Election 1 : le test complet du DVD

Hak se wui

2005. Réalisé par Johnnie To
Avec Simon Yam, Tony Leung Ka Fai et Louis Koo

Édité par TF1 Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 20/05/2009
Critique

Les triades de Hong Kong viennent d’élire leur parrain, Lok. Mais l’ambitieux Big D n’hésite pas à contester cette élection et à s’approprier, avant Lok, le sceptre du dragon, l’insigne incontestable du pouvoir.

Le récit, chronologique, obéit à la règle des trois unités du théâtre classique. Unité d’action : deux hommes luttent sans merci pour le pouvoir. Unité de lieu : les bas-fonds de Hong Kong, peu montrés au cinéma. Unité de temps, tout se passe dans un temps très court.

L’écriture cinématographique de Johnnie To est très maîtrisée, caméra le plus souvent posée, y compris dans les scènes d’action, mouvements circulaires enveloppant les visages lors des âpres négociations entre les chefs de clans dans des bars enfumés.

Le contraste entre les deux rivaux est un des ressorts importants de l’intrigue. Confronté à Lok, père de famille, très contrôlé, habile négociateur capable de sceller des alliances, Big D, jeune chien enragé, dévoré d’ambition, broie tous ceux qui contrarient sa quête du sceptre. La violence, bien que filmée sans insistance, atteint des sommets : hommes enfermés dans l’étroites cages de bois précipitées dans une pente abrupte, os qui craquent sous les coups assénés, victime enfoncée tête la première dans une poubelle et piétinée, poignard enfoncé très, très lentement entre les côtes…

La photographie de Cheng Siu-keung, le chef opérateur attitré de Johnnie To (c’est encore lui qui sera derrière la caméra pour « Vengeance »), privilégie les éclairages naturels et les clairs-obscurs qui donnent au film des allures de reportage.

La musique, pour cordes pincées et percussions graves, aux accents extrême-orientaux, fait corps avec le récit. Elle est signée par Lo Tayu, qui composera aussi la musique de « Vengeance ».

Un film à voir, avec sa suite, Election 2, éditée simultanément.

Généralités - 3,0 / 5

Menus simplissimes.
Choix entre version originale en cantonnais et version doublée en français.
Sous-titres français imposés sur la VO.

Bonus - 2,0 / 5

Portion congrue :
- un court exposé de 7 minutes par le réalisateur, faussement baptisé making of, constitué d’une litanie de lieux communs sur les triades dont on nous dit toutefois, cela est plus surprenant, qu’elles avaient été fondées, il y a trois siècles, pour assurer paix et justice.
- les bandes-annonces de quatre autres films de Johnnie To et Filatures, de Yau Nai-hoi.
Ces bonus sont au format 4/3, sauf la bande-annonce de Filatures.

Image - 4,5 / 5

Rien d’une carte postale sur papier glacé.
L’image a du grain, les éclairages artificiels sont parcimonieux, ce qui donne une photographie âpre, tout à fait dans la tonalité du scénario.
Ceci noté, l’image est propre ; aucun défaut de compression.

Son - 4,0 / 5

Trois versions offertes :
Choix, pour la version originale, entre multicanal DD 5.1 et mono 2.0
Mono 2.0 pour la version doublée.
La substitution d’une version française 5.1 à la deuxième version originale aurait été judicieuse.
Avantage très net à la version 5.1 : avec une bonne spatialisation, sans effets spectaculaires, elle donne à la musique dynamique et ampleur.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur InFocus IN76
  • Denon DVD-3910
  • Denon AVR-3806
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918 (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080i - Diagonale image 270 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus