L'Amant : le test complet du DVD

1991. Réalisé par Jean-Jacques Annaud
Avec Jane March, Tony Leung Ka Fai et Frédérique Meininger

Édité par Pathé

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 05/12/2001
Critique

Indochine, fin des années 20. Après avoir rencontré le Chinois, un homme aussi riche que séduisant, une jeune fille française va découvrir le plaisir de l’amour, et toutes ses vertus…

Adapter un roman sur grand écran est souvent une tache difficile. On dénombre beaucoup de ratages, ou de films ne respectant pas l’oeuvre originale. Mais, le film de Jean- Jacques Annaud est à ranger du coté des plus belles réussites. On a l’impression que le livre de Marguerite Duras est tout simplement passé du papier à la pellicule ! Annaud réalise un film passionnant, poignant, basé sur l’amour, ses interdits, ses bienfaits et ses contraintes. L’ingéniosité de sa mise en scène lui permet de créer, avec facilité, une atmosphère des plus sensuelle comme, par exemple, cette scène avec, pour seul cadre, deux mains qui se caressent… Les décors qu’il choisit sont d’une beauté éblouissante et transforment à merveille les paragraphes du roman en séquences visuelles.

Jane March et Tony Leung sont envoûtants dans leurs rôles, et en parfaite osmose avec l’ambiance créé par le film. On sent une vraie complicité entre eux, sans laquelle, certaines scènes auraient été impossibles à tourner.

Mais la véritable pièce maîtresse du film, est sans aucun doute d’avoir confier la narration à Jeanne Moreau, et là encore, on s’aperçoit du génie de Annaud. Sa voie cassée mais pourtant si sensuelle et si troublante, nous raconte l’histoire comme si c’était de réels souvenirs de sa propre vie… Après avoir vu le film, on ne peut que constater, qu’elle seule pouvait assumer cette lourde responsabilité…

On se retrouve donc devant un film à voir, et à aimer sans limites.

Généralités - 4,0 / 5

Un joli packaging, reprenant l’aspect livre-blanc de l’oeuvre de Marguerite Duras, renferme le disque somptueusement sérigraphié en noir et blanc avec les visages des deux amants.

Le DVD s’ouvre sur des menus animés et musicaux sobres, mais du plus bel effet.

Bonus - 3,5 / 5

Le Making of nous montre absolument tout ce que l’on a toujours eu envie de voir sur « L’amant ».

D’abord, Annaud exprime son envie de développer un tel sujet pour le cinéma, et des thèmes forts qu’il voulu intégrer au projet. Ensuite, le making of démarre par la pré-production avec une petite présentation de Gérard Brach, son ami et scénariste, les repérages, et un entretien surprenant entre Annaud et un vieil ami du Chinois. Vient ensuite le choix des acteurs, avec des documents d’époque issus des castings, où Jane March et Tony Leung se sont pratiquement imposés à l’évidence aux yeux du réalisateur.

On continue avec un long briefing des techniciens, suivi par la conception des costumes et la réalisation des décors. Une fois ces étapes abordées, on termine par le tournage du film avec les conseils de dernières minutes, les problèmes technique, les comparaisons avec le story-board…

Tout ce qui nous est montré dans ce making of, ne fait qu’illustrer au mieux, le travail méthodique et acharné dont fait preuve Jean-Jacques Annaud sur chacune des ses réalisations.

L’entretien entre Marguerite Duras et Jean-Jacques Annaud est un véritable complément au film. Il débute par un texte écrit par Annaud, où vous trouverez plusieurs anecdotes surprenantes. et se poursuit ensuite par une explication lucide et authentique de l’histoire, où ils évoquent leurs opinions, souvent communes…

Les rushes sont des plans de trois scènes principales du film, non retenus par le réalisateur.

La partie réservée aux Diaporamas n’est pas en reste, et propose des images tirées du film, des photos de repérage, toutes décrites pas de petits textes, et des photos de la belle Jane March, tenant dans ses mains le livre de Marguerite Duras.

Restent la bande-annonce offerte en 16/9, et avec la possibilité de la visionner en VOST ou en VF.

Image - 3,0 / 5

Le gros point noir de l’image vient d’une compression mal maîtrisée. Même si elle donne des couleurs chaudes et une bonne définition, les défauts de compression sont trop voyants sur les arrière-plans. Le reste est bien restitué dans l’ensemble. Dommage, on était en droit d’attendre une compression parfaite.

Son - 3,0 / 5

La versions française en Dolby Surround 4.0 retranscrit bien l’ambiance du film. Mettant en évidence la voie sublime de Jeanne Moreau, elle ne délaisse pas la musique parfaitement restituée par les voies arrière.

La piste en version originale en Dolby Surround 2.0, offre un relief moins poussé. Les enceintes arrière se font moins sentir, et la bande son perd de son intensité…

Ce n’est pas avec la piste française remasterisée avec le procédé Arkamys en 5.1, qu’on adhérera à cette technique. Elle n’apporte rien de plus par rapport à la piste en 4.0. Les arrières, pourtant remixées en stéréo, sont même moins précises !

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm 32FX60B
  • Sony PlayStation 2
  • Pioneer VSX859-RDS
  • Enceintes frontales Jamo E630, centrale E6CEN, surround E8SUR et caisson de graves E6SUB
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 30 mars 2015
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus