Le Gruffalo + Le petit Gruffalo

Le Gruffalo + Le petit Gruffalo : le test complet du DVD

The Gruffalo + The Gruffalo's Child

2012. Réalisé par Max Lang

Édité par Wild Side Video

Voir la fiche technique

Critique

Une petite souris se promène dans un bois très sombre. Elle rencontre un renard, un hibou et un serpent qui la trouvent bien appétissante et l’invitent chacun leur tour à déjeuner dans leur demeure. Mais la petite souris, très maligne, prétexte un rendez-vous avec… un Gruffalo ! Mais au fait, c’est quoi un Gruffalo ?…
Plus tard, en plein hiver, le Gruffalo averti son enfant : en aucun cas, elle n’a le droit d’aller se promener seul dans les bois profonds. C’est bien trop dangereux ! Un animal rôde dans les parages… une créature terrifiante, gigantesque, aux yeux cruels et aux moustaches plus dures que l’acier. C’est la Grande Méchante Souris !…

Véritable phénomène au merchandinsing tentaculaire outre-manche, le Gruffalo est un personnage de livre pour enfants qui pourrait faire penser à un maxi-monstre malicieux accessible aux plus jeunes. Véritable démonstration de la supériorité de l’esprit sur la force brute et l’agressivité, ces histoires sont des best-sellers devenus comédie musicale, programmes éducatifs et courts métrages en 2009 et 2011. Des histoires pleines de poésie et de malice, avec textes qui riment et illustrations colorées aux traits prononcés.

Après des propositions farfelues d’adaptation, c’est finalement le studio allemand Soi qui a décroché la timballe grâce à une volonté de respecter les livres au maximum.

Mélange de décors-maquettes façon film d’animation image par image et de personnages en images de synthèse au rendu très mat et riche en texture, le résultat est littéralement magique et somptueux. Si on ajoute à celà la présence en VO d’acteurs aux voix taillées pour les personnages (Robbie Coltrane, Helena Bonham Carter et John Hurt entre autres) et l’inspiration pétillante de René Aubry à la musique, on récolte deux pépites d’animation, deux moments de poésie enfantine et d’images carressantes que les enfants (et même certains parents) n’hésiteront pas à regarder en boucle.

Généralités - 4,5 / 5

Un coffret bien fermé (pas un simple fourreau) accueille les deux boîtiers Keep Case. Chacun contient un cachier d’activités pour les enfants (24 pages) avec coloriages, découpages et jeux divers. Cinq stickers adhérents aux surfaces vitrées sont offerts également, permettant aux enfants d’afficher les personnages du second court métrage.

Les menus sont simples et sans difficulté.

Bonus - 3,0 / 5

Les deux disques sont constitués de la même façon pour les bonus également avec un making of et une galerie d’esquisses pour chacun. Les making of s’arrêtent sur le phénomène Gruffalo outre-manche puis détaillent rapidement la conception des courts métrages. Les exquises galeries d’esquisses sont l’occasion de découvrir le travail de recherche « formes et couleurs » qui donnera plus tard le ton des films.

Les deux volumes accueillent également chacun une fiche pédagogique (PDF à imprimer) à l’attention des instituteurs et qui invitent à des activités diverses liées aux livres et aux films.

Le Petit Gruffalo propose enfin une courte séquence animée du Gruffalo et son petit dans la neige, séquence tournée pour la chaîne BBC à l’occasion des fêtes de Noël.

Image - 5,0 / 5

Avec 27 minutes de film et une poignée de bonus sur chacun des deux disques, l’encodage peut être soignée et laisser à l’image toute la finesse qu’elle mérite. C’est ici le cas avec deux masters magiques et transmis ici sans aucun défaut visible. Un enchantement qui permet de profiter du travail magnifique des réalisateurs et qu’on aurait bien voulu voir en HD sur Blu-ray.

Son - 5,0 / 5

Finesse est décidément le maître mot dans la conception des ces deux courts métrages à la bande sonore impeccable.

Dialogues clairs et profonds, ambiances de forêt riches et détaillées jusque dans le souffle du vent, et musique enchanteresse de René Aubry… les pistes VF et VOST Dolby Digital 5.1 font merveille et jeu égal niveau mixage. On regrette juste, comme pour l’image, de ne pas pouvoir profiter de tout cet excellent travail en HD sur Blu-ray.

Configuration de test
  • Vidéo projecteur Toshiba TDP-MT700
  • Sony PlayStation 3
  • Ampli Denon AVR 2807
  • Kit enceintes/caisson Morel Nova (configuration 7.1)
  • Diagonale image 302 cm

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus