Stargate SG-1 - vol. 8 : le test complet du DVD

Stargate SG-1

1999. Réalisé par Martin Wood
Avec Richard Dean Anderson, Michael Shanks et Amanda Tapping

Édité par MGM / United Artists

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/01/2001
Critique

Les Goa’uld n’ont pas fini de martyriser la planète Terre et la SGC. Dans les 4 premiers épisodes de la saison 3, la SG-1 est aux prises avec Hathor (suite et fin du cliffhanger de la saison 2), et doit signer un traité bilatéral de non-agression avec les Asgard et les Goa’uld. L’équipe de choc doit aussi traquer un Goa’uld qui se cache parmi les humains, et faire face à un virus invisible. L’ampleur des moyens et des idées sont au rendez-vous dans la troisième saison de « Stargate SG- 1 », qui se confirme comme l’une des meilleures séries de SF des années ‘90.

Généralités - 4,0 / 5

On ne change pas une équipe qui gagne. Pour le bonheur des fans, MGM continue à aligner 4 épisodes de 50 minutes par disque (double couche). En ce qui concerne le packaging, l’éditeur fait preuve de quelques efforts. Si le look & feel extérieur ne change pas beaucoup (disque un peu plus sérigraphié, mais le numéro du volume est toujours difficile à différencier sur la jaquette), les vrais changements se trouvent à l’intérieur. Les menus ont été entièrement refaits en 3D, avec une profusion de symboles et autres signes caractéristiques de la série. Quelques efforts à signaler aussi du coté de l’ergonomie générale.

Bonus - 2,0 / 5

Enfin, ils sont là ! Pour l’instant, ce n’est pas exactement la profusion, mais plutôt un début très timide : une bande- annonce (en VO) de la troisième saison de « Stargate SG-1 », et une featurette de 7 minutes (sous-titrable en français), artificiellement gonflée à coups de promos. Comparativement à d’autres séries TV, c’est très pauvre, mais au moins c’est mieux que rien…

Image - 3,5 / 5

A l’instar des volumes précédents, chaque épisode est en format 16/9 anamorphique. Mais l’éditeur montre ici des vrais efforts pour gommer le bruitage vidéo des autres DVD. Le grain et les drops sont toujours là, mais ils sont plus délicats et moins intrusifs. Sinon, la définition et le chromatisme sont de qualité.

Son - 4,0 / 5

Voici le deuxième atout du disque : la VO est en 5.1 ! A notre humble avis, les canaux supplémentaires n’apportent pas aux épisodes une richesse et un contraste perceptibles, mais si la présence du 5.1 peut faire plaisir à certains, soit. La VF - très bien doublée - compense ses carences de sophistication par une bonne dynamique.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony PlayStation 2
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus