Serial Killers : le test complet du DVD

Killers

1998. Réalisé par Mike Mendez
Avec Dave Larsen, David Gunn et C.T. Miller

Édité par Seven7 Editions

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 20/08/2001
Critique

Attention, âmes sensibles s’abstenir. Que l’on trouve malsain, sensationnaliste, fulgurant, incompréhensible ou simplement raté, « Serial Killers » est l’un de ces trips « dark » qui ne laissent personne indifférent… à condition de supporter ses 45 premières minutes, car c’est à partir de là que le vrai film commence.

La publicité autour du film le compare à la fois à Tueurs nés et Une Nuit en enfer. En réalité, « Serial Killers » commence avec une référence aux frères Menendez, deux gosses de la bonne société d’Hollywood qui avaient massacré leurs parents avec des fusils à pompe (et qui avaient évité des condamnations lourdes au procès grâce au talent de leurs avocats). En tout cas, on ajoute un esprit à la Mickey & Mallory, on lâche deux frères serial killers dans la nature, et nous avons le concept du film. Ils pénètrent dans le pavillon d’une famille all-american, brutalisent le père et couchent avec les femmes de la maison.

Mais, comme nous disions auparavant, « Serial Killers » commence ici. Car la bonne famille est composé par des détraqués de la pire espèce, qui font passer les deux frères pour Gandhi et Mère Thérèse de Calcutta. On a du mal à suivre le réalisateur dans la suite du trip, mais il suffit de dire que le reste du film devient une accumulation de fusillades insensées, avec quelques dizaines des cadavres (essentiellement des flics et les cannibales dans la cave du pavillon) et du gore à go-go.

Mike Mendez ne cherche pas de plaire aux spectateurs ; il se contente d’exploser la cervelle de son film avec une structure incompréhensible, mais aussi avec une volonté de secouer le spectateur qui parvient à ses fins. Bijou méconnu ou film raté ? Les deux à la fois. Bref, un film-culte dans le bien et le mal, à conserver dans un recoin caché de la vidéothèque.

Généralités - 3,5 / 5

Nous sommes définitivement dans la catégorie DVD budget : écrans fixes et muets, une seule piste audio (VF 2.0), mais tout de même une vidéo en 16/9 anamorphique. Le DVD joue toutes ses cartes sur le design à sensation de la jaquette, et les avertissements pour les âmes sensibles. Le flyer du chapitrage et la sérigraphie du disque expriment bien la connotation « sick movie » de « Serial Killers ». Un disque low budget, mais un packaging très cult.

Bonus - 1,0 / 5

Juste la bande-annonce, et c’est tout. Contrairement aux indications sur la jaquette, celle-ci est disponible en VF et VO (sous-titrable).

Image - 4,0 / 5

Le style insensé de Mike Mendez met à dure épreuve les algorithmes d’encodage : un bon 90% du film est photographié avec de la lumière en contre-jour, et avec des contrastes ultra-violents. Globalement, la vidéo s’en sort assez bien, avec des noirs très profonds et une palette de couleurs assez réactive au moindre changement. La fluidité de l’image compense la définition un peu limitée et la granulosité de la pellicule.

Son - 3,5 / 5

Juste une piste française (en québecois, mais sans accent) en DD 2.0 assez limitée et centrale, mais qui s’élargit bien lors des nombreuses fusillades et leurs effets « gory ». Par contre, ne vous attendez pas à des prestations Comédie Française de la part des doubleurs, qui nous font regretter l’absence de la VO..

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony PlayStation 2
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus