Note du disque

Avis

Moyenne

5,0
5
2
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Franck Brissard
Le 15 septembre 2014
Pas de commentaire.
Avatar
fabpc
Le 2 décembre 2011
Un petit bijou, régalez-vous ! Tendre et loufoque, un plaisir à partager à deux :)

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur

(publicité)
(publicité)

L'Art de séduire : le test complet du DVD

2011. Réalisé par Guy Mazarguil
Avec Mathieu Demy, Julie Gayet et Valérie Donzelli

Édité par Offshore

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 02/12/2011

Critique

Jean-François, psychothérapeute amoureux d’une de ses patientes, se sent enfin libre de la séduire lorsqu’elle décide d’arrêter sa thérapie. Tétanisé devant l’objet de son amour, Jean-François accumule toutes les maladresses. Il se tourne alors vers Julien, un de ses patients qui le consulte pour trouble obsessionnel compulsif de drague. Une initiative totalement absurde. Quoique.

On pensait le genre archi-rabattu mais c’était sans compter sur l’univers personnel et insolite du réalisateur Guy Mazarguil, qui s’empare d’un scénario certes peu nouveau mais qui parvient à se démarquer du genre « comédie romantique et crise existentielle d’un trentenaire » grâce à de nombreuses touches de poésie surréaliste et un sens affûté des dialogues excentriques, en prenant pour personnage principal un psy névrosé.

Au centre de cette comédie règne Mathieu Demy, impérial en psychanalyste timide et maladroit, Pierrot lunaire terriblement attachant, digne héritier de Pierre Richard et Pierre Etaix. Comme un poisson dans l’eau, le comédien donne la réplique à Julie Gayet et Valérie Donzelli, dont la folie douce et mélancolique s’accorde à merveille avec la gaucherie impeccable du premier. N’oublions pas non plus la prestation de l’indispensable second rôle du cinéma français, Lionel Abelanski, qui trouve ici son premier rôle de séducteur. De son côté, Guy Mazarguil étire les séquences jusqu’à un certain malaise, celui ressenti par le personnage de Jean-François quand il se rend compte (toujours trop tard) que ses tentatives de séduction le poussent malgré lui à débiter des blagues niveau CM2 ou des propos sans queue ni tête. Jusqu’au jour où il tombe sur deux femmes encore plus névrosées que lui.

Comédie rythmée, légère et décalée, aux acteurs géniaux et aux dialogues soignés, L’Art de séduire impose l’univers truculent et fantasque d’un réalisateur dont on attend déjà le prochain film.

Généralités - 4,0 / 5

Le slim digipack de L’Art de séduire renferme quelques notes d’intention du réalisateur Guy Mazarguil. Après une bande-annonce d’avant-programme, le film démarre directement. Le menu principal zen transforme votre écran en aquarium 16/9 à travers lequel passe un des poissons de Jean-François. Très sympa.

Bonus - 3,0 / 5

A la bande-annonce, l’éditeur joint un making of d’un petit quart d’heure constitué d’images des répétitions, du tournage, de petits bêtisiers et surtout d’intervention des comédiens et du réalisateur Guy Mazarguil. Si certains paraphrasent un peu ce qui se passe à l’écran, les propos tenus ici sont spontanés et intéressants.

Image - 3,5 / 5

Le format 2.35 offre un beau rendu des nombreux gros plans des comédiens et la colorimétrie sur les séquences diurnes est à la fois vive et harmonieuse. Cependant, quelques pertes de la définition sont notables, le piqué est un peu trop doux et les contrastes légers. En revanche, les scènes nocturnes sont superbes, peut-être les plus soignées du lot, et les partis-pris esthétiques alliant les couleurs froides et chatoyantes sont excellemment restitués.

Son - 3,5 / 5

Comédie reposant avant toute chose sur les dialogues, l’action de L’Art de séduire n’est guère spatialisée et la Dolby Digital 5.1 ne distille qu’avec une rare parcimonie quelques ambiances musicales. En dehors de cela, les latérales et le caisson de basses se reposent calmement tandis que les frontales assurent posément le spectacle, même si les voix auraient mérité d’être un peu plus poussées sur la centrale. N’hésitez pas à sélectionner la stéréo, dynamique, bien balancée et largement suffisante pour un film de cet acabit. L’éditeur joint également les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Configuration de test

  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.