Lace - Nuits secrètes : le test complet du DVD

Lace

1984. Réalisé par William Hale
Avec Bess Armstrong, Brooke Adams et Arielle Dombasle

Édité par Koba Films

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 13/05/2011
Critique

Pensionnaires dans un lycée huppé des Alpes françaises, Judy, Peggy et Maxine sont complices de toutes sortes d’entorses au règlement. Elles font bloc pour ne pas révéler laquelle des trois est enceinte, puis partent pour un « voyage » de plusieurs mois. L’enfant, Lili, est confiée à sa naissance à un couple de fermiers : la première des trois qui aura suffisamment gagné d’argent récupérera Lili avec elle.

Après des débuts très difficiles, Lili, une vingtaine d’années plus tard, est devenue une star du cinéma. Une obsession l’habite : retrouver sa mère pour lui faire payer le prix de son abandon.

Paris, Londres, New York, comme sur les flacons de parfum ou les accessoires de mode. Voilà où nous emmène ce soap-opera qui brode ses variations sur les thèmes, souvent visités, des mauvais coups du destin et de la vengeance. Limousines de luxe, palaces, châteaux, soirées chics, belles robes et voilettes,  » Lace  » fait… dans la  » dentelle  » ! Cerise sur le gâteau, un beau cheik blanc échappé du film de Fellini, au + physique de Rudolph Valentino.

Une belle distribution, dans laquelle figurent quelques français, de souche ou d’adoption, comme Arielle Dombasle, Féodor Atkine, Ginette Garcin et Simon de La Brosse.

L’édition qui nous est proposée souffre beaucoup de l’absence de la version originale, d’autant plus que la traduction a laissé passer des incongruités comme celle sur le champagne  » extra sec  » et  » demi-doux  » ou, encore, comme le nom de la romancière Jane Austen prononcé  » Jeanne Austaine « .

Voilà néanmoins tous les ingrédients bien astiqués, aptes à faire naître un plaisir coupable pour peu qu’on ait choisi un moment où l’on est d’humeur à s’abandonner à ce genre que les anglo-saxons appellent  » romance « .

Technique - 5,5 / 10

L’image est propre, presque sans taches, avec quelques solarisations. Une résolution très moyenne rend détails et arrière-plans flous. Les couleurs sont restées étonnamment fraîches.

Le son mono 2.0, d’un niveau assez élevé, est clair, sans souffle et avec peu de distorsions. Il est toutefois affecté par un vacillement (wobbling), gênant dans les notes tenues de l’accompagnement musical (par exemple à 96’25” de la première partie).

Pour les suppléments, c’est la portion congrue généralement servie avec les rééditions de vieilles séries : bibliographie de Shirley Conran, journaliste et romancière britannique, filmographie sélective de William Hale, le réalisateur, et de sept acteurs. Suit l’espace découverte Koba Films Vidéo avec les teasers de trois autres mini-séries : La Vengeance aux deux visages, L’Amour en héritage (récemment critiquées) et Si c’était demain (If tomorrow comes).

Configuration de test
  • Vidéo projecteur InFocus IN76
  • Denon DVD-3910
  • Denon AVR-3806
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918 (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080i - Diagonale image 270 cm
Note du disque
5,5 / 10
Avis

Moyenne

3,0
5
0
4
0
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Philippe Gautreau
Le 20 mai 2011
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus