Bad Luck ! : le test complet du DVD

Double Whammy

2001. Réalisé par Tom DiCillo
Avec Denis Leary, Elizabeth Hurley et Luis Guzmán

Édité par CTV International

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 10/10/2002
Critique

Cinquième film de Tom DiCillo qui, avant de passer derrière la caméra, s’était essayé à l’écriture de scénarios (on lui doit, entre autres, celui de Stranger Than Paradise, réalisé par Jim Jarmusch en 1984).

« Bad Luck » est son premier thriller, après quatre films, tous intéressants, dont le remarquable Box of Moonlight (1996), avec John Turturro.

Ray Pluto, lieutenant de police à New York du genre « loser », reste hanté par la mort de sa femme et de leur jeune enfant, renversés par une fourgonnette qu’il a vu arriver sur eux, sans pouvoir intervenir à temps.

Un jour un 4x4 défonce la vitrine d’un restaurant de hamburgers, un homme en treillis en descend et tire sur tout ce sui bouge, tuant huit personnes. Pluto, là par hasard, met l’homme en joue, mais ne peut tirer : terrassé par un violent lumbago, il glisse sur une flaque de sang et s’assomme dans sa chute. C’est un enfant de huit ans qui prend son pistolet et tue le meurtrier pendant qu’il recharge son arme. Le flic malchanceux devient la risée des médias et de ses collègues.

Remis sur pied par les mains (un peu facile, d’accord…) expertes d’Elizabeth Hurley, chiropracteur pour l’occasion (je parie dix contre un n’être pas le seul a avoir rêvé, fut-ce au prix d’un bon mal de dos, de profiter de ses manipulations et des petits « dérapages » qui s’ensuivirent !), Pluto demande à son chef de lui confier l’enquête sur la tentative d’assassinat de son ami et concierge, poignardé par deux petits malfrats déjantés, Jo Jo et Ping Pong.

C’est Maribel, une collégienne de 15 ans à qui on donnerait le bon Dieu sans confession avec son chemisier blanc, ses chaussettes blanches et son air angélique, qui a payé les deux tueurs ; Maribel, la propre fille du concierge, ne pardonnait pas à son géniteur de s’opposer à ce qu’elle se fasse tatouer, comme toutes ses copines de lycée (cette « anecdote » aurait été inspirée par un fait divers !).

Deux autres loufes de l’immeuble, Duke et Cletis, chemise jaunes, costumes trois pièces vermillon et chaussures bicolores, investis dans l’écriture d’un scénar’ « ultra-méga- réaliste », appellent Pluto à la rescousse pour leur donner des conseils techniques sur les tortures qu’on peut infliger à un homme ficelé sur une chaise (non, je n’invente rien !). Surgissent alors les deux assassins du concierge, venus liquider les deux scénaristes qu’ils pensait, à tort, avoir été témoins de leur crime.

Dans un effort désespéré pour sauver sa peau, Pluto défenestre un des malfrats et échappe par miracle à la strangulation par le second, tué par la chute accidentelle… d’une machette fichée au plafond !

C’est ainsi que Pluto devient, à son tour, un héros. Avec l’apothéose finale, puisqu’un qu’un opportun lumbago va lui permettre de s’abandonner, une fois encore, aux savantes manipulations de son chiropracteur favori…

Généralités - 4,0 / 5

La sérigraphie reprend la jaquette, avec la tête des quatre principaux acteurs.

Le menu animé est très réussi : un globe oculaire indique en tournant les options du menu principal. Tout est clair, tout marche sans problèmes.

Le film est divisé en seulement dix chapitres, sans indication de titre : pas du tout facile de s’y retrouver !

Dommage, d’autre part, que TF1 continue d’imposer les sous- titres français ! On peut toutefois s’en débarrasser avec le lecteur de salon Philips DV 957 en suivant cette procédure : lancer le film en VOST, presser longuement la touche « stop » jusqu’à ouverture du tiroir, presser la touche « resume » pour relancer la lecture ; si le son est coupé, presser alors brièvement la touche « stop » (sans ouvrir le tiroir, cette fois) et relancer la lecture avec la touche « resume ». Pas tout simple, mais ça marche, si vous pouvez vous passer des sous- titres et de leur pollution de l’image.

Bonus - 2,0 / 5

Vite vu : il n’y a rien d’autre que la bande-annonce en VOST ou doublée en français, avec les commentaires, souvent intéressants, de Tom DiCillo en VOST !

Image - 3,5 / 5

Les couleurs sont belles : on en prend plein les yeux dans les scènes avec Duke et Cletis, nos deux scénaristes soucieux de réalisme !

L’image gagnerait toutefois à être plus nette : des taches sont visibles dans certaines scènes avec un fond clair (voir, notamment, les deux panoramiques sur Manhattan, vu de l’autre rive de l’East River). Rien de dramatique, cependant.

Son - 4,5 / 5

Le son est parfait, clair, avec un bon équilibre entre dialogues et ambiance, tant dans le format 5.1 que DTS. Même chose dans la version doublée.

Ne vous attendez pourtant pas à des effets spectaculaires : ni explosions, ni crashes de voitures lancées à toute vitesse. Ça repose, de temps en temps… Un bug dans la version doublée en Français : un trou complet de trois à quatre secondes dans la bande son à 34’10”.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Panasonic 36PG50F 16/9 82 cm
  • Philips 957
  • Panasonic 36PG50F
  • Enceintes frontales Energy XL-16B, arrières Sony SS-SR15, Caisson de graves Pioneer S-W150-S
Note du disque
Avis
Multimédia
Bad Luck !
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus