Bye Bye Blondie : le test complet du DVD

2012. Réalisé par Virginie Despentes
Avec Emmanuelle Béart, Béatrice Dalle et Soko

Édité par BQHL Éditions

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 21/01/2013
Critique

Gloria et Frances se sont rencontrées dans les années 80. Elles se sont aimées comme on s’aime à seize ans : drogue, sexe et rock&roll. Puis la vie les a séparées, et elles ont pris des chemins très différents. Vingt ans après, Frances revient chercher Gloria…

Emmanuelle Béart face à Béatrice Dalle dirigées par Virginie Despentes. Si tous les espoirs ne sont pas comblés, Bye Bye Blondie demeure un film attachant bien que « bordélique ». La force du film reste bien entendu l’énergie, le bagou et le naturel des deux comédiennes qui n’avaient jamais travaillé ensemble, mais de la part de la romancière qui adapte son propre roman éponyme, on était en droit d’attendre une oeuvre plus trash et provocatrice. Loin de Baise-moi (c’était il y a 12 ans), Bye Bye Blondie n’a rien d’un film radical et sulfureux comme cela a été longtemps vendu, aucune scène de sexe n’est à signaler, et Virginie Despentes semble avoir mis de l’eau dans son vin.

L’histoire d’amour punk-rock est traitée le plus simplement possible, avec humour, optimisme et de manière décomplexée, la bande-son est fiévreuse, les seconds rôles, surtout Pascal Greggory, Stéphanie Sokolinski alias Soko (déjà remarquée dans A l’origine de Xavier Giannoli, excellente) et Clara Ponsot ont chacun leur partition à jouer, la bourgeoisie en prend plein la tronche et une petite touche de mélancolie parsème un peu le tout. Un bon délire.

Généralités - 3,5 / 5

La jaquette est fidèle au visuel de l’affiche du film et le boitier glissé dans un surétui. Le menu principal est animé et musical.

Bonus - 3,0 / 5

En guise d’interactivité, outre un lot de bandes-annonces, nous trouvons un court-métrage, Dans le lit de Lola (11’), réalisé par Virginie Despentes en 1996. Brouillon et violent, on ne comprend pas trop ce qui se déroule à l’écran, mise à part qu’il s’agit d’une histoire de vengeance qui se clôt sur quelques coups de feu…

Image - 3,5 / 5

L’éditeur BQHL livre un master correct de Bye Bye Blondie, sans chercher à jeter de la poudre aux yeux. Si les scènes diurnes sont joliment restituées, le bât blesse au niveau des séquences nocturnes où la définition chancelle quelque peu, l’image s’accompagnant également de flous sporadiques et d’une gestion aléatoire des couleurs. La propreté est au rendez-vous, les visages des comédiens demeurent blafards, le piqué manque de mordant mais s’en sort avec honneur. Malgré certains accrocs, la copie ne manque pas d’attraits.

Son - 4,0 / 5

Nous ne trouvons qu’une piste Stéréo mais suffisante et dynamique à souhait. La musique et les dialogues bénéficient d’une réelle balance, l’ensemble est clair, riche et distinct. Les sous-titres français destinés au public sourd et malentendant manquent à l’appel.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus