Séduite et abandonnée : le test complet du DVD

Sedotta e abbandonata

1964. Réalisé par Pietro Germi
Avec Stefania Sandrelli, Saro Urzì et Aldo Puglisi

Édité par Tamasa Diffusion

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 03/01/2013
Critique

Peppino habite une petite ville de Sicile. Fiancé à Mathilde Ascalone, il abuse de Agnese, la soeur de Mathilde. Lorsque le père, Vincenzo Ascalone, apprend le déshonneur de sa fille qui maintenant attend un enfant de Peppino, il enferme la fautive et espère convaincre le coupable de réparer son erreur.

Pietro Germi (1914-1974), comédien, réalisateur, producteur et scénariste plusieurs fois récompensé pour ses oeuvres dans les festivals du monde entier (dont l’Oscar du meilleur scénario pour Divorce à l’italienne) est aujourd’hui bien trop souvent oublié quand on évoque l’âge d’or du cinéma italien. Malgré une timidité maladive, Pietro Germi a toujours défendu un cinéma engagé et usait de son art comme d’un vecteur pour contester certaines moeurs de la société, tout en désirant avant toute chose divertir les spectateurs dans le drame ou dans la comédie.

Après Divorce à l’italienne, c’est encore une fois la Sicile que Germi a choisi pour cible en décrivant les comportements archaïques dont il critique les moeurs de plus en plus sévèrement. Sur un scénario corrosif signé Luciano Vincenzoni et de l’éternel tandem Age & Scarpelli, à l’aide un montage dynamique, de répliques cinglantes, d’un humour grinçant et de merveilleux comédiens, Séduite et abandonnée perce les tares d’une population hypocrite, en mettant en avant une aberration de la société sicilienne : le mariage réparateur.

Tous les moyens sont bons pour y parvenir : tromperies, détournements, rapts, bagarres, séquestrations, chantages et même des tentatives de meurtre exécutés par une galerie de personnages tous aussi hystériques les uns que les autres, notamment Saro Urzì, phénoménal dans le rôle du père de famille et récompensé au Festival de Cannes par le Prix d’interprétation masculine en 1964. S’ensuit alors une série de quiproquos, de rebondissements, de gags visuels déchaînés qui demeurent aussi frais qu’au premier jour, le tout joyeusement mis en musique par l’incontournable Carlo Rustichelli.

Avec son sens de l’observation aussi ironique que chaleureux et surtout en évitant de tomber dans la morale toute faite, Pietro Germi signe un véritable bijou du cinéma italien, élevant la comédie à l’italienne sur un indévissable piédestal, illuminé par la beauté de Stefania Sandrelli.

Technique - 6,75 / 10

Le DVD repose dans un superbe slim digipack cartonné qui comprend également un petit livret de 12 pages signé Jean A. Gili. En guise d’interactivité nous trouvons une galerie de photos et d’affiches, ainsi qu’une filmographie sélective de Pietro Germi et de Stefania Sandrelli. La sérigraphie du DVD est élégante, le menu principal fixe et musical fort soigné. Un très bel objet.

Même si le master français N&B (1.33) s’avère moins tranché et moins propre que ceux d’Il Ferroviere et Divorce à l’italienne édités chez Carlotta Films et M6/SND, la copie de Séduite et abandonnée demeure de bonne qualité. Notons toutefois divers décrochages des contrastes et plusieurs plans un peu plus altérés que d’autres. Il n’empêche que le piqué est souvent agréable, les scènes d’extérieur sont lumineuses, les noirs compacts et les gris harmonieux tandis que le grain s’avère respecté. Certes, quelques fourmillements dans les arrière-fonds subsistent, ainsi qu’un certain nombre de scories, raccords de montage et rayures verticales, mais le confort de visionnage est certain.

Comme c’est souvent le cas dans le cinéma italien, les comédiens passent pas mal de temps à crier, pas parce qu’ils se disputent mais plutôt parce qu’il s’agit de leur façon de s’exprimer. Séduite et abandonnée ne déroge pas à la règle et contient son lot de cris en tous genres. De ce fait, quelques saturations sont inévitables mais le mixage italien demeure consistant et le souffle est limité. La musique est également bien mise en valeur. Comme de coutume, la bande-son a été entièrement retravaillée en post-production et, en dépit de quelques ambiances bien senties, l’ensemble s’avère un peu trop artificiel. Bien que dirigée par Pietro Germi himself, la version française fait grise mine, s’accompagne d’un bruit de fond agaçant et manque singulièrement de relief.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
6,75 / 10
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Sabrina Piazzi
Le 3 janvier 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus