Ladyhawke : le test complet du DVD

1985. Réalisé par Richard Donner
Avec Matthew Broderick, Rutger Hauer et Michelle Pfeiffer

Édité par 20th Century Fox

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 24/03/2002
Critique

« Ladyhawke » offre l’une des plus belles malédictions jamais racontées au cinéma. Lui (Rutger Hauer) homme le jour, et loup la nuit. Elle (Michelle Pfeiffer) faucon le jour et femme la nuit. Deux amants condamnées à s’apercevoir pour une milliseconde à l’aube et au coucher du soleil, et hantés par ce châtiment infligé par un prêtre véreux, jusqu’au jour de la revanche…

Une belle histoire d’amour, pure, simple, efficace. Richard Donner ajoutera un chef-d’oeuvre à sa liste des réussites, en refusant de céder à la facilité. Il aurait pu recourir aux effets spéciaux, pour sublimer les transformations. Mais il s’offre le meilleur atout qui soit : le directeur de la photo Vittorio Storaro, qui peint ce conte de fées avec la simple aide de la lumière et des ombres.

Box-office oblige, « Ladyhawke » entoure le couple Hauer/Pfeiffer (exceptionnels) par un irritant Matthew Broderick. Encore plus pénible, la B.O. rock-symphonisante d’Alan Parsons, qui ne survit pas aux Eighties. Et pourtant, même dans l’âge du tout-numérique, « Ladyhawke » s’envole au dessus de ses limites, et reste une expérience mystifiante. Parfois, la simplicité vaut tout l’or du monde…

Généralités - 3,0 / 5

Un autre film-culte formaté en service minimum. « Ladyhawke » ne manque pas d’adeptes, et fut l’un des fantasy les plus cristallins des années ‘80. Mais tout ce qu’on aura en guise de remerciement, est une édition dans la moyenne la plus minimaliste (film + B.A. + basta). Le seul mérite du DVD, est d’avoir vu le jour, et de pouvoir proposer une bande-son en VO en 4.1.

Bonus - 1,0 / 5

Juste la bande-annonce syndicale en VO - plutôt moche, qui plus est - et on rebrousse chemin. Parfois, les éditeurs ont un niveau de créativité qui nous effraie..

Image - 3,5 / 5

A l’instar de Legend, « Ladyhawke » est un autre film de lumière et ténèbres. Mais au lieu de se renfermer dans un Studio, les cinéastes respirent l’air de la campagne italienne, magnifiquement retranscrite par Vittorio Storaro. Ca - du moins - sur la version 35 mm. Le DVD arrive à donner une idée de la maestria de Storaro, mais le temps et quelques imperfections d’encodage, laissent une patine sombre sur l’image. La faute revient en partie à la source, un négatif en assez piteux état.

Son - 3,5 / 5

Deux pistes plutôt sourdes et décevantes. La VO (présentée dans un inhabituel 4.1), arrive tout de même à s’élargir latéralement. La VF - en simple Surround, et pas en 4.0 comme indiqué sur la jaquette - est beaucoup trop plate, avec cette maudite manie d’antan de submerger les timbres avec les voix des personnages.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony 300
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
3
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Giuseppe Salza
Le 4 juillet 2013
Pas de commentaire.
Avatar
Réal
Le 17 janvier 2012
Pas de commentaire.
Avatar
noel
Le 22 décembre 2002
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus