La Malédiction finale : le test complet du DVD

Omen III: The Final Conflict

1981. Réalisé par Graham Baker
Avec Sam Neill, Rossano Brazzi et Don Gordon

Édité par 20th Century Fox

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 14/06/2001
Critique

Troisième et ultime volet de la trilogie de « La Malédiction ». Trois ans après Damien, la malédiction II, Graham Baker (Beowulf) réalise cet ultime opus et Sam Neill incarne avec talent le rôle de Damien qui, rappelons le, est l’enfant du Prince des Ténèbres…

Damien, aujourd’hui adulte, est en passe de répandre sa diabolique hégémonie sur la terre entière. Il est non seulement à la tête d’un immense empire industriel mais il est aussi nommé Ambassadeur des Etats-Unis à Londres… Selon les prophéties bibliques, seule la seconde venue du Christ sur terre pourra mettre un terme à son ascension…

Cet ultime volet bénéficie d’un regain de souffle bien que la réalisation demeure assez académique. L’acteur Sam Neil est remarquable ; très sombre et inquiétant, il donne beaucoup d’épaisseur à son personnage. Ce dernier long métrage conclut une trilogie « biblicofantastique » au postulat intéressant mais dont l’exploitation faite tout au long des trois opus frise parfois la Série B.

Généralités - 2,5 / 5

Edité chez FPE, cette édition zone 2 est uniquement disponible dans le superbe coffret digipack « La Malédiction ». Comme pour les deux autres volets de la trilogie, le disque contient deux pistes : une en français et une en anglais. Elles sont toutes deux en DD 2.0 surround. Les sous-titres sont en quatre langues. L’image est un 16/9 anamorphique. Le film est découpé en 15 chapitres.

Tout comme pour Damien, la malédiction II, peu de bonus : uniquement les bandes-annonces des trois films et le commentaire audio du producteur. La navigation est, une fois de plus, très soignée et dans l’esprit des autres volets. Le menu principal, introduit par un splash screen, est sonore et animé. Quant à eux, les autres menus sont fixes et muets. La seule petite lourdeur de navigation, commune aux trois disques, réside dans le fait qu’il faut repasser par le menu racine pour changer, en cours de lecture, de langues ou de sous-titres.

Au final, l’éditeur nous propose un produit à l’habillage et à l’interactivité soignés mais dont l’exploitation sonore est extrêmement décevante, notamment sur ce second volet. Dommage également que cet épisode ne soit pas disponible séparément.

Bonus - 2,0 / 5

Ici, tout comme pour Damien, la malédiction II, il ne nous reste plus que les bandes-annonces d’époque (VO) des trois films et un commentaire audio réalisateur. Ce dernier est d’ailleurs peu bavard sur son travail… Rendez-vous sur La Malédiction pour découvrir la grosse partie des bonus du coffret.

Image - 3,0 / 5

La qualité visuelle de la copie, certes meilleure que sur le premier film, ne supplante toutefois pas celle de Damien, la malédiction II. Si l’image est, dans son ensemble, assez lumineuse, correctement contrastée, on constate un certain manque de netteté sur les seconds plans, une saturation au niveau des couleurs des visages, un manque de luminosité et de définition sur les scènes sombres et également quelques taches noires présentes sur le master.

Son - 3,0 / 5

Même si la VO reste plus faible que la VF, le DD 2.0 surround remplit correctement son rôle ! Il était temps… surtout au regard des pistes sonores DD 2.0 des précédents épisodes ! On retrouve ici plus de dynamique et quelques effets latéraux et arrière.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Panasonic TX PK20F 16/9 82 cm 100 Hz
  • Sony 535
  • Sony STR-DE 545
  • Enceintes Sony : frontales (SS MF415), Surround et centrale (SS CR290), caisson de graves Sony SAW M
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
noel
Le 22 décembre 2002
une fin baclée.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus