L'Art d'aimer : le test complet du DVD

2011. Réalisé par Emmanuel Mouret
Avec Emmanuel Mouret, Pascale Arbillot et Ariane Ascaride

Édité par France Télévisions Distribution

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 27/04/2012
Critique

Au moment où l’on devient amoureux, à cet instant précis, il se produit en nous une musique particulière. Elle est pour chacun différente et peut survenir à des moments inattendus…

Né d’un long rassemblement de notes prises par le réalisateur, certaines datant d’il y a plus de dix ans, c’est tout naturellement que L’Art d’aimer d’Emmanuel Mouret prend la forme d’un léger et pétillant film à sketchs sur l’amour et le désir.

Film choral où Pascale Arbillot, Ariane Ascaride, Frédérique Bel, François Cluzet, Julie Depardieu, Judith Godrèche, Gaspard Ulliel et bien d’autres se donnent une réplique poétique, musicale et singulière, L’Art d’aimer confirme l’excentricité du cinéma d’Emmanuel Mouret au sein du cinéma français. Le cinéaste signe ici son film le plus dense, le plus vif et rapide (beaucoup de plans-séquences), où les récits s’enchaînent et se croisent grâce à un montage particulièrement réussi et soigné, à l’instar d’un recueil de nouvelles.

Comme dans ses précédents longs-métrages, chaque situation interroge la problématique du désir et propose l’examen d’un cas de conscience. Les personnages prétendent être libres et souhaitent assouvir leurs désirs en toute transparence mais rien ne se déroule jamais comme prévu chez Emmanuel Mouret, chef d’un merveilleux orchestre où s’accordent chaque partition. A ce titre, l’égérie du metteur en scène, Frédérique Bel, donne magnifiquement le la à cette symphonie drôle, sensible et sentimentale.

Généralités - 3,5 / 5

L’incontournable menu principal, animé et musical, typique de l’éditeur accueille le spectateur. Simple, efficace mais peu recherché.

Bonus - 2,5 / 5

Point de making of ou d’interviews à l’horizon dans cette section mais un court-métrage inédit de 28 minutes réalisé par Emmanuel Mouret en 1994 et intitulé Montre-moi. Qu’est-ce qu’un comédien joue quand il ne joue pas ? Est-ce qu’un comédien peut ne pas jouer ? Est-ce qu’un comédien peut-être lui-même ? Est-ce qu’un comédien est un objet ou une personne ? Et dans son plaisir à se prêter au désir de celui qui est derrière la caméra, que veut-il montrer de lui ? Longuet et loin des réussites à suivre de son auteur, ce court-métrage pose néanmoins les bases de l’univers insolite d’Emmanuel Mouret qui égratigne doucement le métier de comédien.

L’interactivité se clôt sur une galerie présentant quelques projets (affreux) d’affiches, ainsi que la bande-annonce du film.

Image - 3,5 / 5

On ne change pas une équipe qui gagne et Emmanuel Mouret a de nouveau fait appel au chef opérateur Laurent Desmet, directeur de la photographie du metteur en scène depuis Changement d’adresse en 2006. Si les contrastes sont un peu légers, force est d’admettre que la copie se révèle claire et lumineuse, le relief est appréciable, la colorimétrie chatoyante mais quelques fourmillements sont constatables sur les arrière-plans et quelques détails manquent à l’appel. Le piqué est parfois émoussé mais cela n’entrave en rien les conditions de visionnage qui demeurent plaisantes.

Son - 4,0 / 5

Comme à son habitude, Emmanuel Mouret privilégie la musique classique et L’Art d’aimer mixe les compositions de Brahms, Mozart, Rossini, Schubert, Chopin, Vivaldi et de Tchaïkovski, admirablement délivrées et spatialisées par le mixage Dolby Digital 5.1. La voix du narrateur (Philippe Torreton) s’impose sans mal sur la centrale tout en laissant une belle place aux dialogues, clairs et distincts. Quelques ambiances naturelles parviennent à percer sur les latérales lors des séquences en extérieur, la balance gauche-droite est dynamique mais le caisson de basses reste au point mort. La stéréo contentera ceux qui ne sont malheureusement pas équipés sur les arrières et demeure percutante. L’éditeur joint également les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus