffensive. La méchante et la gentille. Une différence profonde dont elles ont conscience : à Miriam qui lui dit « Je vais faire de toi une bonne personne », Eunice répond « Je te rendrai mauvaise avant que tu puisses me rendre bonne »

Butterfly Kiss

Cette dissimilitude, paradoxalement, va rapprocher les deux personnages. Le contact de l’une avec l’autre va déclencher un amour fou, une réaction chimique qui va transformer l’une et l’autre pour aboutir à une sorte de fusion des deux personnalités, rappelant Créatures célestes (Heavenly Creatures, 1994), de loin le film le plus subtil de Peter Jackson. Là est l’extraordinaire atout d’un scénario qui réussit, peu à peu, à faire naître chez le spectateur une irrésistible empathie pour Eunice, un personnage qu’on aurait cru irrémédiablement haïssable. Butterfly Kiss s’achève sur une scène inoubliable mêlant l’horreur à la tendresse, la cruauté à la poésie.

Peut-être, le cinéma de Michael Winterbottom étant toujours elliptique, ne faut-il voir en Eunice et Miriam que la coexistence du bien et du mal en un seul personnage. Une possible hypothèse. Miriam, face à une caméra, probablement dans la salle d’interrogatoire d’un commissariat de police, fait seule le récit de l’équipée sauvage.

Les deux actrices sont inoubliables, Saskia Reeves, contrôlée, incarne Miriam et l’Américaine Amanda Plummer, spontanée, l’explosive Eunice, avec une imitation confondante de l’accent du nord de l’Angleterre.

Butterfly Kiss, édité et réédité au Royaume Uni et aux USA, était toujours absent des catalogues français. Absence regrettable pour un des films emblématiques de la vague de renouveau qui a secoué le cinéma d’outre-Manche au milieu des années 90, à l’époque où sortaient deux films de Danny Boyle, Petits meurtres entre amis (Shallow Grave) et Trainspotting.

Outplay répare cet oubli en ajoutant Butterfly Kiss à son catalogue.

Butterfly Kiss

Généralités - 4,0 / 5

Butterfly Kiss (88 minutes) et son supplément (30 minutes) tiennent sur un Blu-ray double couche et un DVD-9 logés dans un Digibook. Le menu animé et musical propose le film dans sa version originale, avec sous-titres optionnels, au format DTS-HD Master Audio 2.0.

Sous-titres pour malentendants.

Inséré dans la couverture, un livret de 16 pages illustrées, contient un intéressant entretien de Michael Winterbottom avec Michel Ciment et Yan Tobin (publié dans le magazine Positif de décembre 1996) sur sa rencontre avec Ingmar Bergman, à l’occasion de la réalisation de deux documentaires sur le cinéaste suédois, sur le choix, pour un premier film, du sujet dérangeant de Butterfly Kiss, sur les décors, les actrices…

Bonus - 5,0 / 5

You & me : amour et marginalité (30’). Yann Tobin (alias N.T. Bihn), critique et universitaire, après avoir rappelé les débuts de Michael Winterbottom à la télévision, donne du film, après l’avoir resitué dans son époque, une présentation d’une qualité rarement vue en complément vidéo. La liberté de filmer, assurée par le modeste budget (autour de 400 000 livres sterling), la structure du scénario coécrit avec Frank Cottrell Boyce, ses ellipses, la poésie des dialogues, le jeu des actrices, tout est dit et finement analysé. Un document d’une telle densité qu’il serait vain de tenter de le résumer.

Image - 4,0 / 5

L’image (1.85:1, 1080p, AVC) a été soigneusement nettoyée avec un lissage modéré du grain pour éviter l’altération de la texture argentique originelle. Un soigneux nettoyage n’a laissé subsister que quelques minuscules taches blanches et noires, à peine décelables.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 2.0 mono, débarrassé des bruits parasites et de souffle, assure la clarté des dialogues et une bonne dynamique donne une réelle présence à l’ambiance, souvent rythmée par le passage en trombe des voitures sur les autoroutes. Pas de distorsions dans l’accompagnement musical.

Butterfly Kiss

Crédits images : © Outplay

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 2 octobre 2017
Butterfly Kiss, le premier long-métrage de fiction de Michael Winterbottom, un road movie sanglant impossible à effacer de la mémoire après un seul visionnage, un des films emblématiques de la vague de renouveau qui a secoué le cinéma d’outre-Manche au milieu des années 90, à l’époque où sortaient deux films de Danny Boyle, Petits meurtres entre amis et Trainspotting, nous arrive enfin, après une aussi longue absence !

Lire les avis »

Multimédia
Butterfly Kiss
Bande-annonce VO

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus