Un tigre parmi les singes : le test complet du DVD

Gorbaciof - Il cassiere col vizio del gioco

2010. Réalisé par Stefano Incerti
Avec Toni Servillo, Mi Yang et Geppy Gleijeses

Édité par France Télévisions Distribution

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 12/01/2012
Critique

Marino Pacileo surnommé Gorbaciof, à cause de la tâche de vin qu’il porte sur le front, est comptable à la prison de Poggioreale à Naples. Réservé et silencieux, il a un vice : les jeux de hasard. Lorsqu’il découvre que le père de Lila, la jeune chinoise dont il est amoureux, ne peut couvrir ses dettes de jeux, il vole l’argent de la caisse de la prison pour le donner à la jeune femme. Entre endettements, pots-de-vin et vols, Gorbaciof commence alors une irréversible descente aux enfers.

Le film de Stefano Incerti s’inspire d’un véritable gardien de prison qui se servait dans l’argent déposé par les familles des détenus pour assouvir sa passion du jeu. En confiant le rôle de Gorbaciof à Toni Servillo, le réalisateur donne l’occasion au comédien de créer un nouveau personnage digne de son incroyable performance dans Il Divo.

Quasi muet durant 1h20, Toni Servillo campe brillamment un personnage énigmatique, costume étriqué, cheveux bruns et longs gominés, les rides creusées, les yeux de Droopy, qui pourtant cache bien son jeu et pas seulement au poker où il s’endette petit à petit. Ce personnage atypique et bienvenu dans le cinéma italien s’éloigne de tous les clichés du transalpin extravagant qui ne parle qu’avec les mains. Avec une intelligente économie de moyens, Toni Servillo rend son personnage de mafieux solitaire de seconde zone attachant surtout quand il décide par amour d’aider la jeune femme dont le père s’est lui aussi endetté.

On pourra peut-être reprocher au film de se reposer entièrement sur les épaules du comédien principal et de laisser l’histoire de côté mais Un Tigre parmi les singes séduit par son atmosphère épurée, son ton presque inclassable et demeure très agréable à suivre. Ayant reçu un accueil chaleureux à la Mostra de Venise et au Festival du film italien d’Annecy, Un Tigre parmi les singes confirme l’immense talent de Toni Servillo.

Généralités - 3,5 / 5

France Télévisions Distribution reprend l’interface commune pour sa collection de films italiens. Le menu principal est joliment animé et musical.

Bonus - 0,5 / 5

Là où nous espérions un petit making of ou un entretien avec le génial Toni Servillo, il faudra nous contenter que d’une unique bande-annonce en guise d’interactivité.

Image - 4,0 / 5

L’éditeur prend soin de ce petit film italien et livre un très beau master clair, détaillé et immaculé. La définition est excellente, le relief frappant, les contrastes soignés et les gros plans ne manquent pas de détails. Les séquences tournées caméra à l’épaule sont consolidées par une compression de haute volée.

Son - 3,5 / 5

N’attendez pas grand chose du mixage Dolby Digital 5.1. En effet, alors que le caisson de basses reste au point mort, les latérales ne parviennent même pas à créer un semblant de spatialisation, même musicale. Tout demeure axé sur les enceintes avant et de ce point de vue là il n’y a rien à redire : les dialogues sont nets et la balance frontale dynamique. N’hésitez pas à sélectionner la piste stéréo, ample et précise, et largement suffisante pour ce petit thriller minimaliste où les dialogues sont quasiment absents. L’éditeur ne propose que la version originale italienne et les sous-titres français.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus