Designated Survivor - Saison 1 : le test complet du Blu-ray

Designated Survivor

2017. Réalisé par Paul McGuigan
Avec Kiefer Sutherland, Natascha McElhone et Adan Canto

Édité par 20th Century Fox

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 08/02/2018
Critique

Designated Survivor - Saison 1

Chaque année, pour le discours sur l’état de l’Union devant le Congrès, le président des USA et tous les membres de son gouvernement sont au Capitole. Tous sauf un, Tom Kirkman, secrétaire d’état au logement, le poste le moins important du cabinet, qui a été désigné successeur du président dans l’hypothèse où un attentat surviendrait. L’impensable se produit : une énorme explosion détruit le Capitole et tue le président Richmond et tous les membres de son cabinet. Seul un représentant du congrès est, contre toute attente, retrouvé dans les décombres. Tom Kirkman doit alors, au pied levé, assumer la lourde charge de président…

Designated Survivor, c’est le bébé de David Guggenheim, créateur, showrunner et coproducteur de la série, qui se place soudain sur le devant de la scène après l’écriture de trois scénarios, dont celui de Sécurité rapprochée (Safe House, de Daniel Espinosa, 2012) avec Denzel Washington, et de 12 heures (Stolen, de Simon West, 2012) avec Nicolas Cage, deux films vite oubliés.

Designated Survivor marque aussi le retour de Kiefer Sutherland dans une mission de sauvetage des USA qu’il avait assumée dans la peau couverte de cicatrices de Jack Bauer, membre très actif du CTU (le fictif Counter Terrorist Unit) qui sauva à huit reprises le pays d’un désastre quasi-apocalyptique dans l’inoubliable série 24 heures chrono (24, 8 saisons, 195 épisodes) créée en 2001 par Robert Cochran et Joel Surnow.

Difficile, également, de ne pas penser à la remarquable saga d’Aaron Sorkin, À la Maison Blanche (The West Wing, 1999, 7 saisons, 155 épisodes) qui nous a dévoilé, pendant deux mandats successifs du président démocrate Josiah ‘Jed’ Bartlet, les rouages de l’administration et ses jeux politiques.

Voilà ce qui ne facilitait pas les choses pour Designated Survivor qui doit se frayer un chemin dans le terrain miné par les souvenirs laissés par ces deux illustres séries.

Designated Survivor - Saison 1

Plus superficiel qu’À la Maison Blanche sur les institutions politiques et leur fonctionnement, Designated Survivor en donne néanmoins une vue assez claire, en insistant sur les compromis que doit accepter la Maison Blanche, par exemple sur la délicate question du contrôle de la vente d’armes, pour s’assurer le soutien du Congrès qui vote les lois et approuve le budget. Le scénario se nourrit d’une succession d’imprévus créant des situations délicates auxquelles est confronté le nouveau président : neutralisation en territoire étranger du chef de l’organisation islamiste qui a revendiqué l’attentat du Capitole, lynchage de musulmans encouragés par le gouverneur d’un état, indices révélateurs d’un complot interne, dénégation devant la presse des informations qui ont fuité pour ne pas saper l’efficacité des enquêtes en cours…

Designated Survivor est tout autant un thriller plein d’action dans lequel le rôle principal, celui de l’agent du FBI Hannah Wells, revient à Maggie Q (Tori dans la saga Divergente et titulaire du rôle-titre dans la trépidante série Nikita, 2010, 4 saisons). Un rebondissement chassant l’autre, l’agent spécial est confronté à des challenges aussi exigeants que ceux que devait relever Jack Bauer, un ressort efficace du suspense tout au long des épisodes.

Faute de dégager la profondeur et la subtilité d’À la Maison Blanche, en dépit de quelques passages un peu appuyés pour stimuler la fibre patriotique du public d’outre-Atlantique, Designated Survivor se regarde avec plaisir.

Et le dernier épisode montre que, si les efforts conjugués du président Kirkman et de l’agent Wells ont permis d’éviter plusieurs catastrophes, une terrible menace pèse encore sur les USA. Il faudra attendre la sortie du Blu-ray saison 2, en cours de diffusion depuis le 21 septembre sur le réseau ABC, pour connaître la suite…

Designated Survivor - Saison 1

Généralités - 3,5 / 5

Designated Survivor, saison 1 (21 x 42 minutes) et ses suppléments (29 minutes) tiennent sur six disques (5 BD-50 et 1 BD-25) logés dans un boîtier non fourni pour le test, effectué sur check discs.

Le menu fixe et musical propose le choix entre version originale et doublage en français, les deux au format DTS-HD Master Audio 5.1.

Les sous-titres optionnels, pas toujours très rigoureux, cèdent, une fois encore, au stupide besoin de faire dans le vulgaire. Un exemple, parmi d’autres, à l’épisode 4 où la réplique du président, « Unbelievable! » est si délicatement traduite par « Espèce de connard ! ». Incroyable !

Bonus - 2,5 / 5

En complément, L’intégrale du premier discours du président Kirkman (2’), celui prononcé juste après l’attentat du Capitole avec le bonus de quelques secondes qui avaient été écartées du montage définitif. Puis, Designated Survivor, le compte-rendu (17’), une suite de commentaires du créateur David Guggenheim, des producteurs et des acteurs, illustrés d’extraits de la série, de scènes de tournage, de planches du storyboard, qui n’ajoutent pas grand-chose au visionnage de la série. On y apprend juste qu’un conseiller technique, un journaliste politique qui fit aussi partie d’une des équipes de la Maison Blanche, a assisté les scénaristes. Et aussi que la série fut tournée à Toronto avec force décors et effets visuels pour la situer à Washington D.C.

Pour finir, le bonus le plus intéressant, Backstage avec les services secrets (10’) : l’acteur LaMonica Garrett, l’interprète de Mike Ritter, l’agent de la CIA chargé de la sécurité rapprochée du président, nous fait visiter, dans les studios de Toronto, la fidèle reconstitution des bureaux de la Maison Blanche, le bureau ovale, le cabinet room (où se réunissent tous les membres du gouvernement), le PEOC (Presidential Emergency Operations Center), le bunker bien connu des cinéphiles, d’où le président et l’état-major peuvent suivre, en direct sur de grands écrans, le déroulement des opérations les plus délicates.

Designated Survivor - Saison 1

Image - 5,0 / 5

L’image (1.78:1, 1080p, AVC), lumineuse, solidement contrastée, avec des couleurs naturelles, des noirs profonds, est d’une netteté révélant tous les détails du cadre, dans les scènes de jour comme de nuit.

Son - 4,0 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 5.1 de la version originale bénéficie d’une bonne dynamique et utilise assez efficacement les voies surround pour créer une bonne impression d’immersion dans l’action, avec quelques effets spectaculaires.

Designated Survivor - Saison 1

Crédits images : © ABC Studios

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 8 février 2018
Designated Survivor confirme qu’on peut toujours compter sur Kiefer Sutherland pour sauver le pays de la catastrophe, même après qu’il ait rendu le badge de Jack Bauer pour endosser le complet trois pièces de président des USA. Un thriller plein d’action et de rebondissements.

Lire les avis »

Multimédia
Designated Survivor - Saison 1
Bande-annonce VF
Designated Survivor - Saison 1
Extrait VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus