Ici-bas : le test complet du DVD

2012. Réalisé par Jean-Pierre Denis
Avec Céline Sallette, Eric Caravaca et François Loriquet

Édité par Pyramide Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 10/07/2012
Critique

Fin 1943 sous l’Occupation, Soeur Luce, une religieuse à la dévotion et au dévouement exemplaires, est infirmière à l’hôpital de Périgueux. La rencontre d’un aumônier, Martial, passé dans les rangs du maquis et à la foi profondément ébranlée, bouleverse son existence. De l’amour du Christ à celui d’un homme, Soeur Luce vit une passion pour laquelle elle finit par quitter le couvent et ses soeurs. Mais elle se heurte vite au mur de la réalité et des passions. Trahie, Soeur Luce se sent abandonnée des hommes et de Dieu… Un matin, à la Poste centrale, des employés membres d’un réseau de la Résistance interceptent un courrier anonyme à l’adresse de la Kommandantur…

Après Les Blessures assassines (2000) et La Petite Chartreuse (2005), le trop rare cinéaste Jean-Pierre Denis revient avec Ici-bas, inspiré d’une histoire vraie survenue dans le Périgord pendant l’Occupation en 1943. Bouleversé par ce fait divers, le réalisateur tente de reconstituer les faits en collant en plus près des évènements passés.

Si Ici-bas a souvent du mal à se sortir d’un carcan académique pesant, nous retiendrons quand même la belle performance d’Eric Caravaca (toujours parfait) et surtout de Céline Sallette (souvenez-vous de ce nom), révélée en 2005 avec Meurtrières de Patrick Grandperret, et qui a depuis confirmé dans L’Apollonide (Souvenirs de la maison close). Cette dernière, véritablement habitée par ce rôle complexe, parvient à faire ressentir le trouble intérieur de son personnage à la dérive, en détresse, qui voue une passion sans retour, un amour absolu, inconnu, qu’elle n’arrive pas à comprendre et qui reste sans réponse.

Mélange de force et de sensibilité extrêmes, Céline Sallette fait croire à ce personnage glissant de l’amour sacré à l’amour profane, l’amour qui devient souffrance et qui peut provoquer la destruction de l’être aimé. Cette évolution entre passion mystique et charnelle demeure le plus intéressant d’un film, certes bien reconstitué et bien cadré, mais dont la mise en scène demeure trop sobre, à part les scènes dans le maquis plutôt bien rodées, et qui finalement gâte un peu l’empathie voulue avec les personnages.

Généralités - 3,0 / 5

La jaquette reprend le visuel de l’affiche du film. Malheureusement, le menu principal demeure fixe et austère.

Bonus - 2,5 / 5

Outre un lot de bandes-annonces, l’éditeur joint un making of 25 minutes, dévoilant l’envers du décor, la préparation des comédiens et leur collaboration avec le cinéaste Jean-Pierre Denis. Quelques propos du metteur en scène éclairent sur le tournage de quelques scènes-clés d’Ici-bas, tandis que nous voyons Céline Sallette allumer cigarette sur cigarette, dont le regard grave et soutenu démontre l’implication de l’actrice dans son rôle, même en dehors des prises de vue.

Image - 4,0 / 5

Les plans larges posent un peu problème et se voient constamment accompagnés de fourmillements et d’un manque de détails flagrant. Malgré tout, ils demeurent rares et ce master se révèle beaucoup plus probant sur la restitution des visages. L’ensemble est clair, un grain sensible se fait ressentir, les blancs sont lumineux et les noirs profonds, tandis que les séquences nocturnes s’avèrent aussi propres et précises que les scènes diurnes. La colorimétrie de la photo de Claude Garnier est volontairement atténuée.

Son - 4,0 / 5

On ne s’y attendait pas, mais la piste Dolby Digital 5.1 d’Ici-bas distille moult ambiances latérales, enveloppantes et précises, notamment sur les séquences d’affrontements entre les maquisards et les allemands. Cela tire un peu dans tous les coins, les frontales demeurent incisives tout du long, les dialogues sont toujours limpides quelque soit le contexte, la musique de Michel Portal est idéalement spatialisée. De son côté, la stéréo remplit parfaitement son contrat et instaure également un remarquable confort acoustique. L’éditeur joint également les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant, ainsi qu’une piste audiodescription.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis
Multimédia
Ici-bas
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus