Iria - Vol. 1 : le test complet du DVD

Iria: Zeiram the Animation

1993. Réalisé par Tetsuro Otonashi

Édité par Kazé Animation

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 09/05/2001
Critique

Les débuts dans le métier d’une jeune et jolie chasseur de primes, dans un univers SF aussi coloré que les contes de Jack Vance. Avons-nous mentionné la beauté troublante d’Iria ? C’est justement le talent de Masakazu Katsura dans la création d’héroïnes supersexy (« Video Girl », c’est lui), qui a enduit les auteurs du manga original à lui confier le design de l’adaptation OAV de « Iria ».

Dans ce premier volume (3 épisodes), on assiste aux premières aventures d’Iria, aux prises avec une créature indestructible - le « Zeiram » (très justement surnommé « tête d’abat-jour » par les fans), sur fond de complot intergalactique. Si le récit est déjà vu et épuisé (notamment dans Gunnm), on se passionne vite pour l’esprit indépendant de sa jeune héroïne, et pour l’originalité des mondes et des mecha-designs.

Généralités - 4,0 / 5

Le design à tout prix. C’est le credo de Kaze pour le premier des 2 DVD sur les aventures d’Iria. Le logo de la saga - et les formes de son personnage homonyme - sont joliment déclinées sur le packaging du disque : cover, disque sérigraphié et mini-livret.
Les menu animé, en plein style tech noir, est introduit par une courte intro 3D très réussie. La navigation peut paraître un peu déroutante : l’écran d’accueil n’est pas le menu principal du disque, et très franchement, on peut se poser des questions sur l’ergonomie du menu Kaze. Ce disque a été réalisé en joint-venture avec un éditeur allemand, et ça se voit : la localisation en français a été oubliée sur quelques sous-écrans (rien de bien méchant, toutefois). Mais dans son ensemble, le soin apporté au disque est tout à fait en ligne avec l’esprit Kaze.

Bonus - 3,5 / 5

Autant le dire tout de suite : la qualité des suppléments est une chose, et leur accessibilité en est une autre. Les bonus sont en ordre dispersé, à trois endroits différents du disque. Les plus distraits risqueront d’en louper certains..
Le supplément le plus important du disque - l’interview à Katsura - ne se trouve pas dans la page des bonus, mais dans l’écran d’accueil du DVD. Ce document, produit par Kaze, offre un intéressant aperçu de la carrière du dessinateur, même si celui-ci tend parfois à répondre à coté.
La deuxième partie des suppléments est retranchée dans « Anime Virtual », reparti à son tour en 2 sous-sections : Anime Video et Anime Virtual (il n’y a pas comme une répétition ?). Le premier offre 3 clips/bandes-annonces de titres… qui ne sont pas distribués par Kaze en France (joint-venture oblige) : Réincarnations, El Hazard, le monde alternatif - vol. 1 et « Utena ». Le deuxième menu donne l’accès à trois galeries d’images : le design d’Iria, des mechas et le bêtisier. Des illustrations très intéressantes, mais pas assez nombreuses. Dommage..
Pour finir, direction vers le menu Kaze, l’équivalent du menu pomme macintoshien de l’éditeur. Quelques extraits ou bandes- annonces des autres titres Kaze sont disponibles dans le catalogue. On trouve aussi l’habituel mini-clip de présentation du site Internet de l’éditeur et les crédits. Le menu Kaze donne également l’accès à une partie des suppléments exclusifs du disque, ce qui est un peu hors-sujet par rapport à l’esprit contextuel du menu.
La beauté de Kaze est de diversifier les bonus dans les différents volumes des sagas. Iria - Vol. 2 devrait compléter la panoplie des éléments de ce premier disque.

Image - 4,0 / 5

Ce DVD exploite la technique du « seamless branching », pour présenter les 3 épisodes avec ou sans génériques. Sur certaines plates-formes, l’image pourra se figer pendant un court instant, tandis que sur d’autres, le passage est presque indétectable.
Dans son ensemble, le master et sa luminosité sont corrects. Quelques artefacts apparaissent dans les scènes sombres. La définition est assez digniteuse.

Son - 3,5 / 5

Les fans d’anime passeront directement à la version japonaise, qui garantit une bonne clarté et spatialisation du son. Sur la VF, les choses se gâtent : peu d’aigus et des graves un trop relevés, qui donnent envie de baisser le volume. Les voix françaises collent bien à la peau des personnages, mais la version doublée est loin d’atteindre la qualité de la VO.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony PlayStation 2
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus