La Folie des Grandeurs : le test complet du DVD

1971. Réalisé par Gérard Oury
Avec Louis de Funès, Yves Montand et Alice Sapritch

Édité par Gaumont

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 02/05/2002
Critique

Classique parmi les classiques, « La folie des grandeurs » est un délicieux fourre-tout : un mix d’aventures andalouses et de spaghetti-western, un écho de l‘« Avare » et des contes de Cervantès, une opposition constante entre l’ordre (Yves Montand) et le chaos (Louis De Funès). Mélangez le tout, et vous aurez l’un des chefs-d’oeuvre immortels du fou rire à la française.

Seul Gérard Oury pouvait gérer à l’époque l’art et la manière de ce kolossal hexagonal en terre étrangère (l’Espagne post- Christophe Colomb, et des magouilles et traîtrises à la Cour). Il le fait avec un sens du look étonnant, avec un récit visuel qui respire à la fois du Vélasquez et le brio de ses interprètes.

Pourtant, « La folie des grandeurs » a failli ne pas se faire (Bourvil, qui devait tenir le rôle de Yves Montand, mourut peu de temps avant le tournage). L’intrusion inattendue de Montand dans cet univers clos, se révélera pourtant comme l’une des raisons du succès du film. Le couple De Funès/Montand se complète à merveille, et donnera vie à un choc culturel (et hilarant) qui restera dans les annales..

Généralités - 4,5 / 5

C’est dans une ambiance spaghetti-western (la musique de Michel Polnareff y est pour beaucoup) que Gaumont livre le DVD d’un des classiques intemporels du cinéma comique français. Restauration complète de l’image et du son, plusieurs bonus produits expressément pour l’occasion, la complicité du studio Mastery derrière les rideaux : tout est mis en oeuvre pour l’épopée d’aventures avec le couple De Funès/Montand. Tout sauf… quelques suppléments sur le grand comique Français, pour des raisons de coûts et de temps..

La présence d’une deuxième piste audio en anglais facilitera la diffusion « officieuse » du DVD à l’étranger, et la présence d’un sous-titrage pour malentendants constitue un réel plus. Parmi les grands regrets, on pleurera juste l’absence d’une piste musicale seule, qui aurait rendu honneur à la BO de Polnareff.

Bonus - 4,0 / 5

Avec la plupart des éléments sur De Funès off-limits, Gaumont se résout à produire en interne la quasi totalité des bonus présents sur le disque.

La folle heure des grandis (39’)
La pièce de résistance du DVD est représentée par ce documentaire assez « hybride », composé pour la plupart d’interviews récentes à Gérard Oury, Marcel Jullian et Danièle Thompson, et pour le reste des archives de l’époque. Pourquoi hybride ? Parce qu’il suit à la fois la carrière du réalisateur, à l’intérieur d’une structure typiquement « making of ».
Même s’il n’opte pas pour une seule direction, le document présente un réel intérêt historique. On le sait, « La folie des grandeurs » avait été conçu pour le couple De Funès/Bourvil. Le décès de ce dernier mit le projet en danger, jusqu’à quand Yves Montand prit le risque de le remplacer. Un pari fou qui devint payant..
Une fois n’est pas coutume, ce documentaire est en 16/9.

Galerie de photos
Le choix des images retenues par Gaumont, est excellent. Mais l’intérêt du bonus est ailleurs, dans la présence du thème romantique de Michael Polnareff en guise de commentaire sonore.

Le reste L’exploration du disque se termine par la bande-annonce originale du film (en 4/3), et le clip promo de la collection de De Funès. Et en cliquant sur le revers du bras gauche de De Funès dans le menu des suppléments, on accédera à l’écran caché des crédits du DVD (Mastery).

Image - 5,0 / 5

« La folie des grandeurs » renaît ! Le talent et les techniques de restauration de Gaumont retrouvent et reconstituent la splendeur de la copie de l’époque. L’image est impeccable sous tous ses aspects, de la définition aux teintes. On pourra juste chipoter sur les contrastes pas assez prononcés et sur 2 ou 3 plans peu fluides vers le début, mais dans l’ensemble c’est un sans faute.

Dites-vous qu’il y a bien de DVD de films contemporains qui n’arrivent pas à faire autant..

Son - 4,5 / 5

L’audio français reste dans son mono d’origine, mais quelle ampleur, quel élargissement des timbres, et quelle restitution des aigus ! Même la dynamique retrouve (comparativement) son compte, malgré l’âge du film. Réécouter la musique westernisante de Polnareff est un plaisir. Seul les graves ne sont pas au rendez-vous, ce qui est tout à fait compréhensible.

A titre de comparaison, il suffira de faire un saut sur la piste audio anglaise, très fade et plate. Sa présence ouvre cependant les horizons et la diffusion internationale du DVD.

Dommage par contre pour l’absence de la BOF de Michel Polnareff en piste musicale seule…

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony WEGA 16/9 82 cm
  • Sony 300
  • Denon AVR-1801
  • enceintes frontales, centre et surround Davis Odyssée
Note du disque
Avis

Moyenne

4,3
5
2
4
1
3
1
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Ludo_88
Le 8 mai 2015
Ma note est dû à l'image catastrophique de cette deuxième édition Blu-Ray (avec son 5.1).
Manque de dynamique, contrastes et couleurs molles (les rouges sont violet, les bleu roi sont clair, les blancs sont crèmes...), défaut de compression sûrement dû à des DNR abusif pour limiter le grain... Le DVD était plus fidèle à la réalité des couleurs, plus vivant.
Dommage que l'étalonnage soit si mauvais quand on voit le travail de restauration.
Quand à la bande son, elle se limite à un plaquage de la musique décodé en DPL II en 5.1, mais avec oubli du canal de grave, tout en laissant le mono du film sur le canal central. Gaumont aurait pu pousser un peu plus loin et élargir un peu la bande son du film pour que ce soit moins "artificiel". Surtout que certains rares passages musicaux sont resté en mono. Mais c'est bien d'avoir laisser les pistes son mono d'origine. Les Mariés de l'an II l'auraient mérité aussi...
Avatar
Franck Brissard
Le 24 octobre 2013
Pas de commentaire.
Avatar
Josquin
Le 17 novembre 2005
Il y a des bons films et il y a de grands films. La folie des grandeurs est de ces derniers. Adaptée d'une pièce de théâtre, " Ruis Blas " ( un valet amoureux de la reine d'Espagne ), en plus d'être respectée, elle gagne au cinéma, sur un mode comique, une autre dimension : un portrait au vitriol de la bourgeoisie ( " Les riches c'est fait pour être très riches et les pauvres très pauvres "; " Un riche ça ne s'excuse jamais. C'est fait pour être désagréable " ), décors somptueux ( palais royal, jardins enchanteurs, vallée aride ), costumes d'époque, une musique signée Polnareff ( le thème épique est largement inspiré des B.O. western d'Ennio Morricone ), et l'essentiel : une parfaite alchimie entre les acteurs. Les situations sont rocambolesques et à rebondissements, le scénar' millimétré, se renouvelant sans cesse. Tout y est impeccable, avec une image et un son restaurés.
Le strip-tease d'Alice Sapritch restera à jamais dans les mémoires, ainsi que le nettoyage d'oreilles, de l'une à l'autre par un linge traversant la tête ( métaphore, sans doute, que les riches n'ont rien dans le crâne ).
Pour ceux qui pensent que le talent de De Funès se borne à la série du " Gendarme ", et croient Yves Montand comédien " trop sérieux ", visionnez La folie des grandeurs, joyau du cinéma français.
Les bonus permettent de mieux comprendre le contexte cinématographique de l'époque.

Lire tous les avis »

Multimédia
La Folie des Grandeurs
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus