Friday Night Lights - Saison 1 : le test complet du DVD

Friday Night Lights

2006. Réalisé par Jeffrey Reiner
Avec Kyle Chandler, Connie Britton et Taylor Kitsch

Édité par Universal Pictures France

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 26/08/2010
Critique

Dillon, Texas, n’existe pas ou, plutôt, n’existe plus ; c’est devenu une ville fantôme dont le seul vestige encore debout est une maison… abandonnée ! La série a été tournée à Pflugerville, à une quinzaine de miles au nord de la capitale, Austin.

Le récit est inspiré par le roman éponyme de Buzz Bissinger que Peter Berg, créateur de la série, avait déjà adapté pour le cinéma en 2004, avec Billy Bob Thornton dans le rôle de l’entraîneur. On doit également à Peter Berg la réalisation de Very Bad Things, Le Royaume et Hancock.

Les exploits de l’équipe de football du lycée, les Dillon Panthers, encouragés par les chants et trémoussements des cheerleaders en minijupe, font un bon documentaire sur ce sport ; l’entraînement des joueurs fait penser à celui des marines en ce qu’il vise à stimuler leur agressivité pour les préparer à de violents affrontements. Quelques séquences de matches, efficacement filmées et dynamisées par un montage nerveux, tiennent en haleine même les néophytes.

Mais le football n’est qu’un prétexte pour nous faire découvrir la vie quotidienne d’une petite ville du coeur des USA, pour nous faire entrer dans l’intimité de la famille des joueurs et de leur entraîneur, Eric Taylor.

Cette petite communauté observe les faits et gestes de chacun de ses membres : aucun dérapage n’échappe au regard désapprobateur des paroissiens, tous pratiquants ; le soutien divin est imploré avant chaque match, conclu ensuite par une action de grâces. Dans cette ambiance plutôt étouffante, chaque faux pas est sévèrement montré du doigt et réprimandé, par des médisances ou des graffiti injurieux.

Les problèmes sociaux sont largement évoqués tout au long des 22 épisodes : le chômage, l’alcoolisme des adolescents, la mauvaise couverture des dépenses médicales, les conflits entre parents et adolescents, la violence pouvant aller jusqu’au lynchage, les tensions raciales que quelques paroles maladroites suffisent à enflammer.

Les mauvais côtés du sport sont aussi présentés : le rêve, quasi chimérique, de jouir un jour des revenus astronomiques encaissés par les joueurs professionnels pousse certains jeunes à se doper et d’autres à négliger complètement leurs études : Tim, qui sait à peine lire et écrire, a réussi à accéder à la terminale du lycée en faisant écrire ses dissertations par ses nombreux flirts, sans même faire l’effort de les lire. Violences physiques et verbales, vandalisme, soirées d’après matches noyées dans l’alcool, menaces envers l’entraîneur après une défaite… tous ces travers du sport sont crûment étalés.

Les adolescents sont mis au premier plan, avec leurs joies et leurs souffrances, sans mièvrerie, avec une honnêteté qui rappelle les meilleures séries qui leur ont été consacrées, comme Angela, 15 ans - L’intégrale ou Freaks and geeks, uniquement disponible en zone 1, qu’il serait urgent de diffuser en France. Tous les jeunes acteurs sont remarquables, en particulier Aimee Teegarden, l’interprète de Julie, la fille de l’entraîneur.

Une série exceptionnelle, saluée par de nombreux prix. À voir absolument, même si vous êtes sensible au mal de mer ! À quel besoin peut répondre l’agitation systématiquement désordonnée de la caméra, y compris dans des scènes où deux personnages discutent tranquillement, confortablement assis ? La gêne causée par cette bougeotte continuelle est encore aggravée par l’utilisation fréquente de longues focales, les très nombreux gros plans, les brusques zooms avant et arrière et un découpage en plans excédant rarement une à trois secondes.

Cette première saison a été diffusée en France par NRJ 12 en janvier 2008. La diffusion de la saison 5 par NBC commencera le 27 octobre 2010.

Généralités - 2,5 / 5

Trois boîtiers slim case dans une étui en carton. Accès rapide au menu, en français. Sous-titres un peu trop gros : sur trois lignes, ils couvrent un tiers de l’image, la moitié quand ils s’étalent sur quatre lignes. À noter, également, la vulgarité presque systématique du doublage et des sous-titres français, phénomène hélas courant.

Bonus - 2,5 / 5

1. Sous les projecteurs : la création de la première saison de FNL
Ce documentaire de 22’ sur le tournage, alterne entretiens avec les scénaristes, réalisateurs, producteurs, acteurs, quelques séquences de tournage et extraits de la série. Il suit les ornières tracées par la plupart des autres : « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, quel plaisir de travailler ensemble, etc. » (inutile de développer, vous connaissez la suite !). Une tentative de justifier l’utilisation presque systématique du téléobjectif pour que les acteurs ne voient pas la caméra ne suffit pas à excuser l’insupportable fébrilité de la prise de vue.

2. Scènes coupées des trois derniers épisodes ; au total six scènes, pour une durée d’ensemble d’une huitaine de minutes.

Image - 4,0 / 5

L’image est bien contrastée, avec des noirs profonds, bien venus pour les nombreuses scènes nocturnes, sous les feux des projecteurs. Un peu trop de grain, peut-être.

Son - 3,5 / 5

Les dialogues sont clairs et très intelligibles… pour peu que l’on soit familiarisé avec l’accent texan, qui reste toutefois très léger pour les acteurs principaux. L’ambiance sonore des matches est assez bien rendue. Un gros défaut, toutefois, dans la version doublée en français : les basses de l’accompagnement musical sont désagréablement gonflées ; voir, à titre d’exemple, la première séquence de l’épisode 19.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur InFocus IN76
  • Denon DVD-3910
  • Denon AVR-3806
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918 (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080i - Diagonale image 270 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

5,0
5
2
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Jax Teller
Le 9 décembre 2010
Pas de commentaire.
Avatar
Philippe Gautreau
Le 26 août 2010
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus