Fucking Amal : le test complet du DVD

Fucking Åmål

1999. Réalisé par Lukas Moodysson
Avec Alexandra Dahlström, Rebecca Liljeberg et Erica Carlson

Édité par CTV International

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 23/04/2001
Critique

Quelques grains de beauté dans un monde de brutes. « Fucking Åmål » démontre l’imprévisibilité du cinéma. Une histoire-OVNI de teen-agers sur la découverte de leur sexualité, menée de bout en bout avec une fraîcheur et une franchise rarement égalée dans le septième art (dans sa native Suède, « Fucking Åmål » est devenu une sorte de rite de passage pour les ados, et a écrabouillé le record au box-office de Titanic, c’est tout dire..).

« Fucking Åmål » n’est pas un « Dogma movie », comme certains l’ont affirmé, mais un conte ordinaire de la vie d’un groupe d’ados, filmé caméra à la main avec un esprit militant, pour percer leurs découvertes et leurs déceptions. « Fucking Åmål » est une histoire d’amour entre deux filles - avec happy end - où les « méchants » sont les copains hétéro du couple. C’est une façon de lire l’histoire. En réalité, l’oeuvre de Lukas Moodysson n’est pas tout à fait un film gay, mais une exploration de la sexualité des jeunes, avec une franchise et surtout une tolérance hors du commun. Un film-culte à voir et revoir, avec une recette bien plus incisive que la plupart des histoires d’ados des Pays « forts » du cinéma (« Fucking Åmål » est sorti aux US, mais sous le titre « Show Me Love », car les distributeurs n’avaient pas le courage de sortir un film avec le mot « fuck » dans le titre..).

Généralités - 4,5 / 5

« Fucking Åmål » marque l’un des premiers coups d’essai de CTV dans le DVD. Un démarrage tonitruant, avec l’un des films- culte les plus explosifs des dernières années. Si la recette de base se conforme à l’esprit du distributeur Film Office (sous-titres imposés, impossibilité de changer de langue à la volée), l’insertion du disque cache des véritables surprises, car la jaquette ne mentionne même pas la moitié des bonus présents ! Beau menu d’accueil animé et très grungy, commenté par l’une des chansons-phare du film. La jaquette (en recto- verso) et le disque sérigraphié sont aussi bien réussis. On déplore juste l’absence d’un livret, qui aurait pu publier une revue de presse du film.

Bonus - 4,0 / 5

Attention, surprise ! Le rétro de la jaquette ne mentionne qu’une infime partie des suppléments du disque (en fait, il cite juste la présence de la bande-annonce, en VF et VOST). Bien d’autres contenus se trouvent dans le sous-menu des bonus. En premier lieu, le commentaire audio (sous-titré) du réalisateur, très didactique mais aussi fort intéressant. Le DVD offre en outre quelques notes de production, et des biographies succinctes du metteur en scène et des deux actrices principales.

Image - 3,0 / 5

Une photo très grunge, avec beaucoup de grain - dû en partie à la source argentique, mais aussi à une compression approximative. Quelques petits artefacts et pixelisations ici et là.

Son - 4,0 / 5

Deux pistes audio (Dolby Surround) très brutes, voire violentes, avec le son tout à l’avant et une exploitation très minimaliste des voies arrière. Pas de fioritures et très peu de détails, mais une dynamique toujours bien présente. On préfère la VO pour son esprit très militant. La VF est plus artificielle, et peine à coller à l’esprit du film.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony PlayStation 2
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus