Un Amour de jeunesse : le test complet du DVD

2011. Réalisé par Mia Hansen-Løve
Avec Lola Créton, Sebastian Urzendowsky et Magne-Håvard Brekke

Édité par Les Films Pelléas

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 24/02/2012
Critique

Camille a 15 ans, Sullivan 19. Ils s’aiment d’un amour passionnel, mais à la fin de l’été, Sullivan s’en va. Quelques mois plus tard, il cesse d’écrire à Camille. Au printemps, elle fait une tentative de suicide. Quatre ans plus tard, Camille se consacre à ses études d’architecture. Elle fait la connaissance d’un architecte reconnu, Lorenz, dont elle tombe amoureuse. Ils forment un couple solide. C’est à ce moment qu’elle recroise le chemin de Sullivan…

Après Tout est pardonné et Le Père de mes enfants, Mia Hansen-Love clôt une trilogie avec Un amour de jeunesse. A travers cette oeuvre touchante et universelle, la réalisatrice retrouve ses thèmes de prédilection, celui de la séparation, du temps qui passe, de la force des sentiments, de la solitude et du destin. Après avoir abordé le thème du père dans ses deux premiers longs-métrages, Mia Hansen-Love a voulu parlé de ce qui a traversé son adolescence, de ce qui la constituait, en privilégiant une mise en scène épurée.

Parce qu’on a tous connu un premier amour, Un amour de jeunesse touche autant les hommes que les femmes, et la sensibilité à fleur de peau de la cinéaste transparaît à chaque plan, à chaque ligne de dialogue, à chaque non-dit. Comme si les cicatrices d’un amour que l’on pensait éternel et finalement perdu n’avaient jamais pu se refermer, Mia Hansen-Love restitue avec véracité les sentiments adolescents. Lumineuse révélation du film, Lola Créton porte le film sur ses épaules, hypnotise le spectateur, d’autant plus qu’elle est de tous les plans.

Si cela était nécessaire, Mia Hansen-Love confirme avec Un amour de jeunesse qu’elle se place dans le peloton des réalisatrices françaises à suivre de très près (avec Céline Sciamma et Léa Fehner), tout en s’imposant comme la digne héritière d’un cinéma vibrant, mélancolique, délicat, élégant et humain initié par Eric Rohmer à qui on la compare souvent.

Généralités - 4,0 / 5

Le DVD et le livret reposent dans un superbe slim digipack. Saluons le soin apporté au menu principal animé et musical, ainsi qu’au très beau chapitrage.

Bonus - 3,5 / 5

En plus d’un superbe livret de 28 pages comprenant des extraits des dialogues, un sujet sur l’architecture, les paroles des chansons du film accompagnées de leur traduction, la liste technique et artistique, ainsi que des photos du film, vous trouverez un passionnant entretien audio entre Laure Adler et Mia Hansen-Love. Tirée de l’émission Hors-champs diffusée le 20 mai 2010 alors que la réalisatrice s’apprêtait à tourner Un amour de jeunesse, cette interview intime permet de mieux appréhender le cinéma de Mia Hansen-Love, ses influences (ses parents professeurs de philosophie, le cinéma d’Eric Rohmer), ses origines danoises, ses thèmes de prédilection (la solitude, la confrontation au réel, le secret, les non-dits), ses deux premiers longs-métrages, ce qui l’a mené à la réalisation et ses débuts en tant qu’actrice dans Fin août, début septembre et Les Destinées sentimentales d’Olivier Assayas.

L’intéractivité se clôt sur un lot de bandes-annonces issues du catalogue de l’éditeur.

Image - 3,5 / 5

La belle photo naturaliste du chef opérateur Stéphane Fontaine (Les Trois prochains jours, Un prophète) est joliment restituée avec ce transfert qui fait la part belle aux ambiances lumineuses ainsi qu’à la colorimétrie doucement atténuée exceptées les touches de rouge caractérisant le personnage de Camille. Inhérentes aux conditions de prises de vue, quelques flous sporadiques demeurent inévitables tout comme certains fourmillements sur les arrière-plans. La copie est propre mais les séquences en intérieur manquent de concision.

Son - 4,0 / 5

Le mixage Dolby Digital 5.1 propose une plongée intimiste dans le film de Mia Hansen-Love en usant avec parcimonie des ambiances latérales et une délivrance saisissante des dialogues sur la centrale. La musique jouit d’une jolie spatialisation, quelques effets naturels, notamment à la campagne, sont mis en valeur et le caisson de basses s’invite même à la partie lors des séquences en boite de nuit ou sur le chantier. La stéréo est également efficace, ardente et bénéficie d’une large ouverture des enceintes.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis
Multimédia
Un Amour de jeunesse
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus