Woman on the Run (Dans l'ombre de San Francisco) : le test complet du DVD

Woman on the Run

Édition Collector

1950. Réalisé par Norman Foster
Avec Ann Sheridan, Dennis O'Keefe et Robert Keith

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 19/11/2012
Critique

Peintre raté, Frank Johnson est témoin d’un meurtre. Pour éviter d’être la victime du tueur dont il est un témoin gênant, il se cache. Il devient un fugitif craignant à la fois la police et la mafia. Inquiète de sa disparition, sa femme Eleanor tente de retrouver sa trace, grâce à l’aide de Danny Leggett, un journaliste efficace…

Connu dans nos contrées sous le titre Dans l’ombre de San Francisco, Woman on the Run est un bijou du film noir que la critique et le public ont malheureusement totalement oublié. Réalisé par Norman Foster, comédien venu à la mise en scène qui a fait ses débuts derrière la caméra à la fin des années 30 avec la série des M.Moto (alias Peter Lorre), Woman on the Run a pour particularité de donner à une femme, en l’occurrence la formidable Ann Sheridan (tout juste sortie d’Allez coucher ailleurs d’Howard Hawks), le rôle principal dans l’intrigue, chose alors inhabituel dans un film de ce genre à cette époque. La comédienne signe une magnifique prestation dans le rôle de cette femme dont le mariage bat de l’aile, qui retrouve un regain de passion pour son époux accusé à tort d’un meurtre.

En 1h15, le spectateur est invité à suivre l’enquête menée par cette femme bien décidée à prouver l’innocence de son mari, aux côtés d’un journaliste bien trop dévoué pour être honnête. Basé sur une nouvelle de Sylvia Tate (intitulée… Man on the Run), Woman on the Run est un petit chef-d’oeuvre du genre (le final dans le parc d’attraction est immense), un miracle d’inventions et de surprises doublé d’un documentaire sur le San Francisco d’époque à redécouvrir de toute urgence.

Généralités - 5,0 / 5

La collection Classics Confidential fait partie des plus belles disponibles sur le marché français. L’objet mariant le livre, le cinéma et le DVD est sublime, les visuels sont raffinés et très attractifs. La sérigraphie du DVD, en passant par le livre exclusif, le menu principal animé et musical, en font un véritable objet de collection.

Bonus - 3,5 / 5

Dans le cadre de sa collection Classics Confidential, Wild Side joint un magnifique livre inédit de 80 pages richement illustré par des photos exclusives et des documents d’archives rares, intitulé « Sauvé des cendres », écrit spécialement par Eddie Muller, écrivain américain, spécialiste du Film Noir, fondateur et président de la Film Noir Foundation qui a oeuvré personnellement à la restauration et à la redécouverte de Woman on the Run.

Outre une galerie de photos constituée des clichés présents dans le livre mentionné précédemment, les réalisateurs et historiens du cinéma Noël Simsolo et Bertrand Tavernier donnent quelques éclaircissements sur Woman on the Run dans un entretien de 26 minutes. Dans cet entretien croisé, certains propos font écho avec ce qui a pu être lu auparavant dans le livre d’Eddie Muller, mais dans l’ensemble, on y apprend énormément sur la carrière de Norman Foster (en tant qu’acteur puis cinéaste), ses débuts aux côtés d’Orson Welles, ses rapports avec les comédiens. Ensuite, nos deux interlocuteurs se penchent un peu plus sur Woman on the Run en croisant habilement le fond avec la forme, tout en passant le casting au peigne fin (dont Ann Sheridan) et en rappelant comment le film a été réhabilité grâce à Eddie Muller.

Image - 3,0 / 5

La collection Classics Confidential s’enrichit avec l’édition de Woman on the Run. L’unique copie 35mm connue du film de Norman Foster a été détruite lors de l’incendie qui a ravagé une partie des Universal Studios début juin 2009. Par chance, le film avait été « subrepticement » transféré sur un support numérique en 2003 par Eddie Muller, écrivain américain, spécialiste du Film Noir, fondateur et président de la Film Noir Foundation. La copie 1.33 présentée par Wild Side est issue du master numérique upgradé en HD qui a été restauré. C’est donc un petit miracle que le Woman on the Run que nous avons devant les yeux, ait survéçu.

Peu importe si les noirs manquent de concision, qu’importent les moirages, les quelques défauts inhérents au transfert original et baisses de la définition car la propreté de la copie est probante et suffit amplement à la redécouverte de ce petit bijou qui a bien failli disparaître à jamais. N’oublions pas non plus la stabilité d’ensemble, la clarté appréciable, le beau grain cinéma et la jolie profondeur de champ des scènes diurnes qui flattent la rétine.

Son - 3,5 / 5

Uniquement disponible en version originale, la bande-son a subi un dépoussiérage concret, le mixage anglais mono proposé tient toutes ses promesses et ce dès le générique d’ouverture. L’écoute demeure agréable, malgré quelques saturations et échos sur certains dialogues, mais les voix demeurent intelligibles, les effets et la musique s’accordent avec fluidité et aucun craquement intempestif n’est à déplorer. Seuls les sous-titres français sont disponibles et demeurent inamovibles.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus