Âmes perdues : le test complet du DVD

Anima Persa

1977. Réalisé par Dino Risi
Avec Vittorio Gassman, Catherine Deneuve et Danilo Mattei

Édité par M6 Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 15/12/2011
Critique

Venu étudier la peinture à Venise, Tino est logé dans l’étrange demeure de son oncle Fabio qui ne cesse d’humilier sa jeune épouse Elisa. Intrigué par des bruits bizarres, Tino apprend l’existence secrète d’un frère de Fabio, Berto, qui vit reclus, devenu fou après avoir causé la mort de Beba, la fille du premier mariage d’Elisa…

Doctorant en psychologie, Dino Risi était le réalisateur parfait pour adapter à l’écran le roman de Giovanni Arpino paru en 1966, Ames perdues, un drame psychologique abordant le thème de la folie et des zones d’ombres de l’âme humaine. Loin des fanfaronnades et films à sketchs qui lui ont valu sa renommée, Dino Risi filme une Venise sombre, sale, lugubre, fantomatique de nuit. Comme le dit le personnage merveilleusement incarné par Vittorio Gassman,  » Venise est une vieille dame à l’haleine fétide « .

Loin des cartes postales et de l’attrape-touristes, la ville n’est plus qu’un brouillard à travers lequel apparaît une inquiétante bâtisse qui regorge de secrets de famille qui vont ressurgir. Plus que sur les dialogues habituellement abondants dans le cinéma transalpin, Dino Risi joue ici la carte des non-dits et des regards et parvient à réinventer son cinéma à l’aube des années 80.

Aidé de son chef opérateur Tonino Delli Colli, Dino Risi distille une atmosphère troublante et prenante. Si le scénario est prévisible (une version de Peter Pan qui serait tombé fou de voir vieillir celle qu’il aime), le réalisateur évite tout pathos et peut compter sur le jeu dense et complexe de son alter ego Vittorio Gassman, monumental dans un double-rôle (salué comme l’une de ses plus grandes interprétations), ainsi que sur le jeu mesuré de la glaçante Catherine Deneuve.

Complètement passé inaperçu dans les salles françaises lors de sa sortie, Ames perdues s’impose comme un grand film de Dino Risi.

Généralités - 3,0 / 5

Le boîtier Keep Case renferme le DVD sérigraphié aux couleurs de la collection des Maîtres Italiens SNC. Le menu principal reprend également l’habillage habituel, sobre et efficace.

Bonus - 3,5 / 5

En dehors des inévitables bandes-annonces issues de la collection et des notes de production, l’éditeur nous propose un entretien entre Carlo Lizzani et le chef opérateur Tonino Delli Colli (1922-2005). Pendant près d’une heure, ce dernier passe en revue les grandes étapes de sa carrière, de ses débuts dans les années 40 à ses collaborations avec les plus grands maîtres du cinéma italien tels que Pier Paolo Pasolini (Accatone), Sergio Leone (Il était une fois en Amérique), Federico Fellini (Ginger et Fred), Jean-Jacques Annaud (Le Nom de la rose), en omettant toutefois d’évoquer Dino Risi.

Image - 3,5 / 5

Jusqu’alors inédit en DVD et remasterisé, Ames perdues de Dino Risi bénéficie d’un beau transfert DVD même si un grain tend à apparaître sur les nombreuses séquences sombres. La définition apparaît chancelante sur le générique d’ouverture mais ce master 1.85 trouve ensuite un équilibre fort convenable pour jouir des magnifiques partis-pris esthétiques du directeur de la photographie Tonino Delli Colli. Sombre et poisseuse, l’atmosphère du film est bien restituée, les contrastes sont plutôt bien appuyés, et même si les noirs tirent parfois au vert, la copie affiche une propreté ainsi qu’une stabilité rarement prises en défaut et les séquences diurnes sont lumineuses à souhait.

Son - 3,0 / 5

L’éditeur ne propose que la version originale du film bien qu’un doublage français existe vraisemblablement puisque le film avait bénéficié d’une sortie dans nos contrées. Toujours est-il que le mixage italien en mono d’origine a comme pour l’image subi un dépoussiérage mais l’écoute demeure encore marquée par de sensibles craquements ainsi que par un souffle sporadique. La musique singulière de Francis Lai tend également à saturer et certains dialogues s’avèrent quelque peu grinçants. Ceci dit, l’ensemble demeure satisfaisant.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus