Vendredi 13 - Chapitre 2 : Le tueur du vendredi : le test complet du DVD

Friday the 13th Part 2

1981. Réalisé par Steve Miner
Avec Amy Steel, John Furey et Adrienne King

Édité par Paramount Pictures

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 27/01/2002
Critique

Un minimum de flash-back du premier dans un cauchemar de la seule survivante, une fausse alerte, une vraie alerte, une tête dans le frigo, un groupe d’ados années quatre-vingt dans les environs de Crystal Lake. L’hamburgerisation et à son comble, et Jason est promis à un brillant avenir.

« Vendredi 13 - Le tueur du vendredi » devrait s’appeler plutôt Vendredi 13 2, car il s’agit du numéro 2 et pas du 1 (neurones des services commerciaux de l’éditeur en pleine ébullition). Bref, c’est la première suite. Et comme disait Scream, c’est le tout premier avec Jason dans le rôle du tueur. Et - mieux encore - Jason n’a pas encore son masque de hockey, mais un sac de poubelle bio placé sur son affreuse tête. Ca promet.

Après les premiers instants d’étonnement face à un récit si intellectuel, on peut enfin passer aux choses sérieuses. Qui survit à la fin du film (mis à part les extras et Jason himself) ? Qui va se faire empaler par cette lance africaine ? Lorsque la fille prend un bain nocturne et le mec est dans la maison, lequel des deux va mourir en premier ? Quel couple va avoir l’honneur d’un sandwich bien gore ? Et combien de « CH CH CH » y a t-il dans le film (OK, celle-ci est hard..) ?

Slice ‘n dice. Le ridicule ne tue pas. Steve Miner réussit à assurer la transformation de l’histoire en une franchise, qui tiendra occupé le testostérone des gore-fans pendant une bonne partie des années ‘80. A propos, le quotient de splatter - de niveau d’un Blanche-Neige - est normal : le censeurs US, qui s’étaient fait avoir avec le premier Vendredi 13, ont ici pris leur revanche.

Généralités - 2,0 / 5

Simple. Basic. Minimaliste. On commande par ici (menus fixes et muets), on consomme par là. Zéro fioritures et zéro contenus spéciaux, pour le grand malheur des fans de la saga, qui rêveraient de voir les films dans une version « unrated ».

Le seul vrai bonus du disque, est la qualité de l’image.

Bonus - 1,0 / 5

On fait bien, on fait vite. Une seule bande-annonce, en 4/3 et en VO non sous-titrée. Au moins, elle est rigolote.

Image - 4,5 / 5

Le choc. On dit Vendredi 13, et on s’attend à une image délavée et sous-exposée, car tout le fric du film allait dans les effets de maquillage. Et bien non. Paramount trouve et retravaille un master en très bon état, avec un bitrate d’un niveau everestien. On ressent un peu l’intervention des filtres numériques pour améliorer le contraste par ici, et pousser la température des couleurs par là. Mais - virtuel ou non - le résultat est comparativement propre et fluide. C’est le meilleur atout du film.

Son - 2,0 / 5

La VO est au dessus de tout le reste. Bien sûr, quand on dit au dessus, on sous-entend une piste mono (même pas dual) avec un minimum de signes de vie au rayon des graves. La VF n’a même pas ça…

Signalons aussi le nombre impressionnant de sous-titres (24 !) disponibles sur le DVD.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony PlayStation 2
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus