Crying Freeman : le test complet du DVD

Coffret Collector

1988. Réalisé par Daisuke Nishio

Édité par Metropolitan Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 30/12/2001
Critique

Un potier japonais est recruté par un gang chinois, Les 108 dragons, pour devenir leur tueur solitaire, le Freeman. Mais ce tueur romantique, de son vrai nom Yo Hinomura, porte en lui une malediction : il verse une larme à chacun de ses contrats. D’où son nom de scène : le Crying Freeman.

En fait, ce DVD regroupe six OAV, donc six courts de qualité diverse. Si on apprécie le premier épisode Portrait d’un assassin, ou que l’on s’amuse du deuxième Les ombres de la mort, une catastrophe comme le quatrième épisode (Le goût de la vengeance) a de quoi énerver et nous faire rejoindre le clan des anti-japanimation.

Issu des deux courants en vogue dans les mangas de la fin des années soixante-dix, à savoir les violentes histoires de tueurs et les contes à l’eau de rose pour jeunes filles esseulées, Crying Freeman fit l’objet d’un dessin animé, sorti directement en vidéo. Porté par une liberté de ton, impossible s’il avait été créé pour la télévision, les aventures du Freeman tentent de ratisser large : débordements gore, confusions des sentiments, assassins à la parole d’honneur et jeunes amoureux transis qui profitent de la première occasion pour faire vibrer leurs tatouages corporels au rythme de « Je t’aime, moi non plus ».

Mais, à force de vouloir plaire à un grand nombre, « Crying Freeman » manque d’homogénéité (à l’intérieur même de chaque OAV, s’entend), on est loin du suspens de Patlabor 2 : The Movie, ou de la violence mêlée de sexe d’Urotsukidoji - La légende du démon, voire de la quête spirituelle de l’héroine de Ghost in the Shell.

Bref, sans être un sommet de l’animation, « Crying Freeman » se laisse voir sans déplaisir, même si le packaging concocté par Seven7 est un peut trop luxueux pour le produit qu’il contient.

Généralités - 5,0 / 5

Un superbe coffret Digipack couleur parchemin, illustré d’idéogrammes et de représentations diaphanes des personnages du manga. Les sérigraphies des deux disques s’inscrivent dans le look général du packaging. Mais la touche définitivement géniale qui en fait la réussite, est la texture granulée du cartonnage, qui crée une relation immédiate avec le produit. C’est très réussi.

Le menu, conçu dans la même optique, est un prolongement du boîtier (rendant ainsi hommage au dessin animé et non au film), illustré par des dessins qui se fondent les uns dans les autres. Il benéficie aussi d’un accompagnement musical agréable. Les transitions se font par des scrollings horizontaux, qui font référence à certains tics de réalisation de la japanimation (effets de balayage).

Bref, c’est simple et c’est beau. Comme quoi, il n’y a pas que les animations 3D qui font mouche.

Bonus - 4,0 / 5

Dans les suppléments, c’est le commentaire audio de Christophe Gans sur le premier épisode qui emporte la palme de l’intérêt. Secondé par David Martinez, les deux hommes se livrent à une véritable analyse du manga et du cinéma en général. Chaque phrase est un plaisir pour les cinéphiles. A ne pas louper.

Sur le deuxième disque, on trouvera une interview de David Martinez, (Du manga au film), qui est, elle aussi, très intéressante, car truffée de petits détails qui la rendent plus vivante - saviez-vous que les premiers mangas étaient des bandes dessinées de gare que les Japonais achetaient lorsqu’ils prenaient le train et qu’ils jetaient une fois arrivés à destination ? Cette entrevue présente toutefois quelques redondances au vu du commentaire audio qui précède.

Viennent ensuite les (trop) courtes biographies des deux créateurs, qu’on aurait souhaitées plus élaborées, accompagnées, pourquoi pas, d’un aperçu de leurs précédentes créations.

On y trouvera aussi une série d’illustrations, avec accompagnement musical ; en fait, il s’agit d’un mélange des images des OAV et de la bande dessinée.

Enfin, des liens Internet viennent clôturer la liste des bonus disponibles.

Pour chipoter, on pourra regretter de ne pas trouver des extraits du manga, un peu comme dans Krull, où la bande-dessinée était présentée en bonus.

Image - 4,0 / 5

Les graphismes sont de qualité différente selon les épisodes. Et même si les masters sont dans un bon état, la compression pose parfois des problèmes (dans les panoramiques principalement) et la définition n’est pas toujours au top.

Son - 3,5 / 5

Selon les épisodes, la VF, restituée dans un surround pas très convaincant, est parfois préférable, bien qu’elle ait tendance à privilégier les voix. D’autres épisodes offriront une VO aux effets limpides pour du mono. Quoi qu’il en soit, le doublage français (composé du même casting de doubleurs que pour le film) est bien réalisé dans la plupart des épisodes et satisfera largement les spectateurs que nous sommes.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Samsung 16/9 70 cm
  • Sharp DV-560S
  • Pioneer 609 RDS
  • Pack JBL SCS 75

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus