Les Temps modernes : le test complet du Blu-ray

Modern Times

1936. Réalisé par Charles Chaplin
Avec Charles Chaplin, Paulette Goddard et Henry Bergman

Édité par Potemkine Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 29/01/2018
Critique

Les Temps modernes

Ouvrier sur une chaîne, Charlot serre des boulons, deux à la fois, une clé dans chaque main, jour après jour, à une cadence qui ne lui laisse aucun répit jusqu’à ce qu’il perde les pédales, soit viré et hospitalisé pour dépression nerveuse. À sa sortie, sans emploi, il prend sous sa protection une jeune orpheline…

Les Temps modernes (Modern Times), sorti en 1936, marque la dernière apparition du personnage de Charlot, « the Tramp ». C’est aussi, vu la rareté de ses dialogues (cinq ou six ordres éructés par le patron, en guise d’effets sonores, et une présentation enregistrée sur 78 tours de la machine à nourrir), probablement le dernier film muet. Chaplin continue sa résistance après Les Lumières de la ville (City Lights), sorti en 1931, comme F.W. Murnau avec son dernier film, Tabou, tout récemment édité sur Blu-ray, également dans une édition conjointe Potemkine/MK2.

Charles Chaplin avait écrit des dialogues pour Les Temps modernes qu’il n’a finalement pas utilisés. À juste titre : ils n’auraient, sans le moindre doute, pu qu’affadir le film articulé sur une suite de gags visuels qui s’enchaînent comme une mécanique bien huilée pour déclencher le rire.

Si le film est quasiment muet, la bande son reste pourtant indissociable de l’image, les bruitages divers et la musique d’accompagnement. Les mélodies, composées par Chaplin, furent orchestrées par d’autres. Alfred Newman s’y est collé, non sans tensions avec le réalisateur lui aurait donné du fil à retordre ! Et il y a aussi son inoubliable interprétation en charabia international de la fameuse chanson française Je cherche après Titine, Titine, ô ma Titine

Les Temps modernes

Bien qu’un carton nous annonce « une histoire sur l’industrie, l’initiative individuelle et la croisade de l’humanité à la recherche du bonheur », le ton, jamais sentencieux, est celui d’une pochade d’un monde industriel sans âme, écrasant les faibles. Il se double de celui d’une romance entre Charlot et « la gamine », interprétée par une Paulette Goddard pétillante. Elle était déjà, avant le tournage, la compagne de Chaplin, qu’elle allait épouser quatre mois après la sortie du film aux USA.

Les Temps modernes diffuse sa critique sociale avec la même légèreté qu’il ridiculise la maréchaussée. Et c’est sur une note optimiste que s’affiche le mot « fin » : Charlot et la gamine, sans abri, sans un sou en poche, marchent d’un pas joyeux vers un ailleurs incertain sans avoir renoncé à leur rêve d’une maison bien à eux. Il reviendrait chaque soir y retrouver sa bien-aimée qui l’accueillerait avec des petits plats amoureusement mijotés. Autrement plus plaisant que l’épilogue resté dans les placards des studios qui mettait un point final à l’idylle : la gamine choisissait de s’enfermer dans un couvent !

C’est bien Charlot qu’on a retrouvé, avec un pied de nez aux bonnes manières… Les Temps modernes, qui fut présenté comme film de clôture du Festival de Cannes en 2003, est resté un modèle du comique inusable, traversant les décennies sans prendre une ride.

Les Temps modernes

Généralités - 5,0 / 5

Les Temps modernes (88 minutes) et ses compléments (100 minutes) tiennent sur un Blu-ray (BD-50) logé dans un boîtier non fourni pour le test. Le menu animé et musical propose le film avec la possibilité d’afficher en sous-titres la traduction des intertitres.

Sous-titres pour malentendants, faisant, pour la traduction d’une ou deux minutes de dialogues, double-emploi avec les sous-titres disponibles.

On trouve dans le coffret un livret de 104 pages avec une introduction de Cecilia Cenciarelli et cinq chapitres. Le citoyen Chaplin, compagnon inséparable, propose une analyse approfondie de l’œuvre par Peter von Bagh qui y voit « un film profondément hétérogène », « une réflexion profonde à propos du bonheur et du cauchemar, de la liberté et de l’aliénation, de la condition de l’homme (…) un film minimaliste et pourtant semblable à des tableaux de maître, avec d’immenses horizons ». Puis, dans Chaplin, la dépression et le contexte culturel des Temps modernes, Charles Maland, professeur à l’Université du Tennessee, replace le film le contexte historique, mais aussi culturel, des années 30, qui furent un « âge d’or » de Hollywood. Dans Une histoire d’industrie et d’entreprise individuelle, Christian Delage passe en revue des thèmes du film et évoque l’état d’esprit régnant dans l’équipe de tournage. Une bande-son miraculeuse, par Timothy Brock, offre une passionnante approche de la fonction de la musique dans le cinéma de Chaplin et l’analyse fouillée d’une scène. Le film dans les salles par Anna Fiaccarini, rappelle les réactions opposées que suscita sa sortie aux USA, son interdiction par l’Allemagne nazie… Le livret se referme sur une Anthologie critique avec des signatures prestigieuses, Graham Greene, André Bazin, Roland Barthes, Alberto Moravia… et sur Les Temps modernes dans les Archives Chaplin.

Un remarquable livret qui tranche avec la relative pauvreté des bonus vidéo.

Les Temps modernes

Bonus - 3,0 / 5

En complément vidéo :

Introduction de David Robinson (6’), traduite en français. Le film montre l’intérêt de Chaplin pour les questions sociales, le remplacement d’ouvriers par des machines, le morcellement du travail par le taylorisme. Une première fin, désenchantée a été abandonnée. Est évoqué le procès pour plagiat du film de René Clair A nous la liberté, intenté par Tobis, maison de production allemande, en représailles de Le Dictateur, selon la rumeur.

Interview de Marion Fontaine, historienne (18’). À défaut d’avoir donné une vision réaliste du taylorisme, Chaplin en reflète l’esprit en montrant les gestes répétitifs de Charlot dans les premières scènes du film. Ce bonus longuet, alourdi par des répétitions, n’a que peu de rapports directs avec le film.

Dans les coulisses de l’ère des machines (42’), un film éducatif du Women’s Bureau of the US Department of Labor à l’intention des entreprises, montre (dans différents secteurs d’industrie) qu’une machine peut faire le travail de plusieurs ouvrières et invite les entreprises à reconvertir à d’autres emplois les titulaires de postes supprimés. Le film décline douze recommandations à mettre en œuvre pour assurer aux ouvrières de bonnes conditions d’hygiène et de sécurité.

La fabrication d’une roue de voiture dans les usines Ford (5’), noir et blanc, muet). Ce court métrage donne un exemple frappant du morcellement du travail : l’intervention de chaque ouvrier se limite à exécuter des gestes simples, dans un temps qui peut ne pas dépasser une seconde.

Symplony in F (10’, noir et blanc, muet), un film promotionnel des usines Ford célébrant la sortie de la 28 000 000 Ford V8.

Chaplin retrouvé : Les Temps modernes (italien sous-titré, 19’). Nous avons gardé pour la bonne bouche cet intéressant bonus, conçu par Gian Luca Farinelli et produit par la Cineteca di Bologna, le seul qui complète vraiment le film. Le 11 octobre 1934, à 17h00, résonne le premier clap du tournage du film dans les studios Chaplin où furent construits, à partir de croquis dessinés par le directeur artistique Charles D. Hall, d’immenses décors d’engrenages en bois et en caoutchouc peints en gris acier. Les archives des studios ont permis d’apprendre beaucoup sur les méthodes de travail de l’acteur-réalisateur, en particulier sur son goût pour la perfection : on sait qu’il lui a fallu cinq jours et une vingtaine de prises pour tourner la scène de la machine à nourrir les employés sans qu’ils aient à quitter leur poste de travail ! Nombre de ses films antérieurs montrent qu’il s’intéressait à la politique (ses voyages pour la promotion de City Lights lui avaient permis de rencontrer Churchill et Gandhi) et à la condition des ouvriers (il avait visité les usines Ford en 1923). La grande dépression l’a probablement incité à réaliser Les Temps modernes.

Les Temps modernes

Image - 4,5 / 5

L’image (1.33:1, 1080p, AVC) a bénéficié, nous dit un avertissement, d’une première restauration opérée en 2000 par la Cineteca di Bologna et les laboratoires de L’Immagine Ritrovata, puis d’un traitement additionnel, par les mêmes, en 2013, pour l’édition Criterion.

Le résultat est là : un nettoyage méticuleux a éliminé les moindres taches ou griffures et réduit le bruit jusqu’aux limites du possible sans dénaturer la texture argentique. Les contrastes sont fermes, avec des blancs lumineux et des noirs denses et un étalonnage soigneux. Quelques scintillements fugaces, pas vraiment gênants.

Son - 4,5 / 5

Le son DTS-HD Master Audio 2.0 suscite un constat semblable : la remastérisation a effacé tous les craquements et réduit le souffle au point qu’il soit devenu à peine perceptible. Une bonne dynamique et une assez large ouverture du spectre donnent l’impact souhaité aux bruitages et une belle ampleur à la musique, grâce à une restauration dirigée en 1998 par le chef d’orchestre et compositeur Timothy Brock.

Les Temps modernes

Crédits images : © Roy Export SAS

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
3
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 30 janvier 2018
Les Temps modernes diffuse sa critique sociale avec la même légèreté qu’il ridiculise la maréchaussée. Et c’est sur une note optimiste que s’affiche le mot « fin » : Charlot et la gamine, sans abri, sans un sou en poche, marchent d’un pas joyeux vers un ailleurs incertain sans avoir renoncé à leur rêve d’une maison bien à eux. Ce modèle du comique qui a traversé les décennies sans prendre une ride nous revient dans une édition enrichie d’un passionnant livret d’une centaine de pages.
Avatar
dirtylulu
Le 9 juin 2010
superbe édition pour ce chef d'oeuvre
Avatar
Gilles
Le 16 juin 2003
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Les Temps modernes
Bande-annonce

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus