Beyrouth Hotel : le test complet du DVD

Beirut Hotel

2011. Réalisé par Danielle Arbid
Avec Charles Berling, Darine Hamze et Fadi Abi Samra

Édité par Les Films Pelléas

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 21/09/2012
Critique

Zoha et Mathieu se rencontrent un soir, à Beyrouth. Elle, jeune chanteuse libanaise, qui essaie de s’affranchir de la mainmise de son ex-mari. Lui, avocat d’affaires français en mission, progressivement surveillé puis suspecté d’espionnage. Ils vont vivre pendant quelques jours une histoire d’amour faite de peurs et de désirs, d’intrigues et de violence.

Troisième long métrage réalisé par la cinéaste franco-libanaise Danielle Arbid (Dans les champs de bataille, ), Beyrouth Hotel a été entièrement tourné au Liban en 2011. En racontant l’histoire d’une jeune chanteuse qui tombe amoureuse d’un étranger de passage à qui elle se livre corps et âme, tout en sachant qu’il s’agit d’une histoire perdue d’avance, Danielle Arbid filme avec sensualité cette rencontre accidentelle, deux corps attirés l’un par l’autre, dans un Liban vacillant entre guerre et paix où tout peut chavirer à chaque seconde.

Danielle Arbid se révèle plus à l’aise et convaincante lorsqu’elle filme les corps et se penche sur l’histoire d’amour passionnel voire romanesque, magnifiquement interprétée par Charles Berling et Darine Hamzé, véritable révélation du film. Malheureusement, l’intrigue d’espionnage apparaîtra trop alambiquée pour le spectateur qui ne serait pas au fait des évènements socio-politiques qui animent le Liban, d’autant plus que l’ensemble demeure plutôt alambiqué et finalement hermétique pour le public lambda. Par ailleurs, une des répliques résume le pays « Si vous croyez avoir tout compris sur le Liban, c’est qu’on vous l’a mal raconté ». Comme avec ses précédents longs métrages, Danielle Arbid a dérangé les autorités de son pays, au point que Beyrouth Hotel s’est vu purement et simplement interdit de diffusion au Liban parce que jugé dangereux pour la sécurité du pays, et surtout parce que Rafic Hariri (ancien Premier ministre assassiné à Beyrouth en 2005) y est évoqué.

Généralités - 3,5 / 5

Pelléas livre un très beau slim digipack où repose le DVD à la sérigraphie sobre. Le menu principal l’est tout autant, fixe et musical.

Bonus - 2,5 / 5

Nous trouvons un entretien radiophonique (40min) avec la réalisatrice Danielle Arbid, enregistré dans le cadre de l’émission À première vue, diffusée sur La Première (Radio-Télévision Suisse) lors de la présentation de Beyrouth Hotel au Festival de Locarno le 4 août 2011. Ne manquez surtout pas cet excellent échange durant lequel Danielle Arbid se confie sur la situation de son pays, les conditions de tournage à Beyrouth, le casting, sa collaboration avec les comédiens, les thèmes abordés, les démêlés avec la censure, son engagement politique.

L’éditeur joint également le clip de la chanson « Saat Saat » réalisé par Danielle Arbid et interprété par Darine Hamzé.

Image - 3,5 / 5

Le film de Danielle Arbid a visiblement été tourné avec peu de moyens et ce master s’en ressent, notamment sur les scènes nocturnes aux noirs poreux, aux contrastes plus altérés et à la définition moins fine. En revanche, les séquences diurnes sont superbes et éclatantes, la colorimétrie plutôt vive et les détails plaisants. Les gros plans sont soignés, le relief appréciable et le grain flatteur. Notons quelques artefacts de la compression mais dans l’ensemble, le master se révèle soigné et respecte les volontés artistiques originales du chef opérateur Pierric Gantelmi d’Ille, habitué des ambiances citadines inquiétantes depuis L’Autre et 38 témoins.

Son - 4,0 / 5

Le mixage Dolby Digital 5.1 offre un réel confort acoustique et créé une spatialisation concrète. Les ambiances nocturnes ne manquent pas et plongent le spectateur dans la réalité de Beyrouth, les scènes chantées peuvent compter sur une excellente balance frontales-latérales, tandis que le caisson de basses ne manquent pas quelques occasions pour briller. La stéréo est également excellente, dense, solide, délivrant les dialogues avec ardeur.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Sabrina Piazzi
Le 23 septembre 2012
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Beyrouth Hotel
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus