La Princesse du rail : le test complet du DVD

1967. Réalisé par Henri Spade
Avec Jacques Santi, Armand Mestral et Jean Davy

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 28/05/2009
Critique

« Tchou, tchou… » Réponse encore aujourd’hui donnée par les enfants quand on leur demande « comment font les trains » ! Mais au second Empire, il n’y avait pas d’alternative à la vapeur, quand se construisait la ligne de Paris à Lyon et à la Méditerranée, la PLM. Nous voici transportés en Haute-Loire et en Lozère, là où allait se faire la jonction entre les deux tronçons.

Henri Spade, journaliste, écrivain, scénariste, producteur et directeur général adjoint de l’ex ORTF, décédé en novembre 2008, a réalisé en 1967 ce feuilleton (présenté ici dans sa version en 26 épisodes de 15 min., sur un scénario tiré de deux romans d’Henri Vincenot, « La pie saoule » et « Les chevaliers du chaudron ».
Cette sorte de docu-fiction nous montre la construction du chemin de fer, des ouvrages d’art, viaducs et tunnels, dans un paysage de petite montagne, le fonctionnement des locomotives, les bouzines, les conditions de travail du mécanicien, surnommé « le sénateur », et du chauffeur qui enfournait des pelletées de charbon dans le foyer pour garder au point d’ébullition les quelques 2 000 litres d’eau que pouvait contenir la chaudière.

Bonne idée d’avoir aussi saisi l’occasion de montrer que le burlesque principe de précaution sévissait déjà il y a près d’un siècle et demi. Des sommités, médicales ou politiques, avertissaient le grand public des risques encourus à prendre le train : l’organisme humain n’était pas fait pour supporter des vitesses excédant 45 kilomètres par heure ; le changement brutal de climat et de nourriture facilité par la rapidité du transport ne manquerait pas d’entraîner de graves désordres de santé, etc…

Sur cette trame, nous suivons Antoine Delorme dès qu’il quitte la forge de son village pour réaliser son rêve : devenir mécanicien de locomotive. Le rôle principal est tenu par Jacques Santi juste avant qu’il n’incarne Michel Tanguy au long des trois saisons d’un des plus populaires feuilletons français de la fin des années 60, tiré de la bande dessinée de Jean-Michel Charlier et Albert Uderzo, Les chevaliers du ciel repris, très librement, pour le grand écran dans le récent film de Gérard Pirès… Les chevaliers du ciel.

À ses côtés, bien d’autres personnages, tous amateurs de chanturgue et de ratafia, Armand Mestral, chanteur à la belle voix de basse et acteur, dans le rôle de Chambon, le doyen des mécaniciens, Annunciata (jouée par la regrettée Muriel Baptiste), la gitane voleuse de poules et princesse de Bohème, que traite comme sa fille le colonel Vidal, un vieux fou, sorte de Don Quichotte combattant pour la défense du cheval et l’anéantissement du monstre d’acier, interprété par Jean Davy qui sera, presque 20 ans plus tard l’Antonin Berg d’un autre feuilleton célèbre, « Châteauvallon ». Sans oublier Hervé Sand dans le rôle du chauffeur Claudius, qui allait être sur le devant de la scène, 7 ans plus tard, dans le rôle-titre de la série Chéri-Bibi.

Aux hommes et femmes il faut ajouter les machines, particulièrement la N° 80 système Crampton, affectueusement baptisée « Caroline » par Chambon, le mécanicien qui savait lui parler comme à une femme. Mécanicien et chauffeur étaient à l’air libre, sans la protection d’un toit contre les intempéries et les escarbilles, tout comme les infortunés voyageurs de troisième classe.

L’exhumation de cette oeuvre, aujourd’hui un peu désuète (les bagarres, notamment, ne sont pas bien convaincantes), continue d’enrichir le catalogue de « Mémoire de la télévision » pour le bonheur de tous ceux qu’intéresse la télévision française d’antan…

Généralités - 2,0 / 5

Sur le menu, la lite des 26 épisodes de 15 min. logés sur les deux disques (alors que la jaquette mentionne 13 épisodes de 26 min.). Un chapitrage, inutile, découpe en deux chaque épisode.

Bonus - 2,0 / 5

Les grandes dates du rail : résumées sur onze pages à faire défiler.
Filmographies sélectives du réalisateur, de la scénariste et de 6 acteurs.
Espace découverte « Mémoire de la télévision » : espace bien étroit, limité à 3 titres sur une seule page.

Image - 3,5 / 5

Ça fourmille, il y des tâches, des blanches et des noires, et des rayures en prime. Mais, dans l’ensemble, l’image reste très lisible et supporte plutôt bien l’agrandissement sur un écran de taille respectable. Les contrastes ne sont pas si mauvais compte tenu de l’âge de l’enregistrement, dont la note tient compte.

Son - 3,0 / 5

Les dialogues sont clairs, le souffle est modéré. Plus gênantes sont les fausses notes dans la musique, probablement dues à des variations de la vitesse de défilement de la piste son.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur InFocus IN76
  • Denon DVD-3910
  • Denon AVR-3806
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918 (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080i - Diagonale image 270 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 28 mai 2009
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus