Being Human - Saison 2 : le test complet du DVD

Being Human

2012. Réalisé par Adam Kane
Avec Sam Witwer, Meaghan Rath et Sam Huntington

Édité par Universal Pictures France

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 02/01/2013
Critique

Being Human est le remake canadien, coproduit par Universal Pictures, d’une série britannique commencée en 2008, dont la cinquième saison sera diffusée en 2013. Les personnages principaux forment un quatuor composé d’un vampire, d’un fantôme, d’un loup-garou et de sa petite amie, devenue lycanthrope à son contact… trop rapproché ! Les deux récits se situent dans des villes bien connues des amateurs de séries, Bristol pour l’une, Boston pour l’autre.

Au début de la saison 2 de Being Human, Aidan est promu à la tête des vampires de Boston, comme second de Suren, tirée du tombeau pour succéder à Bishop. Sally, le fantôme, expérimente un jeu dangereux : se glisser dans la peau des vivants pour pouvoir toucher et être touchée. Et Nora découvre qu’il n’aura fallu qu’une égratignure au bras pour que sa vie change à chaque pleine lune.

De nouveaux personnages apparaissent dans cette seconde saison, notamment Suren, beauté étrange interprétée par Dichen Lachman, remarquée dans la série Dollhouse.

On peut regretter que la série originale, coproduite par la BBC, plutôt plus subtile que sa copie, n’ait pas encore été distribuée en France et ne soit disponible qu’en import anglais, sur Blu-ray ou DVD, sans sous-titres français.

Créé par un trio de scénaristes qui ont largement contribué à d’autres séries, Jeremy Carver (Supernatural), Anna Fricke (Everwood) et Toby Whithouse (Being Human UK, Doctor Who), ce remake est relativement fidèle à l’original, tant pour les lignes directrices du scénario que pour la tonalité générale, plutôt sombre, chacun des personnages souffrant de sa différence, de n’être pas humain. D’où le titre… À l’inverse, d’autres s’accommodent si bien de leur état qu’ils souhaiteraient en profiter à plein temps, sans avoir à attendre un mois la prochaine pleine lune.

On retrouve ici, comme dans Moonlight, True Blood et Vampire Diaries, ces autres séries hantées par les créatures de la nuit, des monstres guéris de certains de leurs handicaps, ce qui élargit le champ libre laissé à l’imagination des scénaristes. Par exemple, les vampires peuvent maintenant sortir en plein soleil et, ainsi, exercer des activités humaines. Mais - tradition oblige - ils restent vulnérables aux pieux enfoncés dans le coeur et à la décapitation.

Les deux versions de Being Human se distinguent toutefois de True Blood et Vampire Diaries par sa tonalité plus intimiste, moins spectaculaire, à l’exception du massacre de quelques 80 invités à un bal, filmé dans un long flashback qui nous ramène aux années 30. Les effets spéciaux sont assez réussis, notamment les transformations, toujours excessivement douloureuses, des lycanthropes sous les rayons de la pleine lune. Mais on retrouve, dans toutes ces séries, la problématique de l’intégration dans la société des hommes de ceux qui ne le sont plus vraiment.

Une autre saga intéressante pour les amateurs du genre (décidément gâtés !), agrémentée par une belle photo et une distribution solide. La diffusion à la télévision de la saison 3 commence en janvier 2013.

Technique - 7 / 10

Le test a été effectué sur des check discs. Le coffret s’insère dans un étui. Choix entre la version originale (avec sous-titres français optionnels) et un doublage en français, les deux au format DD 5.1. Dommage qu’aucune édition Blu-ray n’ait été prévue, pas même aux USA.

Un supplément, le making of de près d’une heure, de bonne taille, mais d’un intérêt limité, consacré pour l’essentiel aux vues des acteurs sur les personnages. Le documentaire donne cependant une bonne idée du travail des équipes, notamment du maquillage, qui ont un secret pour faire disparaître le rouge sur les mains : la mousse à raser !

L’image, bien définie, fortement contrastée dans les nombreuses scènes en clair-obscur, met en valeur une belle photographie. Les noirs, bien noirs, ont parfois tendance à se boucher.

Le son multicanal est assez enveloppant, plus à l’avantage de l’accompagnement musical que des bruits d’ambiance.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur JVC DLA-X70BRE
  • OPPO BDP-93EU
  • Denon AVR-4520
  • Kit enceintes/caisson Focal Profile 918, CC908, SR908 et Chorus V (configuration 7.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 275 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus