Alexandre Astier - Que ma joie demeure ! : le test complet du DVD

2012. Réalisé par Alexandre Astier
Avec et Alexandre Astier

Édité par Universal Pictures France

Voir la fiche technique

Critique

Dans « Que ma joie demeure ! », Alexandre Astier enfile les chausses de Jean-Sébastien Bach qui, entre anecdotes historiques et délires de l’auteur, va donner une leçon de musique à quelques égarés de basse condition tout en se livrant sur ses inquiétudes profondes, ses colères ou même sur la bonne façon de préparer un bon sandwich au jambon…

Ce qu’il y a de bien avec Alexandre Astier, maintenant que l’on a un peu de matière pour commencer à cerner la bête (Kaamelott et son 1er film « David et Madame Hansen »), c’est la certitude acquise que l’on va rire intelligent. Un de ces rires que l’on peut trouver chez Desproges, Bedos ou Devos. Un rire féroce, caustique, qui joue avec la musique des mots et peut être désamorcé en un quart de seconde par un trait d’émotion ou de poésie.

Bach prof, Bach malade, Bach colérique, Bach exigeant, Bach inquiet, Bach bourré même… la multitude est parfois déboussolante, le rythme est soutenu, le verbe abondant mais toujours précis et choisi avec soin. Astier assure le tout sans broncher, avec une générosité scénique évidente et le plaisir visible d’emmener le spectateur dans un univers qui lui est cher.

On rit franchement ; on en apprend sur Bach, la musique, les orgues et les sandwiches au jambon ; on ressort émotionnellement rassasié, merci qui ? Merci maestri !

Technique - 7,5 / 10

À l’insertion du DVD, le ton est donné avec un logo Universal noir et blanc accompagné à l’orgue par Alexandre Astier himself !

Le menu est sonorisé et les transitions se font dans un son et mouvement au sein de la tuyauterie d’un orgue. Toute l’interface est soignée et imprégnée du thème musical du spectacle.

3 bonus au rendez-vous :
- un entretien avec Alexandre Astier au sujet de Bach et de sa connaissance des orgues qu’il expertisait.
- une fausse bande-annonce dont je ne révèlerais pas le titre pour ne pas gâcher le gag, réalisée par Mr Poulpe et son équipe, toujours sur le thème de Bach.
- un entretien avec Gilles Cantagrel, grand spécialiste des orgues et surtout du Cantor de Leipzig, qui revient sur certaines anecdotes et traits d’humour du spectacle pour les remettre en perspective dans leur véritable contexte historique. Cet homme est passionnant, on pourrait l’écouter des heures durant. L’édition collector du spectacle ajoute d’ailleurs au DVD un livret présentant des extraits de ses textes sur le Kapellmeister.

La captation du spectacle enregistré au Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon, n’est pas ce qu’on a vu de mieux dans le genre. La définition de l’image est tout à fait correcte, mais le montage est parfois violent. Quant au son, alors que la majorité des spectacles d’humour du moment sont enregistrés en 5.1, on hérite ici d’une piste stéréo qui, bien que précise, manque cruellement d’ambiance. De quoi nous pousser à retourner voir le spectacle en live…

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm
Note du disque
7,5 / 10
Avis

Moyenne

5,0
5
1
4
0
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Stéphane Leblanc
Le 5 novembre 2012
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
Alexandre Astier - Que ma joie demeure !
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus