Mortelle St-Valentin : le test complet du DVD

Valentine

2001. Réalisé par Jamie Blanks
Avec Denise Richards, David Boreanaz et Marley Shelton

Édité par Warner Bros.

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 14/02/2002
Critique

Do you love me ?
NOT !!!

L’avantage des films horror contemporains post-Scream, est qu’on pige tout en quelques instants. On se fait refouler par beaucoup trop de Valentines (dont Denise Richards, lorsqu’elle sera grande..), et quelques années après elles vont tomber comme des mouches - une dans une salle d’autopsie, une autre dans le jacuzzi, et ainsi de suite..

Autrement dit :
Est-ce qu’il y a du gore ? (pas trop, censure oblige)
Du sexe ? (elles causent et elles meurent avant de passer à l’acte)
Des meurtres particulièrement élaborés ? (un ou deux ne sont pas trop mal, vous le saurez lorsque vous y serez)
Angel a t-il pris du poids ? (oui !)

Le nombre de suspects mâles est beaucoup éxigu pour jouer à la chasse au coupable. La vraie question est plutôt de deviner si Denise Richards et David Boreanaz seront encore en vie à la fin du film.

Mais laisson « Mortelle St-Valentin » à sa fonction sociale, puisqu’on dit que les films horror sont toujours un excellent choix pour la drague…

Généralités - 3,5 / 5

Le packaging habituel de Warner, avec l’ajout de menus sonorisés (mais pas animés). Une bonne érgonomie dans son ensemble, une navigation aisée, et un minimum de bonus dans le lot. Mais malheureusement, l’éditeur oublie de sous-titrer le meilleur d’entre eux, le commentaire audio..

Bonus - 2,5 / 5

L’atout principal du disque ne sera accessible qu’à certains. Dans son commentaire audio, Jamie Blanks se livre à une foule de détails sur la réalisation du film (pour 10 millions de dollars), le tournage (à Vancouver), les anecdotes et les astuces. Mais… la piste audio est en VO non sous-titrée. Quel dommage.

La voix « bonus » dans la page des bonus cache en réalité l’habituel mini-making of (8’ - VOST), avec un certain nombre de mini-interviews. Rien de très inhabituel.

Deux clips aussi à l’antenne : la vidéo musicale d’Orgy, et une bande-annonce/teaser en VO, mais plutôt efficace dans son genre. Et on boucle le tout avec la page casting & équipe technique, qui ne sert strictement à rien… car il n’y a pas les filmographies qui vont avec !

Image - 5,0 / 5

Un très bon encodage vidéo, qui offre des contrastes profonds, des couleurs violents et tout ce qu’il faut pour réussir visuellement un film d’horreur contemporain. Le bruitage vidéo et les instabilités sont réduits au stricte minimum.

Son - 5,0 / 5

Exactement la dynamique qu’il fallait pour ce genre de film ! Des effets à faire glaçer le sang, pas trop de souci pour les détails, mais beaucoup de force brute. Et que ce soit en VO ou VF, la restitution de l’espace sonore en 5.1 est parfaite.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony PlayStation 2
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus