La Traversée : le test complet du DVD

2012. Réalisé par Jérôme Cornuau
Avec Michaël Youn, Fanny Valette et Pauline Haugness

Édité par UGC Vidéo

Voir la fiche technique

Avatar Par
Le 04/04/2013
Critique

Lola Arendt, une petite fille de 8 ans, disparaît dans une Ile d’Ecosse. Ses parents, Martin et Sarah, brisés, ne résistent pas au drame et se séparent. Deux années plus tard, Lola est retrouvée à l’endroit exact où elle avait disparu. Elle est vivante, apparemment en bonne santé, mais reste plongée dans un étrange mutisme.
Martin retourne seul sur l’île pour la chercher et la ramener : Au bonheur des retrouvailles succèdent les interrogations et la peur : Où était Lola ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi ne parle-t-elle pas ?
Pourquoi Sarah semble lui avoir caché des informations quant à cette réapparition soudaine ? Quel est ce secret qui plane autour de Lola ?
Réalité ou paranoïa, Martin se sent épié, tout lui paraît suspect. La traversée de cette île du bout du monde, dans un paysage sauvage, étrange et menaçant, les mènera inexorablement vers la plus insoutenable des découvertes…

Capable du meilleur (Les Brigades du Tigre) comme du pire (Bouge !, Folle d’Elle), Jérôme Cornuau est de retour au cinéma six ans après l’échec commercial de son adaptation sous-estimée de la série de l’ORTF. Par ailleurs, nous ne l’attendions pas aux commandes d’un film de genre. La Traversée détonne dans le panorama cinématographique français et s’impose comme une belle réussite, du point de vue formel notamment. La mise en scène est inspirée et très graphique, la photo du chef opérateur Jean-Paul de Zaetijd (remarqué pour ses images magnifiques d’Eldorado et Les Géants de Bouli Lanners) est splendide, la partition d’André Dziezuk (J’enrage de son absence) est enivrante. Cette ambiance particulière alliée à un scénario malin demeurent singuliers et ne cessent de titiller les nerfs des spectateurs. Si Fanny Valette confirme tout le bien que l’on pense d’elle depuis La Petite Jérusalem de Karin Albou en 2005, Michaël Youn peine en revanche à se montrer crédible tout du long. Certes, le pari est risqué pour celui qui a fait rire la France qui se lève tôt au début des années 2000, mais hélas, la prestation du comédien n’est parfois pas assez convaincante pour créer une solide empathie avec son personnage. Il n’en demeure pas moins que La Traversée s’impose comme un très bon thriller psychologique lorgnant sur le fantastique, et mérite amplement d’être découvert.

Généralités - 4,0 / 5

La jaquette reprend le visuel de l’affiche du film. Le menu principal est très joliment animé et musical.

Bonus - 2,0 / 5

Est-ce en raison de l’insuccès du film dans les salles, toujours est-il que l’éditeur ne propose qu’un lot de 16 minutes de scènes laissées sur le banc de montage. Peu de choses marquent véritablement les esprits en dehors d’un message enregistré des parents aux possibles ravisseurs. Les autres séquences prolongent quelque peu celles gardées au montage final, dont la scène finale qui éclaire sur le destin du personnage de Fanny Valette.

Image - 4,5 / 5

La grande réussite de La Traversée provient du travail effectué sur la photo de Jean-Paul de Zaetijd. Les partis-pris esthétiques et volontés artistiques sont minutieusement restitués à travers ce master SD, même si nous aurions sacrément aimé disposer d’une édition HD afin de mieux en profiter. Il n’empêche que la copie demeure éclatante, immaculée, la profondeur de champ est omniprésente, le piqué vif et acéré, les contrastes denses, les détails abondent aux quatre coins du cadre large et un léger grain se fait ressentir. Même les séquences plus sombres sont logées à la même enseigne. N’oublions pas non plus la colorimétrie froide à tendance gris-bleue, l’atmosphère épurée, qui flattent constamment les rétines, et vous obtenez le master SD idéal.

Son - 4,0 / 5

Dommage que l’éditeur n’ait pas jugé bon de fournir une piste DTS car le film le valait amplement. Il faudra nous contenter d’un mixage Dolby Digital 5.1 plutôt dynamique, qui exploite habilement chacune des enceintes tout en profitant des effets du caisson de basses à quelques reprises. Les frontales assurent le spectacle, les latérales viennent les soutenir agréablement avec une délivrance des ambiances naturelles, et les dialogues sont solidement plantés sur la centrale. La composition mélancolique, oppressante et angoissante d’André Dziezuk dispose également d’une spatialisation omniprésente. Une version Stéréo est également proposée. Riche et fluide, elle fera le bonheur de ceux qui ne seraient pas équipés sur la scène arrière. L’éditeur joint également les sous-titres anglais et français destinés aux spectateurs sourds et malentendants, ainsi qu’une piste Audiodescription.

Configuration de test
  • Téléviseur 16/9 Sony LCD Bravia KDL-32W5710
  • Sony BDP-5350
  • Ampli Pioneer VSX-520
  • Kit enceintes/caisson Mosscade (configuration 5.1)
  • TEST EN RÉSOLUTION 1080p - Diagonale image 81 cm
Note du disque
Avis

Moyenne

4,0
5
0
4
1
3
0
2
0
1
0

Je donne mon avis !

Avatar
Sabrina Piazzi
Le 11 avril 2013
Pas de commentaire.

Lire les avis »

Multimédia
La Traversée
Bande-annonce VF

Proposer une bande-annonce

Du même auteur
(publicité)

(publicité)

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt, l'affichage de vidéos ou encore le partage sur les réseaux sociaux.

OK En savoir plus