Les 3 Stooges - Les 3 corniauds : le test complet du DVD

The Three Stooges

2012. Réalisé par Bobby Farrelly
Avec Sean Hayes, Will Sasso et Chris Diamantopoulos

Édité par 20th Century Fox

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 25/01/2013
Critique

« Déposés » à un orphelinat tenu par des religieuses, Moe, Curly et Larry sont élevés par les soeurs et entament alors une série de bêtises qu’ils poursuivront une fois adulte. Se rendant compte de la difficulté de l’orphelinat à éviter la faillite provoquée par leurs catastrophes, ayant atteint la trentaine, décident de venir au secours de l’établissement.

Depuis le triomphe de Mary à tout prix, c’était déjà en 1998, Peter et Bobby Farrelly n’ont jamais retrouvé le même succès autant critique que public. Pourtant, leurs comédies, Fous d’Irène, L’Amour extra-large, Deux en un et même Bon à tirer (B.A.T.) ont toujours confirmé leur sens du gag, leur excellente direction d’acteurs et la singularité de leur univers sans jamais chercher à coller ou imiter les nouveaux canons de la comédie du style Judd Apatow, même si ce dernier porte aux nues le cinéma des deux frangins.

Leur nouvelle oeuvre, Les Trois Corniauds est un fabuleux hommage à un trio qui a fait les beaux jours du cinéma et de la télévision comique aux Etats-Unis dans les années 1930 à 1950, Les Trois Stooges, trio d’hurluberlus qui n’avaient de cesse de se bagarrer à coup de doigts dans les yeux, de baffes et de pieds écrasés, le tout soutenu par des bruitages dignes d’un épisode de Tex Avery. Ce projet de longue date est une véritable déclaration d’amour au burlesque et au slapstick.

La mise en scène des Farrelly est remarquablement efficace, le rythme est endiablé, mais c’est surtout l’incroyable trio principal qui se révèle très impressionnant. Les personnages et prestations de Sean Hayes, Will Sasso et Chris Diamantopoulos n’ont absolument rien à envier à Jim Carrey et Jeff Daniels de Dumb & Dumber, qui était d’ailleurs très inspiré par Les Trois Stooges. Un retour aux sources qu’il serait dommage de négliger.

Généralités - 3,0 / 5

Le visuel de la jaquette est à peu près conforme à celui de l’affiche du film (qui était moins claire), car oui, Les trois Corniauds était bel et bien sorti en France. Le menu principal est introduit rapidement par les trois compères et devient ensuite fixe et musical.

Bonus - 2,0 / 5

Nous trouvons huit scènes coupées ou rallongées (9’) prolongeant le quotidien de Larry, Curly et Moe à l’orphelinat, ainsi que les séquences de l’hôpital et du final. Dans l’ensemble, ces ajouts demeurent anecdotiques, à tel point que certains n’y verront que du feu.

S’ensuit un petit making of de 5 minutes donnant la parole aux deux frères Farrelly qui reviennent sur la difficulté de mettre en scène des situations burlesques. Quelques images de tournage nous montrent tout le dispositif mis à disposition pour obtenir le résultat escompté.

Nous retrouvons ensuite les deux metteurs en scène pour un mini-reportage de 4 minutes sur les célèbres effets sonores tout droit tirés de la série originale des Trois Stooges, que Bobby et Peter Farrelly voulaient conserver à tout prix.

L’interactivité se clôt sur la bande-annonce ainsi que sur un montage des baffes et gags burlesques du film, faussement intitulé « Bêtisier ».

Image - 3,5 / 5

Bien que le film soit complètement passé inaperçu dans nos contrées, Les Trois Corniauds bénéficie d’une jolie édition SD. Le fidèle chef opérateur des frères Farrelly, Matthew F. Leonetti (Terrain d’entente, Les Femmes de ses rêves) signe une photographie claire, saturée et bigarrée, bien restituée, aux contrastes solides. Cependant, quelques fourmillements et flous s’invitent à la partie, certains plans manquent de netteté et les scènes sombres de fermeté.

Son - 3,5 / 5

Les Trois Corniauds était sorti en France dans une combinaison dite technique et uniquement en version française. Heureusement, le DVD permet d’oublier cette ignominie. Même s’il ne faut pas en attendre beaucoup de la piste anglaise Dolby Digital 5.1, la spatialisation musicale est appréciable, les voix solides, la balance frontale riche et les effets annexes probants. Même si la piste française est du même acabit, le doublage demeure honteux et gâche complètement le visionnage.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

2,5
5
0
4
1
3
0
2
0
1
1

Je donne mon avis !

Avatar
jean-marc
Le 15 avril 2014
C'est pourri ce film non ?
Je suis en train de le voir et depuis 30 mns où ce truc a commencé, j'ai qu'une envie m'arracher les yeux pour ne plus souffrir.
Plus de 5 ans veuillez passer (rapidement) votre chemin !
Avatar
Sabrina Piazzi
Le 26 janvier 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus